Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Finalement, il n’y a plus rien de bon dans ce monde des humains. On ne parle que de la mort et partout à travers la terre ou dans tous les continents. Que se passe-t-il donc? Lisez bien cette information donnée depuis hier samedi 27 janvier par la RTBF avec ses Agences où une fusillade dans un bal populaire de Fortaleza, au nord-est du Brésil, a fait au moins 14 morts dans la nuit de vendredi à samedi, ont annoncé les autorités locales. «Nous pouvons confirmer 14 morts, sachant que certaines personnes sont encore dans un état grave à l'hôpital », a indiqué lors d'une conférence de presse André Costa, secrétaire à la sécurité de l'État du Ceara, dont Fortaleza est la capitale, sans préciser le nombre de blessés. RTBF avec ses Agences racontent que le site du quotidien régional Diario do Nordeste a cité une source policière évoquant un règlement de comptes entre deux factions rivales de trafiquants de drogue, un gang local, les Guardioes do Estado (Gardiens de l'État), et le Comando Vermelho (Commando rouge) originaire de Rio, avec des ramifications dans tout le Brésil. «Nous ne sommes pas encore en mesure de confirmer s'il s'agit d'un affrontement entre factions, l'enquête est en cours », a pour sa part dit le secrétaire à la Sécurité.

La fusillade a eu lieu vers 01h30, quand un groupe d'hommes fortement armés sont arrivés à bord de trois véhicules et ont fait irruption dans le Forro do Gago (le Bal du bègue en portugais), à l'intérieur du quartier de Cajazeiras, dans le centre de Fortaleza. À la mi-journée, le sentiment d'insécurité était encore palpable : les rues du quartier étaient totalement désertes, les habitants étaient restés enfermer chez eux, a constaté un photographe de l'AFP. Ainsi, la RTBF décrit que parmi ces 14 personnes tuées, sept ont été identifiées par les autorités : trois hommes, deux femmes et deux adolescentes. Le journal local OPovo a pour sa part annoncé que huit femmes et six hommes avaient été tués.Un porte-parole de l'Institut José Frota, le principal hôpital de la ville, a expliqué à l'AFP que six personnes avaient été admises aux urgences, dont un garçon de 12 ans, et que dix blessés moins graves avaient été hospitalisés dans un autre établissement.

Réd-chef

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article