Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ceci est l’œuvre des forces de sécurité qui eurent décidé de réprimer la force des marches anti-Kabila, d’après la publication du dimanche 31 décembre 2017 de la RTBF portant la signature de l’Agence Belga.Selon toujours la Belga pour le compte de la RTBF, les forces de sécurité de République démocratique du Congo (RDC) ont réprimé dimanche des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène, et empêché des marches après l'appel des catholiques à manifester contre le maintien du président Joseph Kabila. Deux manifestants sont décédés sous les balles des autorités congolaises. 

Belga rapporte aussi qu’a Kananga, au Kasaï, dans le centre du pays, un homme a été tué par balles par des militaires qui ont ouvert le feu sur des chrétiens catholiques en marge d'une marche anti-Kabila dont le mandat a expiré depuis décembre 2016.En outre, au moins une quinzaine de personnes ont été blessées à Kinshasa, selon un décompte d'une équipe de l'AFP qui s'est rendue dans plusieurs paroisses. Trois personnes ont été blessées par balles à la paroisse Don Bosco dans la commune de Massina, selon cette source. Une dizaine d'autres personnes ont été blessés à la paroisse Saint-Joseph dans la commune populaire de Matonge. A la paroisse Saint-Dominique, un vicaire et une fidèle ont également été touchés, au visage et à au front. La police a interpellé 12 enfants de chœur catholiques à la sortie d'une paroisse du centre-ville.

A 13h00 (locales et GMT) toutes les marches et rassemblements dans les églises avaient été dispersés, a constaté un journaliste de l'AFP. Coupure internet, déploiement sécuritaire, barrages policiers : les autorités congolaises ont sorti l'artillerie lourde pour étouffer les « marches pacifiques » des catholiques contre le chef de l'Etat, malgré l'appel des Nations unies et des chancelleries au respect du droit à manifester. Ces « marches pacifiques » sont organisées par les catholiques congolais, un an jour pour jour après la signature sous l'égide des évêques d'un accord prévoyant des élections fin 2017 pour organiser le départ du président Joseph Kabila. A Kinshasa, deux hommes ont été tués par balle dimanche devant une église de Matete, un quartier de la capitale congolaise, alors que des forces de sécurité dispersaient des manifestants, selon l'ONG Human Rights Watch.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article