Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans une publication qui ne date que d’hier lundi 02 octobre 2017, venue des Sources Le Sahel et titrée : « Sandra Topona, l’artiste polyvalente », relayée par des Tchadiens comme le correspondant spécial de Regards d’Africains de France à Bonn en Allemagne Eric Mocnga Topona ou autres utilisateurs des réseaux sociaux, Mbaindang-Roa Djekornondé Adelph eut largement commenté et apprécié les qualités de cette artiste d’origine tchadienne. Il le dit de lui-même en ce terme : « Musique, théâtre, cinéma. Sandra Topona, est une artiste pluridisciplinaire. A 26 ans, la jeune Sandra, diplômée en Marketing et Communication puis Gestion des projets, Droit des Affaires, est une vraie amoureuse de l’art aussi après avoir suivi pendant deux ans une formation en Théâtre à l'Ecole Nationale de Théâtre du Bénin. C’est une vraie battante qui allie art et études. Portrait. » Mbaindang-Roa Djekornondé Adelph ne s’arrêta pas là. Il va jusqu’à le lui donner la parole.

 

L’artiste Mocnga Lamatha Sandra Topona défend ce qu’elle sait : « La musique a toujours fait partie de moi. Je chantais depuis l’âge de 9 ans. Je m'amusais à écrire des chansons que par la suite je chantais à ma famille. Ma famille est considérée comme mon premier public ». Selon Mbaindang-Roa Djekornondé Adelph, l’artiste Mocnga Lamatha Sandra Topona, à 26 ans, est devenue une polyvalente en faisant de la musique, du théâtre et du cinéma. Avec son premier single intitulé « Les hommes sont dangereux », elle fait briller sa flamme sur la scène musicale depuis 2011.Sa grande passion pour la musique l’a conduit à faire du RnB à l'Afro en passant par le Techno. Mais, elle a déjà, après le premier, à son actif plusieurs singles, deux clips vidéo et plusieurs prestations au Tchad ou au Bénin. Son côté cinéma lui donne une participation à trois films, dont une Série et deux courts- Métrage au Bénin, son pays de résidence actuel mais aussi son deuxième pays, dit-elle en esquissant un sourire. La jeune et talentueuse artiste à la voix d'or lance un nouveau single nommé « Dari », un remix de la chanson du groupe « Africa Melodie ». Les raisons de ce remix sont expliquées par l'auteure. Elle revient encore en parole vraie :« Dari a toujours été mon favori depuis mon enfance. Je l'avais toujours interprété à une quasi-totalité des concerts auxquels j'ai participé, que ce soit au Tchad ou au Bénin. C'est aussi une façon de rendre Hommage à Africa Mélodie pour ce chef d’œuvre qui parle du pays de Toumaï, mon pays le Tchad ». Sandra Topona se présente comme une icône d'une jeunesse engagée, dévouée et combattante. Car, en plus de son côté art, Sandra est aussi en quête du savoir. Elle a un parcours académique exemplaire.

 

L’auteur de ces informations n’a rien oublié. Il dresse une constante biographie de cette jeune artiste de 26 ans. Voici ce qu’il dit l’artiste Mocnga Lamatha Sandra Topona : « En 2010, elle entre à l'Université Polytechnique Internationale Obiang N'guema Mbassogo de Cotonou au Bénin où elle sort titulaire d'une Licence en Marketing et Communication puis un Master II en Gestion des projets. Hormis son cursus Universitaire, la ravissante jeune artiste a suivi une Formation de deux ans en Théâtre à l'Ecole Nationale de Théâtre du Bénin. Sandra Topona prépare un deuxième Master en Droit des Affaires. De teint clair, taille d'une mannequine, les cheveux naturels et à la sahélienne, la sublime et rayonnante jeune dame est la quatrième fille dans une famille de cinq enfants. » Comme conclusion de sa présentation de l’artiste Mocnga Lamatha Sandra Topona , Mbaindang-Roa Djekornondé Adelph rapporte fidèlement : «  Mère d'un enfant, Sandra projette de réaliser son clip en studio dans un délai proche mais aussi mettre à la disposition du public son nouvel album. Toujours souriante sur la scène, comme dans sa vie de tous les jours, elle trouve plus du plaisir et plus de la joie dans l'exercice de cette profession qui est couronnée des embuches. En tant qu'étudiante, elle n'envisage pas faire de la musique sa seule profession. Travailleuse, persévérante et courageuse, elle exhorte tous ceux qui désirent embrasser la carrière musicale et le cinéma a plus d'efforts. « A mes cadets dans l'art, je dirais simplement que rien n'est acquis d'avance. Seul le travail paie et qu'il ne faut jamais laisser tomber » conseille l’artiste ». Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article