Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La crise anglophone s’enlise au Cameroun et devient préoccupante vu l’ampleur des dégâts imputables à l’armée et accessoirement aux groupes armés sécessionnistes. La réflexion du docteur Modestine Carole Tchatchaouang Yanzou s’articule autour de l’arrestation de quatre leaders de la République autoproclamée d’Ambazonie, dont son président Sisiku Julius Ayuk Tabe. L’affaire fait naturellement grand bruit au Nigéria sur les conditions de l’arrestation de ce dernier et l’équipe de son cabinet. Il se susurre que ces arrestations serait une affaire de gros sous entre l’entourage très proche du président Biya qui était à la manœuvre avec la complicité de quelques Nigérians intéressés par les espèces sonnantes et trébuchantes. Cela n’a pas empêché le gouvernement camerounais a demandé aussitôt l’extradition de monsieur Ayuk et ses compagnons de lutte mais la procédure risque de ne pas arriver à son terme. Ces personnes bénéficient du statut de réfugié et le Nigéria craint que leurs droits ne soient pas respectés dans le contexte actuel. La radicalité de part et d’autre éloigne toute perspective rationnelle du dialogue et de la réconciliation nationale. Se sentant marginalisés, les anglophones représentants 20% de la population ont exprimé leurs frustrations à travers des grèves et des émeutes à caractère corporatiste qui se sont vite transformées en revendications politiques. La réponse assez brutale dès le début du gouvernement n’a pas suffi à ramener le calme, d’où les négociations entamées avec les syndicats qui ont abouti à une décrispation précaire.

La gestion calamiteuse des revendications corporatistes est l’erreur principale ayant conduit à cette situation complexe d’aujourd’hui. Les populations des zones concernées ont été privées d’internet durant trois mois, elles ont vécu six mois d’opérations « ville morte » et une année scolaire gâchée, tous les ingrédients qui les ont poussés à réclamer le fédéralisme ou la sécession. Mais le gouvernement ne veut rien entendre de tout cela. Il tient mordicus à la forme unitaire du pays qui n’est pas négociable à ses yeux. Et pourtant, ceux d’en face ne considèrent plus la forme unitaire du Cameroun comme un sujet tabou. Le gouvernement ferait mieux d’abandonner l’option militaire qui consiste à vouloir réduire en silence les velléités sécessionnistes par la force. Il serait mieux inspiré aidé par la communauté internationale de prendre des mesures fortes d’apaisement afin de rétablir la confiance et le dialogue. Le terreau de marginalisation sur lequel s’est cristallisé les revendications des anglophones, peut se retrouver ailleurs en Afrique sous une forme similaire ou semblable. Ce qui se passe au Tchad et en RDC exprime tout simplement le rejet d’une façon de gouverner de nos dirigeants préoccupés à se remplir les poches avec leurs affidés en toute impunité. Lorsque le ras-le-bol atteint son paroxysme, la révolte populaire est inéluctable face au pouvoir militarisé, autiste et arrogant vis-à-vis du peuple au nom duquel il prétend tirer sa légitimé. Le 41eme numéro de Parole au peuple est consacré à la crise anglophone au Cameroun, où le président Paul Biya très contesté comme nombre de ses pairs de l’Afrique centrale remet en jeu son fauteuil lors de l’élection présidentielle prévue cette année.       

Modestine Carole Tchatchaouang Yanzou : « Aucun de ces hommes n'est terroriste ! Ce sont des jeunes Camerounais qui n'aspiraient qu'à vivre en paix et en toute sérénité dans la République. Le seul terroriste du Cameroun, c'est Paul Biya qui après avoir ruiné notre pays et terroriser le peuple depuis 35 ans avec sa bande de criminel veut le diviser par ses excès avant de partir. Ensemble chassons Biya pour reconstruire le Cameroun de nos rêves ».

Tsatedem Roger Roger Lontsi ouvre le débat : « Je suis entièrement d'accord avec toi ma sœur chérie nul ne naît terroriste. Oui sécessionniste à force d'être torturé par les autres qu'on devient. Et déjà connaissant les camerounais anglophones, ils sont très respectueux du savoir vivre. Chez nous les francophones, la moindre chose les insultes du genre ta (sale pute le cuir de ta mère même leur musique ta mère ton père du vrai n'importe quoi »

Simon Bikoy s’exprime de façon allusive : « Vraiment ce terroriste socialiste voleur comme tous les socialistes qui détruisent et tuent les jeunes n’ont rien à leur offrir »

Zenon Noah conseille : « Viens créer un parti politique que nous allons faire connaitre à travers les réseaux sociaux et tu nous apporteras ton programme, c’est ça la démocratie »

Cyprian Kriss s’indigne : « Vous avez pris le pays en otage et tu parles de démocratie ? Il faut tout simplement une révolution pour vous tuer tous »

Dior Moses Nkohgue tient des propos équilibristes : « Et vous croyez que critiquer sans rien proposer fait avancer les choses ? Je peux comprendre les revendications de nos frères anglophones mais du moment où on frappe des enfants qui veulent aller à l’école, on casse et brule des biens publics, assassine des maires et Bah soyons logique l’État doit agir avec force »

Jean Sacdio donne une définition : « Pour moi la démocratie, ce sont les bonnes règles de jeux pas toujours truquées les élections tu es sans ignorer comment les élections sont faites ici chez nous »

Marcel Keabou Kuete s’adresse au docteur Carole : « Elle le ferait quand elle apprendra à bien écrire »

Morganfreeman Morgan s’insurge contre l’avis exprimé : « Dior Moses tu parles de quoi au juste quand l'Etat tuait les Anglophones, qui a réagi ? C’était bien mais quand Trop c’est Trop sans dialogue, ils ont réagi tu dis que ce n’est pas logique, donc tu veux par là nous dire que cet Etat en tuant un anglophone c’est logique ?»

Morganfreeman Morgan poursuit son argumentaire : « Dior Moses, si je comprends bien tes aussi camerounais, Il faut proposer des solutions ou simplement parce que tu n’es pas du tout affectée par ce problème et tu n’as perdu personne dans cette crise en regardant le nombre des anglophones en prison enfermés d'avoir revendiqué don. Ça aussi ce n’est pas logique n’est-ce faut rester tranquille et laisser cette femme défendre ce qu’elle croit logique et pour finir si ce n’est pas logique pour toi. Tu peux aussi créer ta page et revendique ce que tu crois logique »

Marvin Etuka Sandjo se demande de façon ironique : « Tu entends quoi par partie politique, ya-t-il des règles du jeu équitable dans une mafia ? »

Eric Fotsing Soh charge les dirigeants : « Les pires des terroristes, ce sont nos dirigeants détourneurs qui nous tuent à petit feu depuis des décennies. En ce qui me concerne mon seul problème avec ces frères, c'est la sécession qu'ils réclament, pour moi, ce n’est pas la meilleure des idées. Il n'y a pas de maison sans problème encore moins de pays. Ce n'est pas le fait de subdiviser la villa en appartements individuels qui va résoudre le problème, au contraire ça nous affaiblira plus tôt. "C'est mon opinion" »

Eveline Kengne s’en prend à tout le monde : « C’est vrai. Mais les Camerounais sont devenus tous des Ngouas. Manger … »

Zaho Constentin tient des propos accusatoires envers docteur Carole : « Ma sœur tu n’as encore rien compris dans la géopolitique. Tu fais partie des camerounais qui veulent vendre le Cameroun à l’occident lors des prochaines échéances »

Wappi Rofiano Jean Claude est très critique envers le pouvoir :« Mon cher, ton Paul Biya qui est le grand collaborateur et le meilleur élève de la France a déjà tout vendu. Nous ne sommes pas des déconnectés mentaux durant 40 ans de dictatures. Mais bientôt ce sera la fin. »

Franck Ebol'Anyu prévient docteur Carole :« Tu iras vivre avec eux sur la lune. C'est là-bas votre Ambazonie !»

Saintvictors St part de son cas personnel : « On brûle le lieu où j’allais apprendre pour lutter à armes égales. On me tabasse parce que je porte la tenue pour fréquenter. Et vous acclamez en disant : ce ne sont pas des terroristes »         

Wilfried Pigoué exprime une position de neutralité : « Vivre dans la liberté de ses pensées, sans avoir peur de donner son opinion et aussi dormir le ventre plein sans aucun coup de feu dehors. »

Wappi Rofiano Jean Claude met un terme au débat non sans avoir fait une petite réfexion : « Mon cher déconnecté mental, la géopolitique, c'est de permettre à un anglophone de gérer le pays sans l'unité nationale ? La géopolitique, c'est un bon système électoral libre et transparent dans tout le territoire. »

Choix et commentaire de Moussa T.Yowanga, journaliste politique ,spécialiste des débats sur le net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article