Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Depuis son assassinat politique le 20 octobre 2011, le défunt et ancien guide libyen Mouammar Kadhafi reste toujours l’homme qui a marqué un grand nombre d’Africains vivant en Afrique et ceux de la diaspora. Dans une publication datant du 20 octobre 2016, titrée"les derniers jours de Mouammar Kadhafi", l’Hebdomadaire International Jeune Afrique eut commenté ces événements libyens dont les Africains continuent encore de garder les images insoutenables de l’élimination physique de l’ancien homme fort de la Libye. « Le 20 octobre 2011, les téléspectateurs du monde entier découvrent sur leurs écrans les images d’un homme ensanglanté qui se fait lyncher par une foule hystérique. Quelques instants plus tard, on aperçoit deux corps tuméfiés allongés l’un à côté de l’autre, sur des matelas sales posés à même le sol. Il s’agit du Guide libyen Mouammar Kadhafi et son fils Muatassim ».Jeune Afrique a commenté l’évènement : « Les sables sur lesquels où il a vu le jour le 19 juin 1942, dit sa légende, sont devenus sa demeure éternelle et secrète. Le 25 octobre 2011 à l’aube, une poignée d’hommes a emporté le cercueil de Mouammar Kadhafi au sud de Misrata, dans le grand désert syrtique, pour l’enfouir dans une fosse sans pierre tombale. »

Et c’est là où cet article a ses raisons d’être. En effet, depuis le 04 octobre 2017, un utilisateur des réseaux sociaux signant au nom de Seid Adoum Weldo, probablement Tchadien par son patronyme a commenté la dictature de Mouammar Kadhafi de façon positive comme si la dictature pourrait être un mal nécessaire. Seid Adoum Weldo a-t-il donc dit : « L’électricité à usage domestique est gratuite ! L’eau à usage domestique est gratuite ! Le prix d’un litre d’essence est de 0,08 euros !  Le coût de la vie en Libye est beaucoup moins élevé que celui qui prévaut en France. Par exemple, le prix d’une demi-baguette de pain en France est d’environ 0,60 euros, tandis qu’en Libye il est de 0,11 Euros ! Les banques libyennes accordent des prêts sans intérêts ! Les citoyens n’ont pas d’impôts à payer, et la TVA n’existe pas ! La Libye est le dernier pays dans la liste des pays endetté ! La dette publique est à 3,3% du PIB ! En France, elle est à 84,5% ! Aux US, 88,9% ! Aux Japon à 225,8% ! Le prix pour l’achat d’une voiture (Chevrolet, Toyota, Nissan, Mitsubishi, Peugeot, Renault…) est au prix d’usine (voitures importées du Japon, Corée du sud, Chine, Etats-Unis…) ! Pour chaque étudiant voulant faire ses études à l’étranger, le « gouvernement » attribue une bourse de 1 627,11 Euros par mois ! Tout étudiant diplômé reçoit le salaire moyen de la profession du cursus choisi s’il ne trouve pas d’emploi ! »

Et ce commentaire conçus en statistique locale et non officielle n’a pas aussitôt pris fin. Seid Adoum Weldo a aussi déclaré que : « Lorsqu’un couple se marie, « l’Etat » paie le premier appartement ou maison (150 mètres carrés) ! Chaque famille libyenne, sur présentation du livret de famille, reçoit une aide de 300 euros par mois !  Il existe des endroits nommés « Jamaiya », où on vend à moitié prix les produits d’alimentation pour toute famille nombreuse, sur présentation du livret de famille !  Pour tout employé dans la fonction publique, en cas de mobilité nécessaire à travers la Libye, « l’Etat » fournit une voiture et une maison gratuitement. Et quelque temps après, ces biens sont à lui. Dans le service public, même si la personne s’absente un ou deux jours, pas de déduction de ces jours sur son salaire, et pas de justificatif de maladie. Tout(e) citoyen(ne) libyen(ne) n’ayant pas de logement peut s’inscrire auprès d’un organisme « d’Etat », et il lui en sera attribué un sans qu’il ou elle n’avance aucuns frais, et sans crédit. Le droit au logement est fondamental, en Libye. Et un logement doit appartenir à celui qui l’occupe. Tout citoyen libyen souhaitant faire des travaux dans sa maison peut s’inscrire auprès d’un organisme « d’Etat », et ces travaux seront effectués gratuitement par des entreprises de travaux publics choisies par « l’Etat ». Le souci de l’égalité entre hommes et femmes prévaut, et les femmes ont accès à des fonctions importantes et à des postes de responsabilité. Chaque citoyen(ne) libyen(ne) peut s’investir activement dans la vie politique et dans la gestion des affaires publiques, aux niveaux local, régional et national, dans le cadre d’un système de démocratie directe (cela va des Congrès populaires de base, permanents, jusqu’au Congrès général du peuple, le grand congrès national qui se réunit une fois par an) : sur 3,5 Millions d’adultes, 600 000 citoyens participent activement à la vie politique ! La Libye est la première réserve pétrolière d’Afrique ! La Libye contient 1800 km de côtes sur la méditerranée et a un des taux d’ensoleillement les plus élevé au monde ! Les soins médicaux sont gratuits ! L’éducation secondaire et universitaire sont gratuites. Le taux d’alphabétisation est supérieur à 90% ! Il y a des subventions sur toutes les denrées alimentaires de bases (ex : un kg de pâtes acheté 1€ à un producteur tunisien, le gouvernement libyen le revend 0,50€ aux Libyens) ! ».

 

Dans cette appréciation personnelle, dont lui semble porté la responsabilité de ses sources, Seid Adoum Weldo, ce jeune Tchadien qui reste encore très attaché aux valeurs politiques de Mouammar Kadhafi, le défunt guide libyen a finalement conclu son constat en déclarant aussi que : « La Libye participe ardemment au développement de l’Afrique, à son indépendance vis-à-vis des occidentaux et leur système monétaire dictatorial. C’est plus de 60 milliards de dollars que l’état libyen était prêt à investir dans 25 pays d’Afrique et donner du travail à des millions d’Africains. La Libye est les 6 ou 7 ème fonds souverains financiers dans le monde ! Les réserves fiduciaires sont supérieures à celle de la Russie, par exemple ! Si cela c’est de la dictature je signe maintenant, car aucun dictateur ne ferait ces genres de choses, les libyens vivaient mieux que nous avant cette guerre, les médias nous ont menti pour la guerre en Irak, en Afghanistan et en Syrie et cela continue ». En un mot, on peut tirer cette conclusion que beaucoup d’Africains regrettent corps et âmes la mort du Guide libyen Mouammar Kadhafi. Mais jusqu’à quand et jusqu’à quel niveau ce regret continuer a-t-il encore ?

Moussa T.Yowanga/Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article