Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le président français vient de ravir malgré lui, le devant de l’actualité de la semaine après avoir tenus des propos polémiques lors d’un déplacement mercredi en Corrèze où il s’est un peu lâché répondant à un responsable local qui évoquait les difficultés d’une entreprise à recruter du personnel. « Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas », a-t-il répliqué à son interlocuteur. L’expression « Au lieu de foutre le bordel » utilisée par le chef de l’Etat a suscité jeudi des réactions politiques outrées, fustigeant « le mépris » de l’ancien banquier envers les moins fortunés. Les français semblent de plus en plus agacés par leur président qui se rend maître de petites piques à polémique dont il devient coutumier au fil de temps.

En l’espèce, le président Macron visait une délégation du syndicat de gauche CGT qui « a décidé de gêner ma visite », selon la déclaration du porte-parole du gouvernement. Pour lui trouver des circonstances atténuantes, le porte-parole de l’Elysée s’est empressé de préciser Emmanuel Macron « ne savait pas qu’il était filmé et, par conséquent, son registre de langage relevait du privé » mais cet argument ne convainc pas car le chef de l’Etat était alors entouré de journalistes. Cette polémique tombe très mal pour le président, seulement une semaine après la présentation d’un budget dont on reproche de favoriser les plus riches, pourtant le président Macron vante ses mesures en faveur des classes moyennes et des salariés.

La suppression envisagée de l’ISF et d’autres aspects du budget 2018 suscitent de vifs débats au sein de la classe politique. A gauche comme à droite, les attaques contre le président français fusent de partout. On lui prête d’ores et déjà l’étiquette d’un « président de riches » coupé des classes les plus impopulaires. Selon le politologue Jérôme Sainte-Marie et d’autres observateurs, la nouvelle déclaration controversée révèle le vrai visage de Monsieur Macron : « Macron parle comme on parle dans les entreprises, comme le patron de la France : il y a ceux qui bougent, qui dirigent, et les autres, les poids morts ». En tout état de cause, « Cela va ajouter au déplacement de ses soutiens vers la droite. Ses sympathisants de droite pensent un peu comme ça ». Le président Macron n’est pas à son premier coup de provocation. En septembre 2014, à peine arrivé au pouvoir avec une image de technocrate brillant et d’ex-financier aisé, il avait parlé des salariés « Illettrées » d’un abattoir breton, après le licenciement de près de 800 personnes.   Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article