Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

A.Lo avec Sonia Dridi ,ces deux journalistes belges, certainement correspondantes ou collaboratrices de la RTBF ont écrit depuis hier vendredi 23 février 2018 que « la bataille de communication fait rage entre les pro et anti-armes aux Etats-Unis ». Selon nos confrères belges qui ont relaté les choses point par point, suite à la fusillade dans le lycée de Parkland en Floride, qui a fait 17 morts,le débat autour du port d'armes aux Etats-Unis refait surface. Sous la présidence de Donald Trump, qui s'est toujours montré en faveur du port d'arme, la bataille de communication entre les deux camps fait des étincelles. Du côté des pro-armes, le surpuissant lobby de la NRA (National Riffle Association), qui, via sa porte-parole Dana Loesch, tente de se donner un visage plus humain. Elle s’est exprimée lors d’un débat sur CNN, face à des rescapés et proches de victimes. Qualifiée de « guerrière télégénique » par le New York Times en début d'année, la porte-parole a montré toute sa maîtrise communicationnelle. Elle s’est dit très émue, mais n’a pas fléchi sa position sur le port d’arme, assurant que le problème venait du côté des troubles psychiatriques. Et, évidemment, sans s'exprimer à propos du renforcement sur le contrôle de la vente d’arme. 

A.Lo avec Sonia Dridi dont leur travail a été publié par la RTBF, rapporte que Trump, de son côté, a surpris (mais sans vraiment étonner) en demandant à ce que les enseignants soient armés, arguant que les zones où les armes sont interdites, comme les écoles ,sont des endroits idéaux pour les fous, qui y voient une opportunité d’attaquer. Une rhétorique qui a été rapidement démontée par la révélation d'une vidéo de caméra surveillance du lycée de Parkland lors de la fusillade, où l'on voit un policier armé qui reste dehors,sans agir alors que l'on entend clairement des bruits de tirs. D'après le shérif Scott Israël, l'agent en question, Scott Peterson, savait qu'un tireur se trouvait à l'intérieur du bâtiment, mais il est resté dehors pendant quatre minutes, sans intervenir. Pour les opposants à la proposition de Trump, cela montre que ce n'est pas une bonne stratégie de défense, que les professeurs même très bien formés risquent de paniquer et de ne jamais être assez bien « préparés » pour réagir face à un individu lourdement armé. Selon un sondage publié ce matin, 40% des américains interrogés sont en faveur du port d'arme chez les professeurs. Une problématique qui dépasse le clivage démocrates/républicains et s’inscrit dans la tradition américaine sur le port d’armes.

D’après les deux journalistes qui ont fait ce travail de presse pour le compte de la RTBF, pour la NRA, c’était un exercice nouveau. Elle envoie rarement au front l’un des siens au lendemain des tragédies par armes à feu mais face au mouvement de contestation sans précédent, elle a dû se plier à l’exercice. Mais la NRA a rapidement repris ses bonnes habitudes, avec son directeur qui a dénoncé la politisation honteuse de la tragédie. La porte-parole a surenchéri dans une vidéo affirment que les médias adoraient les tueries de masse, car elles leurs permettaient de faire de bonnes audiences. Un message qui a enflammé la toile et catastrophé de nombreux américains. Autre nouveauté, le dénigrement des lycéens survivants via des fake news. La plus incroyable d'entre elles laissant entendre que les survivants étaient en fait des acteurs payés pour soutenir un plus grand contrôle du port d'arme.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article