Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les électeurs costaricains appelés aux urnes dimanche ont porté en tête du premier tour de la présidentielle, le pasteur évangélique Fabricio Alvarado avec 24,9% des voix exprimées, selon les résultats partiels rapportés par l’AFP. Il devance l’ancien ministre de l’intérieur Carlos Alvarado dont le patronyme n’a rien à voir avec celui du candidat pasteur évangélique. Celui-ci a été plébiscité par 21,4% des électeurs qui ont séduits par son programme politique. Le débat sur le mariage gay aura dominé la campagne du 1er tour. Le thème s’est imposé à partir du 9 janvier, lorsque la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CourIDH), l’équivalent de la Cour européenne ou africaine des droits de l’homme, a vivement encouragé les Etats de la région de reconnaître le mariage gay. Cet appel de l’Organisation humanitaire des Etats américains n’a aucun caractère contraignant, néanmoins il exerce une certaine pression sur les législations locales obligées de tenir compte de l’évolution de leurs sociétés.

 

Le Centre de recherche et études politiques (CIEP) a constaté que cet appel « a provoqué un choc religieux, ce qui s’est répercuté dans les intentions de vote » dans un pays comme le Costa Rica réputé pour être un havre de démocratie et de stabilité politique. « La religion a joué un rôle très fort dans cette élection », a commenté l’analyste politique Carlos Chinchilla. Un autre observateur, le politologue Felipe Alpizar, directeur du CIEP a constaté que la religion a réveillé la fibre conservatrice des habitants, dont les deux tiers soit près de 65% rejetant tout à la fois le mariage homosexuel, l’usage récréatif de la marijuana, un Etat laïc et l’avortement, même en cas de viol. « C’est peut-être conjoncturel (…) mais cela explique en grande partie la percée d’Alvarado », ajoute-t-il à l’AFP. La Colombie a légalisé le mariage gay en 2016 rejoignant ainsi l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil. Les mentalités ont évolué dans les sociétés sud-américaines, où les homosexuels sont souvent stigmatisés ou subissent de violence.

 

Le pasteur Fabricio Alvarado s’est dit farouchement opposé à ce mariage contre nature. Un second aura lieu le 1er avril au terme de ce premier tour âprement disputé, au duquel aucun candidat n’a obtenu plus de 40% pour être déclaré vainqueur. La clé de victoire se trouve entre le 3e homme de cette élection, l’ex député Antonio Alvarez, 59 ans arrivé derrière l’ancien ministre de l’intérieur avec 18,9% des suffrages. Il est candidat du parti Libération nationale (PLN, social-démocrate). Toutefois, l’incertitude avait régné jusqu’à l’issue du scrutin, avec encore 36,5% d’indécis à quelques jours du vote, auquel se présentaient treize candidats pour ravir le fauteuil présidentiel au centriste Luis Guillermo Solis. Les sièges des 57 députés du parlement monocaméral sont également mis en jeu. Ce sont 3,3 millions d’électeurs qui devaient alors choisir leurs représentants. Vivant dans un pays dominé par l’écotourisme jusqu’à une époque encore récente et réputé pour être l’un des champions mondiaux des énergies renouvelables, les préoccupations des électeurs sont essentiellement tournées vers la corruption et la hausse de la criminalité, dans un climat d’essor du trafic de drogue. 

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article