Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Lettre ouverte écrite par Bertrand Ngandjei Solloh l’ancien Secrétaire général(SG) national de L’UNET, élu au congrès de Mongo,d'après ses infirmations.

« Nous sommes décidés d’aller jusqu’au bout. Nous limitons notre lutte, nos attaques contre ceux qui dirigent malhonnêtement l’Afrique, quand ils auront compris qu’aujourd’hui l’avenir de notre continent appartient aux jeunes », disait une jeune fille Sénégalaise atteignant à peine vingt ans, lors de la dernière rencontre des Jeunes militants engagés à prendre en main le destin de leur continent et de leur avenir. Cela signifie clairement que les Jeunes de l’Afrique, y compris les jeunes Tchadiens à l’exemple de Bertrand Ngandjei Solloh qui a écrit une lettre ouverte à l’intention du ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation, Mackaye Hassane Taïsso depuis le 17 octobre 2017 et relayée par un certain Khalid Daoud, n’ont plus peur de dire ce qu’ils vivent ou ce qu’ils ressentent.

 

Monsieur le ministre de l'Enseignement Supérieur de la Recherche et de l'Innovation, Mackaye Hassane Taïsso,

Monsieur le ministre, je viens par cette lettre ouverte vous demandez sagement de revoir votre décision, afin que les fils des « pauvres là », puissent étudier. En effet monsieur le ministre, le droit à l'éducation est sacré au regard de la Constitution de notre pays. Je comprends votre volonté de plaire au président de la République afin de rester ou de préserver toujours à votre poste. Mais je vous demande de faire un peu de preuve d'humanisme. Je suis rassuré que si vous dites la vérité sur les conditions d'études et vous faites un sérieux plaidoyer, le chef de l'Etat vous comprendra. Monsieur le ministre, l'histoire est très têtue et des tels comportements inscriront à jamais votre nom ainsi que celle de vos enfants(progénitures) si vous en avez, dans une mauvaise posture d'avenir. 

 

Monsieur le ministre, j'ai été Secrétaire général (SG) national de l'UNET, élu au congrès de Mongo, et vous savez comme moi, que quand le président de la République son excellence Idriss Deby Itno nous a reçu après les événements malheureux du 9 Mars 2016 en votre présence ainsi que l'ancien Premier Ministre Kalzeube et bien d'autres personnalités, le chef de l'Etat a marqué sa volonté d'aider la communauté des étudiants Tchadiens à étudier dans des conditions sereines. Aujourd'hui avec le recul, je réalise que c'est vous la cause de la souffrance de tous les étudiants tchadiens n’ayant pas des grands moyens pour étudier ailleurs à l’étranger. 

 

Il n'est jamais trop tard pour revenir à des meilleurs sentiments et annuler votre décision d'inscription à 50. 000 Fcfa. Je comprends que le pays vit une récession certes, mais les étudiants ne sont pas responsables de cette situation financière très difficile dont les Tchadiens traversent. En coupant la bourse, ils ont fait un sacrifice de 7 milliards de Fcfa par an. Voilà la masse boursière en 2016.Très fraternellement. Signé Bertrand Ngandjei Solloh

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

B
Chers minables journalistes autoproclamés de soit disant regards d’africains de France. Vous avez bien montré votre esprit de haine et méchanceté avec la publication de cette lettre ouverte écrite par Bertrand Ngandjei Solloh, l’ancien secrétaire général (SG) national de l’UNET qu’il a adressée à monsieur Mackaye Hassane Taïsso. Arrêtez de raconter de n’importe quoi contre un grand ministre comme Mackaye Hassane Taïsso. Cet homme est un bon ministre et bon militant du Mouvement Patriotique du Salut(MPS). Liberté, liberté de la presse, on s’en fou. Croyez-vous en racontant de bêtises vous allez arrêter tous les ministres à servir le peuple. Cette liberté de presse, dont vous réclamez, qui vous l’aviez amené dans ce pays ? Ce n’est pas Idriss Deby Itno ? Où étiez-vous, vous les soi-disant journalistes quand Hissien Habré tuait les innocents. Au lieu de soutenir les ministres et leur président Deby, vous êtes là à jouer le rôle de vos maîtres blancs en France. Pensez-vous que vous êtes à l’abris en Etat en France ? Vous vous trompez. N’oubliez pas que nous sommes de mener des démarches auprès du chef de l’Etat afin que vous soyez extradé au Tchad. Surtout toi le minable Directeur de publication Moussa. Tu oublis très tôt que tes parents sont juste 10 km de N’Ndjamena et ont connais bien là où ils sont. Malheur à toi si tu mets le pied au pays surtout si tu continue dans ton aventure de propagande journalistique haineux. Je sais que tu me diras que mon nom Bodou Sougoumi ne te dit plus rien. Tu te trompes largement. Etre en France ça ne veut rien dire quand on a ses parents et son épouse au Tchad. Directeur de publication de merdes, tu subiras très tôt les conséquences de tes insultes à l’égard de nos ministres et surtout notre président Idriss Deby Itno. Cette lettre ouverte, je vais l’imprimer et la remettre au DG de l’ANS et de la Sécurité publique qui s’occupera de cela. Les jeunes du MPS ont eu à s’entretenir avec monsieur Taïsso sur cette lettre contre sa personne et il est entièrement d’accord qu’on saisisse le DG de l’ANS et la police publique de notre arrondissement. Sache que d’ici peu tu pleuras comme un enfant. Tu crois que tu es loin du Tchad, mais n’oublie pas que ta vie est en danger où que tu seras.
Répondre