Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ceci est un reportage recommandé par la Rédaction dans le cadre du respect de la liberté religieuse. De nos jours, la religion est au centre des riches débats, souvent contradictoires, mais généralement avec l’unique but d’amener tout le monde à favoriser le vivre ensemble et le respect des valeurs fondamentales et universelles. Il est souvent maladroit et inapproprié de vouloir imposer la paix par la guerre, tout en oubliant dans une guerre il n’y a pas de gagnants en réalité. On est perdant quelque part, même si les dirigeants de certaines puissances mondiales proclament haut et fort qu’ils gagneraient un jour la guerre contre les fondamentalistes religieux. Pourtant, religieusement, mais d’une manière déterminée beaucoup de croyants, de religions monothéismes ou pas, d'hommes et de femmes de foi, de pasteurs, d'évangélistes, de prêtres de rabbins, d'imams,  voire de simples fidèles très engagés se lancent dans la quête de la paix mettent toujours Dieu au premier plan. Et justement, c’est la raison pour laquelle, l’œil de Fabien braquera presque souvent son projecteur sur la religion.

Ainsi, pour la première fois, l’œil de Fabien s’est posé sur la pratique religieuse d’un Groupe de Jeunes Chrétiens (GJC) d’obédience évangélique décidés de vivre leur foi à travers l’obéissance aux recommandations de Dieu contenues dans la Bible : « Faites donc, de toutes les nations mes disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit », selon l'évangile de Matthieu chapitre 28 au verset 19. Toute cette démarche n’a qu’un seul et unique but, c’est d’annoncer la Bonne Nouvelle à tous les Hommes afin qu’ils soient sauvés d’où la notion de « Vie éternelle », qui suscite de prime à bord à la fois la curiosité, l’interrogation et parfois le rejet par tous ceux qui ne croient à rien. Dans le Christianisme, la vie éternelle synonyme du Paradis s’oppose à la mort éternelle autrement dit l’Enfer ou la Géhenne. La quête de la vie éternelle préoccupe tous ceux qui ont reçu la grâce de devenir enfants de Dieu, comme le Groupe des Jeunes Chrétiens(GJC) qui vivent pleinement leur foi dans une sorte de dévotion à Dieu. Ils ont conscience de leur véritable identité et font également les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par eux.

Ces jeunes ont investi dans l’après-midi du jeudi 27 janvier 2018 la place du Capitole, en plein cœur de Toulouse pour témoigner de leur foi en Jésus. Ils ont l’air confiant et très rassuré. Rien ne semble les perturber ni les intimider au contraire ils dégagent une mine des enfants débonnaires et radieux, prêts à aller vers l’autre sans aucune hésitation ni préjugés. Ils affichent clairement les couleurs en lançant haut et fort qu’ils étaient là pour inviter les gens non pas à avoir une religion, mais une relation personnelle avec le créateur de toutes choses, confirmé par ce passage biblique de Ephésiens, chapitre 3 au verset 9.

Selon toujours ces Jeunes Chrétiens, la religion ne sauve pas l’homme, mais « c’est seul Dieu dans sa grande bonté qui s’est fait chair pour venir sauver l’humanité », s’appuyant sur les paroles bibliques qui stipulent que « c’est par la grâce que vous êtes sauvés », par le moyen de la foi. « Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point per les œuvres, afin que personne ne se glorifie, selon Ephésiens chapitre 2 au verset 8 à 9 ».Une rencontre totalement impromptue, mais programmée par Dieu de l’avis des Jeunes Chrétiens va se produire lorsque des élèves ingénieurs de passage vont engager quelques minutes de discussions avec eux. Des discussions tout à fait informelles, mais qui sont largement orientées vers les préoccupations relatives à la transcendance. D’entrée de jeu, un jeune Chrétien interpelle les élèves ingénieur à travers une question assez classique lors d’une évangélisation : « Savez-vous que Jésus-Christ vous aime, et veut vous sauver ? ». De prime abord, la question est ouverte et appelle une réponse simple oui ou non mais cela n’était pas le cas puisqu’un élève ingénieur répondant au nom du groupe dira : « Nous ne croyons pas en Dieu, et c’est des conneries du genre humain ». Dieu n’existe pas, c’est une pure imagination de l’homme pour dominer ses semblables ». Et d’ajouter « d’ailleurs qu’est-ce qui vous prouve que Dieu existe ? Nous croyons à la science, car elle peut se démontrer et s’expérimenter, tandis que Dieu non ». Un autre élève ingénieur s’empresse pour appuyer son condisciple : « prenons l’exemple sur la loi de la gravité : quand je saute en l’air, je sens que je retombe, et ceci est justifié et expérimenté ». Un jeune chrétien leur pose aussitôt une question délicate : « Quand vous dites sentir la gravité, la voyez-vous ou la sentez-vous simplement ?».Il pose spontanément la question pour lui donner le moyen de déployer son argumentation.

Alors il enchaîne : « Vous savez, il en est ainsi de Dieu. Tu ne peux le voir, mais le sentir également, car c’est par la foi que nous savons que Dieu existe, nous ressentons son amour, sa joie et sa paix dans notre vie etc. Il est dit dans la Bible : « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe et il est rémunérateur de ceux qui le cherchent. C’est dans Hébreux chapitre 11 au verset 6 ». Et le livre de Jean chapitre 20 au verset 29 va aussi dans le même sens : Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et ont cru ». Un autre passage qui a été cité par un jeune chrétien est celui de l’évangile de Jean chapitre 3 au verset 16 selon lequel : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ». Loin de se laisser convaincre par ses paroles tirées de la Bible, livre le plus vendu dans le monde avec un peu plus de 2,5 milliards d’exemplaires, un autre élève ingénieur bondit instantanément pour lui glisser insidieusement le thème de la mort dans le débat : « Je ne crois pas qu’il y ait une vie après la mort, et de toute façon, je n’ai point peur d’affronter la mort un jour ». Comme pour se rassurer, il poursuit : « Mon objectif est de faire avancer les sciences et améliorer le quotidien de l’espèce humaine ».

Il finit son propos en demandant au groupe de jeunes chrétiens:« Pourquoi vous croyez à toutes ces fables ? Si Dieu est amour comme vous dites, il doit sauver tout le monde », veut-il se persuader.A toutes ces interrogations posées, un parmi le GJC répond calmement:« Vous savez, Dieu ne force pas un homme de croire en lui, mais lui laisse le choix. Prenez l’exemple de vos études, si vous n’étudiez pas vos leçons, vous ne pourrez pas réussir à vos examens, donc vous avez le choix de travailler ou pas ?».Mais un élève ingénieur lui réplique promptement : « Je n’étudie pas mes leçons, pourtant j’ai toujours de très bonnes notes ». Un jeune chrétien lui répond instinctivement comme par révélation:« Ceci relève du génie certes, mais néanmoins quand vous vous présentez aux examens, vous avez le choix de réfléchir et ensuite d’écrire sur votre copie, et si ce n’est pas le cas, malgré votre génie, vous n’aurez pas votre diplôme d’ingénieur à la fin de vos étude ». Les discussions semblent se terminer par le dernier et seul point d’accord concéder par un élevé ingénieur qui approuve :«Vous avez raison de dire cela, car j’ai effectivement le choix de réflexion et de retranscription sur ma copie sinon je ne réussirai point ». Le GJC et les élèves ingénieurs se séparent dans un bon état d’esprit. Les jeunes chrétiens auront sûrement à cœur de prier pour les élèves ingénieurs qui restent des âmes à sauver.

 Fabien Essibeye Fangbo, journaliste stagiaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article