Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans une publication affichée sur les réseaux sociaux entre jeudi 05 et samedi 07 octobre 2017, relayée par notre correspondant à Bonn en Allemagne, Eric Mocnga Topona, l’auteur Gédéon Mbaikoubou qui l’a écrite depuis Moundou la deuxième ville tchadienne, titre : « clanisation de la mairie par le nouveau Maire ». Selon le commentateur de cette analyse, Quatre mois après sa prise de fonction, le nouveau Maire de la ville de Moundou commence à dévoiler son vrai visage. Décision irréfléchie, nomination clanique, Nerolel Ndoukolé est déjà beaucoup critiqué. Si l’ex-Maire de la ville de Moundou, Laoukein Kourayo Médard est très critiqué pour son penchant xénophobe, rien n’exclut que ce même sang reste original pour le nouveau Maire Nerolel Ndoukolé, natif de Beladja dans le département de Ngourkosso.

Après quatre mois de gestion, le personnel de la mairie de Moundou, qui tire toujours le diable par la queue avec 18 mois d’arriérés de salaire, découvre peu à peu le vrai visage de cet enseignant. Il a suffi qu’il opère les premières nominations aux postes de responsabilité pour que l’on comprenne la mission commando de Nerolel. Il met en exergue une bonne partie de son observation constate en ce termes : « « Beladja d’abord, Beladja avant tout », tel est le slogan ourdi par ceux qui le conseillent. Or, à ces débuts, il faisait croire à la population de Moundou, à travers les ondes des radios, qu’il n’y aurait pas de chasse aux sorcières. Aujourd’hui, les décisions prises par ce nouveau Maire illuminent clairement sa volonté de personnaliser la mairie.

Selon certaines confidences recueillies au sein de la mairie, le salaire de certains nouveaux responsables ainsi que d’autres employés originaires de Beladja ont été augmentés ces derniers jours sans aucune base. La même source témoigne aussi que non seulement le Secrétaire Général de la mairie n’est pas au courant de certains actes pris par le Maire mais subit déjà beaucoup la pression de ce dernier. Comme l’on a toujours reproché à Laoukein Médard d’avoir fait de la mairie de Moundou, une vache à lait pour ses parents, Nerolel veut lui aussi, même si ce n’est pas pour longtemps, se faire un nom à Beladja en recrutant et en donnant les avantages aux ressortissants. Dans cette ambiance, le nouveau Maire attire déjà en lui beaucoup de frustrations. D’autre part, il y a des observateurs qui estiment que Nerolel est sous l’emprise d’un groupe de conseillers municipaux, bien aigris eux aussi, et qui veulent en finir avec certains agents de la mairie proches de Laoukein. Le confrère et spécialiste de la ville de Moundou, Gédéon Mbaikoubou n’a pas peur de dire les choses en sous-titres : « Délégués du personnel corrompus ».

Il soutient son analyse ou son point de vue de cette manière : « Depuis l’arrivée du nouveau Maire, la fougue des délégués du personnel de la mairie a disparu. L’on assiste à une confusion totale où la base est perdue. Rien ne filtre des différentes rencontres et promesses du patronat. Mais à la surprise générale, deux, voire trois parmi les cinq délégués titulaires sont promus à des postes de responsabilité. Ces nominations viennent confirmer les soupçons de certains pro-Médard pour la complicité des délégués du personnel dans la chute de l’ancien Maire. Mais en tout état de cause, le langage n’est plus le même pour les délégués du personnel de la mairie. Un employé déçu et frustré affirme qu’en lieu et place de lutter pour une cause noble de tout le personnel, les délégués sont tombés pour leur propre ventre. Pour lui, leurs agitations depuis l’époque Médard c’est pour se faire de la place. »

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article