Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                      Chronique de l’économiste Tchadien, Kébir Mahamat Abdoulaye

Voici l'histoire de Kamel Ben Rhouma, cet Tunisien, dont le travail intellectuel par excellence a produit des grands résultats dans son pays et sous d’autres cieux. Seul son effort au travail qui l'a rendu un grand monsieur et un citoyen apprécié par le milieu universitaire. Kamel depuis l'école primaire jusqu'au lycée, il était toujours premier de sa classe, rarement il était deuxième ou troisième jusqu'à son Bac. En classe de terminale, étant un brillant élève, il a été déniché par les responsables de l'éducation nationale. C'est une politique de l'Etat de dénicher et sélectionner les meilleurs élèves des lycées du pays pour les envoyer à l'extérieur avec une bourse de l'Etat afin de former les élites de demain dans la transparence, l'équité et le mérite. Kamel, étant un meilleur élève suivi depuis longtemps et même avant d'obtenir son Bac, il était déjà retenu pour être envoyé à l'extérieur pour ses études supérieures. Sans difficulté et c'était prévisible, il a décroché son Bac et immédiatement il a été envoyé en France avec une bourse de l'Etat. En France, l'étudiant a brillé dans ses études en mathématiques par une licence. Ensuite il se présenta aux concours d'entrée de la célèbre école des arts et métiers de Paris. Il était admis parmi les 230 élèves dont 20 africains sur plus de 6000 candidats. Il lui était arrivé d'étudier plus de 18 heures par jour pendant 3 mois sans interruption. Par son travail ardu et effort maximum, il a fini ses études en décrochant son doctorat en informatique. Il a retourné à son pays juste après son doctorat.

Il a déposé son dossier pour la fonction publique après avoir été sélectionné sur la base d'un concours par entretien avec un jury. Ensuite il a été envoyé comme professeur à l'Ecole Nationale de Sciences de l'Informatique en 1984. Il a enseigné pendant 33 ans dans cette école jusqu'à sa retraite le mois octobre 2017, exactement depuis le 1 octobre. L’homme avait l'enseignement comme seule passion, vocation et seul métier dans sa vie. Ainsi il avait refusé même plusieurs propositions de responsabilités et autres fonctions mais il continue à enseigner.Ce qui lui offre aussi beaucoup d'avantages en termes de salaire et temps libre pour consacrer à d'autres choses. Monsieur Kamel a enseigné six (6) disciplines des sciences de l'Informatique et continue de le faire six (6) matières depuis 1984 : Algorithmique (Théorie de base) ; structures de données ; programmation C ; programmation C++ ; reconnaissance de formes ; infographie (Informatique graphique).

Après sa retraite, il n'a pas chômé même pas une semaine qu'il a été nommé Directeur de l'université Sésame dans laquelle il enseignait depuis longtemps. Malgré qu'il soit devenu directeur il n'a pas abandonné l'enseignement. L'enseignement supérieur est certes bien payé en Tunisie mais il dit qu'il ne peut se séparer de L'enseignement devenu un ADN de son sang. Kamel est un universitaire confirmé, très respecté du milieu universitaire, un grand intellectuel au sens strict. Il a plusieurs publications à son actif, a créé des machines. Il est toujours souriant, ouvert d'esprit, beaucoup et très courtois, un amoureux de la vie simple, modeste sans extravagance. C’est dans cette situation ambiante de convivialité nous sommes partis ce jour dimanche à son nouveau bureau de directeur de l'université Sésame pour me montrer son bureau et son école. Le prestigieux docteur Kamel est marié d'une seule femme (docteur en médecine) comme la loi exige en Tunisie et père de deux enfants comme beaucoup de Tunisiens surtout des cadres supérieurs et de la classe moyenne. A travers son expérience on peut affirmer que l'excellence et la compétence produisent toujours des meilleurs résultats ou se paient positivement.

Chronique lue et appréciée par la Rédaction

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article