Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                       Chronique de Kébir Mahamat Abdoulaye

«Les étudiants Tchadiens sont les mieux traités à ceux de la sous-région (Cameroun, Gabon, Congo Brazzaville, Guinée Équatoriale, Centrafrique...) ». Mais avant de tenir des tels propos, il faut se poser les questions suivantes : Est ce qu'ils sont mieux traités sur la qualité de leurs études, formations et financement d'études ? La qualité des enseignants ? La qualité des infrastructures et capacité d'accueil ? La Qualité sur l'élasticité ou non des années académiques ? La qualité de programmes et des moyens didactiques ? La qualité sur les œuvres universitaires et moyens de transport ? La Qualité en matière de logement, documentation, bibliothèque, subvention des livres et internet ?  La qualité sur le nombre de publications, production de livres académiques ? Quel établissement tchadien de l'enseignement supérieur était classé parmi les 1000 premières universités du monde où 100 premières de l'Afrique ? Certes au niveau des infrastructures universitaires, le progrès a été important : de 1960 jusqu'à 2000, le Tchad n'a qu'une seule université publique. Mais de 2000 à nos jours, le pays compte au moins 8 universités opérationnelles et plus de 10 instituts publics à caractère universitaire sans compter les grandes écoles professionnelles, le nombre élevé des établissements supérieurs privés qui a fortement augmenté. 

 

Le budget du Ministère de l'enseignement supérieur s'est multiplié par dix depuis 1990 en dépenses de fonctionnement, d'investissement, transfert et subvention pendant que le nombre d'étudiants a connu une forte croissance.Il est fortement établi que l'absence d'une planification stratégique de développement au niveau national et particulièrement dans le secteur de l'enseignement supérieur est le résultat de toutes les situations d'aujourd'hui où, les dépenses de l'enseignement public supérieur ont explosé tandis que les ressources financières se sont taries et les décisions de court-termisme du gouvernement ne sont pas de nature à résoudre les problèmes structurels du système universitaire tchadien. Il faut entreprendre des grandes réflexions s'inscrivant dans un cadre de schémas directeur de notre système d'enseignement supérieur impliquant tous les acteurs sinon les politiques conjoncturelles ne peuvent résoudre des causes (problèmes) structurelles ! Par exemple faire introduire le partenariat public/public dans le système universitaire tchadien est une piste à envisager tout en maintenant le système gratuit de l'enseignement supérieur public à certaines catégories de tchadiens de bas revenu, de milieu modeste et pauvre.

Lu et analysé par  le DP Moussa T. Yowanga.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article