Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

      Chronique de l’économiste et analyste politique tchadien, Kébir Mahamat Abdoulaye

Pendant de nombreuses décennies depuis 1966, se créaient et se développaient des politico-militaires au Tchad. Ainsi le pays a connu de milliers de combattants, soldats et seigneurs de guerre avec des conséquences qui dépassaient le territoire tchadien. Aujourd'hui la gestion de ces hommes devient une préoccupation nationale tant en période de guerre et surtout de paix pour ces hommes en majorité qui ne savent et aiment faire que la guerre, leur seul domaine de connaissance et d'activité principale. Un métier à leurs yeux procurait beaucoup d'avantages en termes de grades, argent, notoriété, influence et pouvoir. Ce qui n'est pas aussi infondé. Donc le métier des armes devient non seulement une activité lucrative certes avec ses risques avérés mais il est devenu un métier pour des mêmes frères, familles, des personnes de même région, ethnie…car il produit argent, pouvoir et prestige.

Dans de nombreux projets de la restructuration et réorganisation de l'armée nationale parfois sous plusieurs régimes, la question de l'intégration de ces hommes se posait avec insistance. Cependant faute des moyens et capacité d'accueil d'intégrer tous ces soldats et combattants en situation de guerre et surtout de paix, stabilité donc sans guerre et conflits armés à l'intérieur du pays depuis 2009, certains par faute d'exercer d'autres activités ou de s'insérer dans la vie économique, sociale...avaient préférer d'exercer l'activité des armes même en dehors du pays dans des activités de mercenariat pour les comptes des puissances, groupes armés.... C'est le cas récent de notre compatriote Mahamat Kodou Bani (accusé dans une tentative de coup d'Etat avorté en Guinée Équatoriale) et beaucoup autres, enrôlés dans leur jeune âge dans le métier des armes et finalement ne savaient pas ou ne voulaient pas faire d'autres activités et métiers. Monsieur Mahamat Kodou Bani est l'exemple type et pur produit d'un jeune combattant, d'abord dans le Rang de MOSANAT du défunt Baldom Bada Abbas, un groupe armé l'une des importantes composantes du Mouvement Patriotique du Salut(MPS) dans le maquis dans les années 90. Après leur victoire contre le régime de Hissein Habré, le jeune combattant Mahamat Kodou Bani n'a continué que dans le métier de la guerre dans différents groupes politico-militaires jusqu'à sa condamnable action en Guinée Équatoriale poussé l'appât de gain. C'est un monsieur, pour lui, le métier des armes et surtout faire la guerre est sa raison d'être. Quand on est née ou on est grandi dans cet environnement de guerre en permanence ou en perspective, la place à d'autres idées que la guerre devient une utopie. Hélas cet esprit de métier de guerre touchait beaucoup de tchadiens vivant dans cet environnement.

C'est les conséquences de guerres et de conflits armés dans un pays sur une longue période. Notre pays a énormément produit le métier des armes, a laissé un stock important des hommes sans savoir faire autre chose que la guerre. Aujourd'hui des accusations de plus en plus portées contre des Tchadiens (combattants) qui participaient dans des conflits armés dans d'autres pays à titre de mercenariat ou des alliés des protagonistes en conflits. C'est l'excroissance des conséquences de guerres et conflits armés au Tchad depuis les années 60 à nos jours. Dans le cadre institutionnel, Etatique, le Tchad était devenu un acteur militaire important en participant dans des interventions militaires dans d'autres pays. "Les tchadiens sont des guerriers", c'est le vocabulaire utilisé au niveau africain et international. C'est comme la guerre était devenue une source de revenu pour le Tchad donc une composante de son Produit Intérieur Brut. En définitive, comment faire pour enrayer ce phénomène d'un pays producteur/exportateur de métier des armes et des combattants ? Certes les comportements et agissements des Tchadiens combattants à l'extérieur du pays n'engagent ni l'Etat tchadien et son gouvernement. Cependant ils portent le nom du Tchad par leur nationalité et évidemment, ils sont les enfants de ce pays. Donc le débat est posé !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article