Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le 33ème et dernier numéro de Parole au peuple marquant la fin de l’année 2017  et début 2018 s’est penché sur une question relativement simple posée par Kébir Mahamat Abdoulaye à ses nombreux amis de Facebook : Quelle différence entre un pays musulman et un pays islamique ? Par ce temps qui court, les internautes ne se sont pas fait prier pour participer activement à la discussion. La question est très ouverte et ne se rapporte pas exclusivement sur le cas du Tchad mais dès l’entame du débat, grande a été la tentation de répondre à cette interrogation en se servant des réalités tchadiennes. Traversé par de nombreux conflits armés et fragilisé par des antagonismes politiques, ethniques et régionaux, le Tchad n’échappe pas aux tensions d’ordre religieux en sourdine pouvant menacer dangereusement le vivre ensemble dans la tolérance, une harmonie dans la différence.

La constitution stipule de la façon la plus claire possible que le Tchad est une Républicaine souveraine indépendante, laïque, sociale, une et indivisible, fondée sur les principes de la démocratie, le règne de la loi et de la justice. Il n’existe aucune ambigüité sur le caractère laïc du Tchad. Pourtant des esprits retors et malveillants vont contourner la disposition de la loi fondamentale du pays pour qualifier le Tchad, d’un pays musulman se fondant sur la supériorité numérique (53-54%) des musulmans qui restent à prouver. Les autorités ont l’obligation de respecter scrupuleusement la laïcité consacrée par la constitution pour permettre à tous les Tchadiens d’exercer librement leur religion. Les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire doivent s’abstenir de tout favoritisme, de partie pris d’une religion au détriment de l’autre. On observe ça et là des gestes et pratiques qui tendent à violer les principes de la laïcité, notamment la neutralité vis-à-vis des religions. Il règne dans certains esprits des concitoyens la confusion voire l’ignorance sur la notion même de la laïcité. Une campagne de vulgarisation de ce principe capital du vivre ensemble s’impose. La stabilité et la paix en dépendent. Les hommes politiques, les leaders religieux, les responsables de la société civile et tous les citoyens sont appelés à s’investir pour faire connaître et faire vivre la laïcité au Tchad.

Mahamat Annour Doutoum s’invite dans le débat en y apportant d’emblée sa contribution : «Je pense qu'un pays musulman est un pays où la population est en majorité musulmane alors qu'un pays islamique est un pays doté d'une constitution basée sur les lois islamiques »

Khalid Daoud donne son point de vue sur la question : « Pour moi, un pays musulman c'est un pays comme l'Arabie saoudite (à l'époque). Alors un pays islamique, c'est Comme l’Iran »

Mahamat Annour Doutoum conteste le caractère islamique de l’Iran : « qu'est-ce que l'Iran à d'islamique, un pays qui ne reconnait même pas le coran comme authentique. Le coran c'est la base quand même. C'est juste une étiquette qu'on leur avait collée »

Khalid Daoud Mahamat Annour Doutoum soulève un quiproquo : « je pense qu’on ne se comprend pas. C'est pour dire que l'Arabie saoudite de l'époque est un pays musulman mais de nos jours, le royaume a l'allure d'un pays laïc. S'agissant l'Iran, on ne peut pas être de leur tarikhah (chiite) mais la République iranienne est un pays islamique et reconnue mondialement ou officiellement. Même par les occidentaux. »

Aphy la Khazala tentative de distinction : « A mon avis, un pays musulman c'est la laïcité, mais tout de même les musulmans dominent. Par contre un pays islamique c'est la charia c'est-à-dire tout le monde se soumet aux règles islamiques. »

Charfadine Abdelnassir émet son idée : « Bonsoir, un pays musulman est un pays dans lequel vivent majoritairement des musulmans tandis qu’un pays islamique est un pays où la législation est de rigueur ».

Mahamat Issa Moussa estime qu’: « Un pays musulman est un pays à majorité musulmane ou presque la population a pour religion l'islam. Tandis qu'un pays islamique est un pays régit par la charia »

Raymond Backo est subjugué par la problématique : « Ta question est vraiment pertinente, c'est d'une rare subtilité que beaucoup n'ont pas fait attention. »

Mahamat Abdoulaye s’interroge : « sur la page Facebook d'un compatriote ? Est-ce que les Musulmans sont majoritaires au Tchad ? Si oui, quel le pourcentage provenant des sources fiables ? Quel est le pourcentage au-dessus duquel on peut qualifier un pays de « Musulman » ou « Chrétien » ? A mon avis le terme « Musulman » est employé pour désigner un individu qui pratique l'Islam, tandis que le terme "islamique" est adapté aux juridictions, aux institutions, aux actes, aux États etc. Donc, le Tchad n'est ni Musulman ni Islamique mais un pays où habitent des musulmans et où la loi islamique n'est pas pratiquée par l’État car le pays laïc, régi par une constitution (aussi bancale soit-elle) qui sépare l’État et la religion »

Kebir Mahamat Abdoulaye s’en explique : « Le Tchad bien que ce soit un Etat laïc par sa constitution est un pays musulman car la majorité de sa population est musulmane jusqu'à 53 à 54% selon certaines statistiques. De ce fait, il est aussi membre de L'OCI, une grande institution internationale des pays musulmans et islamiques. Mais le Tchad n'est pas un pays islamique car la charia n'est pas érigée en loi nationale comme dans certains pays islamiques. Le Tchad bien qu'un musulman mais sa constitution garantie la liberté des cultes et de croyances à chaque citoyen. Les Etats-Unis est un pays chrétien car la majorité de la population est chrétienne comme beaucoup de pays occidentaux »

 Djim Alias El Compartidor porte une accusation : « Monsieur Kébir forge maintenant les définitions ! Je me demande si l'aspect historique d'un pays n'est pas pris en compte dans ces appellations. C’est une explication erronée Monsieur Kebir, Il n’y a aucun recensement des musulmans à ma connaissance pour dire que le Tchad est majoritairement musulman à 53 ou 54%. Vous vous basez sur des estimations d'ordre politique ! Et même si c'est vrai, c'est un pourcentage qui à évolué au fil des temps pour atteindre tes 54%. Est-ce que cela fait du Tchad un pays musulman !

Remy Gamo pousse Kébir à aller convaincre le président : « Monsieur Kébir Mahamat Abdoulaye, tu dois des explications à M. Deby avant que je lui donne ma part »

Moussa Brahim Fadoul contribue également : « A mon avis, un pays dit musulman lorsque la majorité de la population est musulmane alors qu’un pays islamique lorsque les règles et les droits islamiques qui s'appliquant »

Abdelkader Soumaïne Nazal se prend aussi dans le jeu : « Tout est déjà dit par les participants au débat. Un pays musulman c’est un pays en majorité qui regorge un bon nombre des croyants musulmans (comme les Émirats arabes unis, Jordanie,). Et un pays islamique c’est un pays qui est doté des institutions juridiques, politiques, sociales, et religieuses à base de la charia inspirée de lois, versets, du coran et de hadith (Comme l’Arabie saoudite, l’Iran) »

Izadine Ahmat Tidjani donne encore une distinction « Le pays musulman est un pays où les musulmans dominent par leur nombre mais le pays est laïc. Par contre l'Etat islamique est un Etat dominé par des musulmans et est un Etat dont la constitution se base sur le hadith et le coran. »

Richard Dengsa fait ressortir la différence : « Bah voilà un pays ‘musulmanes’ déjà c'est un pays qui n'est pas officiellement islamique ni musulman. C'est simplement un pays qui prétend être laïc mais où les imams sont nommés par décret présidentiel reste à savoir si c'est dans la constitution. C'est un pays où le gouvernement est plus de 80% musulman un pays où il y' a une mosquée à chaque coin de la rue et qui a chaque 4h du matin se lancent dans une cacophonie symphonique »

Bako Abatch plaide pour l’oubli des différences : « Que l'on soit chrétien, musulman, nationaliste, agnostique, athée, il nous faut d'abord apprendre à oublier nos différences »

Bokhit Arami essaie de définir : « Un pays musulman est un pays qui a un pourcentage fort de sa population musulmane tandis qu'un pays islamique où on applique la charia comme la loi ou la constitution. Dans notre monde d'aujourd'hui, il n’y a pas un pays islamique, au grand jamais »

Haggar Mahamat Abdelkerim explique par des exemples précis : « Un pays islamique est un pays qui applique la Charia comme loi de la République. Exemple l'Arabie saoudite, l'Iran ou Pakistan. Par contre, un pays musulman est un dans lequel l'Islam est la Religion d'Etat avec une dualité de l'ordre juridique le droit moderne d'une part et le droit musulman d'autre part. Exemple Égypte, Algérie, Libye, Liban ou Tunisie »

 Adam Kore rejoint les autres dans sa définition : « Pays musulman’ pays où la majorité de la population est musulmane et le terme "islamique" pour ce qui relève de l'intention "État islamique" État qui fait de l'islam le fondement de sa légitimité »

Zakaria Garba s’infiltre dans le débat : « Bonsoir Monsieur Kébir, pays islamique c'est lorsque l'État lui-même fonctionne avec des règles islamiques.  Donc le coran constitue la loi juridique. Par contre un pays dit musique c'est aussi lorsque la population est à dominante musulmane. Dans ce cas nous parlons d'État laïque. C'est aussi le cas de notre pays »

Baradine Berdeï Targuio met en avant la primauté de l’islam : « Certains s’étonnent de l’ancrage de l’islam plus que le christianisme ? C’est parce qu’il y a mille ans, au pays, entre le premier et le second. Vous n’avez pas entendu les Eric Zemmour et autres. Français dire pompeusement et fièrement que la France est une terre de chrétiens ? Personne n’a barré la route, ni par texte moins encore par acte, une quelconque prolifération de signes chrétiens à tous les coins du Tchad, sauf, qu’idéologiquement le christianisme ne progresse pas au Tchad et se cantonne seulement dans certains quartiers ».

Kebir Mahamat Abdoulaye explique avec des arguments solides  : « Un pays musulman est un pays où sa population est composée à majorité des musulmans. Un pays islamique est un pays où sa constitution et ses législations sont d'inspiration islamique c'est à dire la charia est source des lois de la République ou de la monarchie. Par exemple des pays comme l'Arabie Saoudite, la Mauritanie, l’Iran, le Qatar…sont des pays musulmans et islamiques. Par contre le Sénégal est un pays musulman et non un pays islamique comme le Niger, la Guinée Conakry, le Tchad, la Turquie....en raison du caractère laïc de l’Etat. Un pays peut être musulman et laïc selon sa constitution comme le cas du Tchad, Niger, Sénégal, la Turquie, la Guinée Conakry, la Gambie...malgré leur population à majorité musulmane avec la présence d'autres religions Il est important aussi de préciser qu'il existe aussi des pays chrétiens et laïcs comme la quasi-totalité des pays occidentaux. Les Etats-Unis est un pays chrétien en raison du nombre de sa population majoritairement chrétienne bien qu'il existe des musulmans, bouddhistes, juifs.... La Chine est un pays bouddhiste en raison de sa population majoritairement bouddhiste bien qu'il existe des chrétiens, musulmans, animistes. La science politique, la sociologie politique, la démographie …étudient beaucoup ces phénomènes. Précision importante : bien que la population tchadienne soit à majorité musulmane à 53% aussi par l'existence d'autres religions mais l'Etat est laïc à travers sa constitution. L'Etat n'a pas une religion officielle, il est laïc, il assure à chacun la liberté de cultes, de croyances. Donc le Tchad par sa constitution est un Etat laïc même si le pays est musulman par sa démographie et par sociologie (politique) ».

Richard Dengsa estime : « Qu’un pays ne peut pas être religieux... Les hommes le sont. Les hommes choisissent de l'être. Donc du coup il n’y a pas de pays religieux il n'y a que des pays peuplés par des religieux et cette étiquette peut changer à tout moment ».

Saleh Adoum Abbas n’est pas d’avis : « je ne suis pas du tout convaincu ! Le Tchad n'est pas un pays musulman mais un pays avec une majorité forte de musulmans et une minorité chrétienne. Conformément aux dispositions constitutionnelles, le Tchad est un État/une République laïque pour être considéré comme un pays musulman il faudrait que la religion d'Etat soit déclarée dans la Constitution comme étant l’Islam et que nos lois soient basées sur le droit musulman ce qui n'est pas le cas »

Kébir Mahamat Abdoulaye mentionne les disciplines où le thème a été abordé : « En tout cas en sciences sociales notamment en démographie, science politique, sociologie, sociologie politique…les notions pays musulman et pays islamique existent »

Saleh Adoum Abbas veut s’en tenir à la constitution : « Je ne dis pas que ça n’existe pas ! Mais ma préoccupation est que ça sert à quoi de proclamer une République laïque à une confession religieuse (musulman) d'autant plus que les lois applicables sont contraires aux lois islamiques ? Croyez-vous que si demain la France, devient peuplée par une majorité de musulmans elle sera un pays musulman ? ».

Richard Dengsa fait une petite digression dans le débat : « Dis-moi Kébir Mahamat Abdoulaye comment devient-on musulman ? ».

Kébir Mahamat Abdoulaye lui donne une réponse brève : « Une question courte mais elle nécessite une longue réponse. Pour répondre de manière courte, il suffit de prononcer le sermon qu'il n'y a pas d'autre divinité que Dieu et Mohamed est son prophète. Après ça il existe d'autres choses au plan cultuel et moral »

Richard Dengsa appelle à faire attention : « J'attends ta réponse mon cher même si je la connais déjà. Je t'exprime le fond de ma pensée. Si pour devenir membre d'une religion quelconque il y'a des rites qu'il faut accomplir et des professions de foi qu'il faut prononcer. Un pays, un territoire est un concept et ne peut avoir d'attribution religieuse. En revanche les gens qui y vivent oui, alors pour faire simple il faut plutôt dire un pays à tradition ''telle religion'' si non on pourra aussi dire que le manguier ou le goyavier qui est chez toi est aussi religieux pour ne pas dire musulman comme tu le sais nul ne naît religieux, la religion est inculquée par l'entourage »

Eva Suleyman met en avant des éléments rationnels d’explication : « Quelle est le rapport entre vivre dans un pays et la corrélation du sujet. J'y réside temporairement avant de retourner au Tchad. Un exemple, l'Arabie Saoudite et le Qatar ou les Émirats Arabes unis n'interprètent pas les lois de la même manière malgré que l'islam soit son fondement. Un exemple simple est la conduite de la voiture, il n'y a pas longtemps l'Arabie saoudite l'a autorisée »

Saleh Adoum Abbas ne partage pas l’avis quasi unanime : « Il faut appeler un chat par son nom. Comparer le Tchad a l'Arabie Saoudite ou (je ne sais quoi) est une illusion. Un pays musulman applique minimum la loi Islamique, alors arrêter de dire que le Tchad est un pays musulman. »

Bakhit Ndobenane attaque de front les immigrés : « Non ! Je ne peux pas m'énerver pour un si peu. Je mettais juste un point sur les immigrés qui se croient plus cultivés que nous qui sommes au bled. A Quoi sert donc votre ouverture d'esprit si cela ne favorise pas les vôtres ? (Un autre débat) ».

Kébir Mahamat Abdoulaye convie le précédent intervenant à la discussion sur tous les sujets : « Cher Bakhit Ndobenane, il est important de discuter, dialoguer sur tous les sujets sans tabou et des préjugés »

Bakhit Ndobenane s’oppose ouvertement : « Aucunement, je refuse de discuter. Je refuse qu'on catégorise un pays surtout le nôtre par rapport à une religion. Car il est laïc, alors que tout le monde y trouve son compte »

Isabelle Dokoro dit : « Arrêtez de dire que le Tchad est un pays musulman, Le Tchad n'est pas à majorité musulman, c'est l'impression que vous donnez c'est tout, le Tchad est un pays Laïc ».

Isabelle Dokoro rappelle à l’ordre : « Hassan, II faut bien lire les commentaires, avant de répondre j'ai lu presque tous les commentaires, et c'est par rapport aux interventions des uns et des autres que j'ai répondu »

Kebir Mahamat Abdoulaye s’adresse à Isabelle en ces termes : « Salut Isabelle Dokoro. Il est important pour les jeunes d'étudier et connaître la démographie de leur pays et de sa sociologie. L'étude sur la population du Tchad est un programme de cinquième. Maintenant pour le caractère laïc de l'Etat, c’est une valeur consacrée par la constitution. Aucun débat. Cependant le caractère laïc de l'Etat tchadien est un sujet différent du sujet de sa démographie et sociologie »

Isabelle Dokoro trouve le sujet clivant et le fait savoir à Kébir :  « Que l'étude démographique du Tchad soit un programme de cinquième ou de quatrième, il n'est dit nulle part que le Tchad est un pays musulman, par contre il est toujours dit et écrit que le Tchad est un pays LAÏC, j'en profite pour te dire qu'il faut arrêter de diviser les tchadiens avec tes questions insensées, les tchadiens intellectuels cherchent le "vivre ensemble ", l'heure n'est plus à la division parce que tu sais très bien que des pareilles questions surtout sur la religion divisent et ce n'est pas sur les réseaux sociaux que tu vas amener les jeunes à étudier et connaître la démographie de leur pays, cherche des questions pertinentes qui te feront avancer dans ta vie politique » 

Brahim Moussa Djimi Suleyman n’apprécie pas du tout les questions : « Des questions insensées ? Poses alors les tiennes qui sont censés madame. La question était si simple : quelle différence........? Monsieur Kébir parle toujours avec des preuves tangibles et vivantes à l’appui, remonte un peu haut pour voir toutes les arguments avancés»

Hamad Guera s’en tient à la constitution : « 'un pays musulman...en raison du caractère laïc du pays'' Quelle absurdité ! Est-ce vraiment un instruit qui écrit une chose pareille ? Il faut avoir le courage de dire pays musulman ou pays laïc. Mais juxtaposer les deux formules est une fusion intellectuellement indigeste et insensée ! Je suis dégouté de lire des écrits aussi dépourvus du sens de responsabilité et d'intelligence politiques. Allez dire ce que la constitution tchadienne dit à propos du Tchad. A cause de ma foi, s'il y a préférence, je voudrais que le Tchad soit un pays musulman mais la préférence n'est pas la constitution et le Tchad   n'est pas un pays musulman au regard de la constitution. Donc, je m’en tiens à la constitution tant que celle-ci ou une personne ne m’empêche de vivre ma foi musulmane. Aussi, tant que ma foi est respectée, je respecterai la foi des autres. Ça s'appelle l'inclusion et le vivre ensemble dans la tolérance et l'acception de la diversité tout court et de celle de la religion en particulier »

Kebir Mahamat Abdoulaye insiste sur l’existence des terminologies : « Cher frère Hamad Guera, les terminologies et notions de pays musulman et pays islamique existent et sont beaucoup traitées en démographie, science politique, sociologie, sociologie politique, science islamique. A moins que certaines personnes découvrent pour la première fois. Concernant les autres de tes propos, il y a beaucoup de confusions et de subjectivités »

Kébir Mahamat Abdoulaye estime que : « D'ailleurs quand j'ai posé la question en Arabe, les intervenants n'ont pas eu des difficultés pour comprendre la différence entre les deux notions.

Souleyman Haggar pense : « Qu’un pays musulman est un pays où la population musulmane est largement majoritaire (80 à 90%) c'est le cas des pays comme le Niger, le Mali, le Sénégal etc. Un pays islamique est un pays où les lois ont pour source le Coran et le Hadith. C'est le cas des pays comme le Maroc, la Mauritanie, le Soudan etc. Voilà en gros la différence entre ces deux types de pays »

Left Ouledhille fait remarquer le caractère nauséabond du débat : « Punaise sujet pourri. Désolé je me devais de te le dire franchement…tu es capable de mieux que cela. Ce sujet ne peut réveiller que la haine et soulever un débat nauséabond qui ne fera pas avancer le schmilblick »

Zara Mahamat déplore le manque des données fiables : « L’absence de statistiques fiables jette un doute sur l'idée reçue voulant que le Tchad est un État laïc à forte dominante musulmane »

Oumar Ismaiel Zakaria est largué : « Moi je ne comprends pas la différence entre islam et musulman. Ces deux notions sont liées ou non ? »

Hamad Guera émet quelques réserves et de critiques : « Je n'ai pas dit que vous aviez inventé cette terminologie et de surcroit je n’évoque pas l'existence ou non de cette terminologie. J'attire l'attention sur le non-sens de son association maladroite avec la notion de laïcité telle que vous l'avez écrit. Vous parlez d'existence, je parle du sens, ce n'est pas la même chose. De plus, non la réaction de quelques intervenants en arabe sur la contradiction des sens n'est pas une référence de raison. C'est au mieux leurs postures. »

Didier Tidjem accuse l’Etat de ne pas observer les principes de la laïcité : « Monsieur Kébir, même si je m'invite à ce débat, j'attendrai votre conclusion.  Finalement c’est quoi le Tchad ? Il est tout sauf laïc. Dans un pays laïc, le président ne peut pas instituer des journées de prières inter confessionnelles, se montrer officiellement avec des leaders religieux dans le palais présidentiel qui est un symbole de la République. Dans un État laïc les passages publics comme les rues ne doivent pas être obstruées ou bloquées les vendredis ou les jours de baptême. Dans un pays laïc, on ne peut pas autoriser uniquement l'abattage des animaux par des musulmans et interdire aux non musulmans ce service qui se passe au seul abattoir frigorifique public. Ces exemples ne sont pas exhaustifs. Alors je me demande c'est quoi le Tchad ? Est-il un pays ? Si oui, est-il véritablement laïc ? Ou est-il simplement un amas de désordre qui ne sait pas ce que c'est le mot désordre ».

Choix et commentaire de Moussa T. Yowanga / Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article