Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Après de longues et difficiles tractations et réunions en interne, le Comité exécutif du Congrès national africain (ANC), a finalement réussi à faire plier Jacob Zuma, qui a officiellement annoncé dans la soirée de mercredi 14 février sa démission avec « effet immédiat ». « J’ai décidé de démissionner du poste de président de la République avec effet immédiat, même si je suis en désaccord avec la direction de mon organisation », a déclaré monsieur Zuma lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision. « Je dois accepter que mon parti et mes compatriotes veulent me renvoyer », a-t-il enchaîné, assurant avoir « toujours été un membre discipliné de l’ANC ». La direction de l’ANC lui a adressé un ultimatum fixé au plus tard aujourd’hui auquel il a finalement obtempéré après avoir laissé planer le doute toute la journée sur son maintien au pouvoir. Par cette sage décision, il évite à son camp et à l’opposition, un débat sur une motion de défiance prévu le jeudi au Parlement.

 

Le poste du président de la République échoit à Cyril Ramaphosa, vice-président et actuel président national de l’ANC, conformément à la constitution sud-africaine. Il va en assurer l’intérim jusqu’à l’organisation de la prochaine élection présidentielle de 2019. La loi suprême prévoit que le Parlement doit encore, dans les trente jours, l’élire formellement à ce poste. Selon des sources concordantes, cette élection aura lieu vendredi à 10h au parlement. Cela vient mettre un terme à un long feuilleton Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption, dont la famille Gupta se trouve impliquer. La démission de monsieur Zuma coïncide comme par hasard avec le raid de l’unité d’élite sud-africaine dans la propriété privée des Gupta, où trois personnes ont été arrêtées, selon les médias locaux. Cette riche famille indienne est accusée d’avoir utilisé ses relations d’amitié avec le président Jacob Zuma pour exercer une énorme influence politique, pour ses intérêts économiques.  

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article