Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le procès de la caisse d’avance du maire de Dakar Khalifa Sall, est entré dans sa dernière ligne droite avec les plaidoiries de la défense qui a réclamé lundi une annulation pure et simple de la procédure, alors que le procureur du tribunal de grande instance de Dakar a requis une peine de sept ans de prison ferme. « Je vous demanderai d’annuler la procédure et d’ordonner la main levée des mandats de dépôts », a lancé au juge du tribunal correctionnel de Dakar Me Bamba Cissé, l’un des avocats défendant l’édile de la capitale sénégalaise. « Et tout compte fait, enchaine l’avocat de Khalifa Sall, le Sénégal est un Etat de droit et cette justice nous devons la bâtir. Cet homme est un homme politique depuis son jeune âge. Le juge est en train de juger un député à l’Assemblée nationale.

 

Il est inculpé pour des infractions violentes qui portent attentes à sa personnalité. La justice est instrumentalisée dans nos continents. Il y a des curiosités dans ce dossiers », a-t-il poursuivi. Agé de 62 ans, Khalifa Sall et ses coprévenus sont poursuivis pour détournement présumé d’1,83 milliards de FCFA (2,8 millions d’euros), prélevés, selon l’accusation de la caisse d’avance mise à la disposition de la mairie par l’Etat sénégalais. En plus d’autres charges sont retenues contre eux comme « faux et usage de faux en écriture de commerce, faux dans les documents administratifs, escroquerie portant sur les deniers, blanchiment de capitaux et association de malfaiteurs, détournement de deniers publics et complicité de détournement de deniers publics ». Lors de son réquisitoire vendredi dernier, le procureur Serigne Bassirou Gueye a requis sept ans de prison et une amende de 5,49 milliards de FCFA (8,37 millions d’euros) contre Khalifa Sall et le directeur administratif et financier de la Ville de Dakar, Mbaye Touré. Pour sa part, l’Etat sénégalais réclame plus de 10 millions d’euros de dommages et intérêts au maire et à ses co-accusés. Potentiel candidat à la présidentielle de 2019, Khalifa Sall risque sa carrière politique au terme de ce procès qu’il considère comme une manœuvre du pouvoir pour l’empêcher de briguer le fauteuil présidentiel.

D.P

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article