Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le président Trump fait l’objet de vives critiques de par le monde après avoir tenu des propos indélicats, lors d’une réunion à huit clos à la Maison Blanche dénonçant l’immigration venant des « pays de merde », en faisant allusion à certains pays africains, le Haïti et le Salvador. C’est le Washington post qui fait l’écho jeudi, du dérapage verbal de Donald Trump dont il est malheureusement coutumier. Le langage très politique a été confirmé par les témoins constitués de plusieurs sénateurs, dont le démocrate Richard Durbin. La réunion portait sur un projet bipartisan relatif à la limitation du regroupement familial et de la restriction de l’accès à la loterie pour la carte verte. Si les parties se mettent d’accord, cela permettra d’éviter l’expulsion e milliers de jeunes, souvent arrivés enfants aux Etats-Unis.

 

Justement, C’est lors de ces discussions que le président s’est demandé : « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de ‘pays de merde’ viennent ici ? ».  Il a utilisé exactement l’expression anglaise « Shithole contries », pouvant être vulgairement traduit par ‘pays de merde’. Face à cette provocation de trop du président américain, la réprobation est unanime, à commencer par les Africains qui ont réagi avec colère et amertume vendredi 12 janvier. Le porte-parole du président de la Commission de l’Union africaine a qualifié ces remarques de « blessantes » et « dérangeantes ».  Il a estime que : « C’est d’autant plus blessant compte tenu de la réalité historique du nombre d’Africains qui sont arrivés aux Etats-Unis comme esclaves », a indiqué à l’AFP, Ebba Kalondo. Sans verser dans l’outrance, elle a expliqué que l’Amérique est un ‘pays qui représente bien plus qu’un seul homme ou qu’une déclaration.’ Petit pays au grand cœur, le Bostwana a annoncé  vendredi à la presse avoir convoqué l’ambassadeur américain pour lui signifier « de son mécontentement ».

 

Par un tweet, la ministre des Affaires étrangères, Pelonomi Venson-Moitoi a posté que les remarques de Trump ont été un « coup cinglant » aux relations diplomatiques entre Washington et les pays africains. Bernard Lagat, ancien champion du monde d’athlétisme naturalisé américain a tweeté, l’Afrique « n’est pas un endroit de merde ». « Je suis le fils d’un continent étincelant qui s’appelle l’Afrique, et j’en suis fier. Mon héritage est profondément ancré dans mes racines kenyanes.». De nombreux africains ont exprimé leur mépris envers le milliardaire devenu président, via de partage de photos de gratte-ciels ou de paysages magnifiques de leurs pays. Le président sénégalais s’est indigné en apprenant ces infirmations et a chargé son ministre des Affaires étrangères pour rencontrer l’ambassadeur américain. Face aux vives protestations, le président a catégoriquement nié avoir utilisé l’expression « Pays de merde ». Plutôt : « Le langage que  j’ai utilisé lors de la réunion était dur, mais ce ne sont pas utilisés.», a-t-il lancé. « Si c’est confirmé, il s’agit de commentaires choquants et honteux de la part du président des Etats-Unis. Désolé mais il n y a pas d’autres mot que racistes, a indiqué le porte-parole du Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Robert Colville. Beaucoup d’Africains ont condamné de façon explicite les propos de Trump qualifiés de «scandaleux, désobligeants etc. »

Moussa T. Yowanga

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article