Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Quatorze personnalités proches du président Joseph Kabila ont été sanctionnées par la Suisse, qui les soupçonne d’avoir commis des violations graves des droits humains et d’avoir nui au processus démocratique en République démocratique du Congo. Figurent parmi les fidèles du président congolais sanctionnés, des hommes politiques tels que Lambert Mende, le bouillant ministre l’information et porte-parole du gouvernement. Il lui est reproché personnellement de mener une politique répressive contre les médias. Ramazani Shadari et Evariste Boshab sont accusés d’avoir été les instigateurs de la répression contre les formations politiques de l’opposition. Les responsables en matière de sécurité ne sont pas épargnés par les sanctions helvétiques. Il s’agit entre autres du chef des services de renseignements congolais, Kaley Mutond.

 

Les griefs qui lui sont reprochés concernent les arrestations arbitraires, les intimidations contre les opposants politiques. Certains officiels de l’armée et de la police font également l’objet de ces sanctions prises par la Suisse. Les conséquences matérielles de ces sanctions sont le gel des avoirs que pourraient détenir ces personnalités dans les banques suisses. Celles-ci sont également interdites de séjour ou de transit sur le sol helvète.  D’autres comme les Etats-Unis et l’Union européenne ont déjà été amenés des mesures semblables contre des fidèles de Joseph Kabila. Le président congolais au pouvoir depuis 17 ans est potentiellement visé par ces sanctions des pays occidentaux. Il s’accroche à son fauteuil présidentiel malgré la fin de son mandat intervenu en décembre 2016. Il justifierait ce maintien à son poste par une interprétation discutable de la Constitution congolaise.  L’église catholique et l’opposition mettent la pression au pouvoir, notamment à Joseph Kabila soupçonné de vouloir s’accrocher au pouvoir. Cependant, toutes les manifestations pacifiques organisées ont systématiquement été interdites. Les forces de l’ordre ont reçu des ordres de réprimer brutalement ces manifestations. L’église prévoit pour le dimanche prochain, une marche antigouvernementale à Kinshasa.  

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article