Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Lorsqu’on découvre une telle enquête publiée depuis mercredi 05 octobre par le  journal numérique canadien Le Devoir, dont le titre : « Quand les hommes font trembler la terre », une enquête portant la signature de Miriane Demers-Lemay, la première réaction qui se dégage, c’est d’abord la peur. Ensuite le doute et des multiples interrogations envahissent le cerveau, malgré qu’il soit parfois difficile de trouver des réponses tangibles aux questions que l’on se pose. Dans cette enquête qui concerne les tremblements de terre dans le monde, la journaliste Miriane Demers-Lemay estime que les auteurs de l’étude, des chercheurs des universités Durham et Newcastle, au Royaume-Uni, ont compilé la littérature scientifique traitant des séismes induits par l’homme. Ils ont ainsi créé la plus grande base de données sur le sujet jusqu’à présent : HiQuake. La base de données, disponible en ligne, permet de tirer un portrait plus global de ces séismes artificiels. Les premiers responsables de ces séismes artificiels, ce sont les mines, avec 37 % des cas à l’étude.

Au Canada, plusieurs séismes de faible magnitude ont été enregistrés autour du Grand Sudbury, la ville du nickel. « En creusant des trous dans le sol, on crée des microfailles, explique Shaocheng Ji, chercheur spécialisé en tectonique et sismologie à la Polytechnique de Montréal. Sous le poids de la gravité et de pressions internes, des blocs de roches peuvent glisser les uns sur les autres le long de ces microfailles et provoquer des tremblements de terre. » Au second rang, on trouve les barrages hydroélectriques, responsables de près du quart des séismes de l’étude. À titre d’exemple, le poids de l’eau du réservoir Manicouagan 3 aurait provoqué un séisme de magnitude 4 dans le nord du Québec en 1975.Selon M. Ji, le niveau d’eau des réservoirs et donc la pression exercée sur le sous-sol varie beaucoup au cours d’une année. Cette fluctuation déstabilise les différentes couches de roche du sous-sol et peut réactiver d’anciennes failles géologiques. « L’homme a une portée d’action limitée à la couche superficielle du sous-sol, rassure toutefois le chercheur. La magnitude des séismes naturels est d’une tout autre échelle, beaucoup plus destructrice. » La plupart de ces séismes d’origine anthropique ont une magnitude variante entre 3 et 4 sur l’échelle de Richter. Ce sont des tremblements de terre légers, ne causant que très peu de dommages. D’autres activités anthropiques peuvent également provoquer des tremblements de terre, dont l’exploitation pétrolière et gazière et la fracturation hydraulique, responsables de 10 à 15 % des cas observés. 

La géothermie, les explosions nucléaires, l’extraction d’eau souterraine et certains projets de construction pourraient également provoquer des séismes, mais dans une moindre mesure. Selon elle, depuis 2009, le sous-sol de l’Oklahoma est de plus en plus fragilisé par la fracturation hydraulique, c’est-à-dire l’injection de grandes quantités de liquides dans le sous-sol dans le cadre de l’exploitation pétrolière. Résultat : les séismes s’y comptent maintenant par centaines chaque année. Le cas de l’Oklahoma n’est pas isolé. Le nombre de séismes provoqués par la fracturation hydraulique a augmenté en flèche au cours des dernières décennies. De fait, les activités humaines ont provoqué au moins 729 tremblements de terre au cours des 150 dernières années, selon une étude publiée mercredi dans la revue Seismological Research Letters. Et ce nombre serait largement sous-estimé, selon les auteurs de l’étude, puisque les séismes d’origine anthropique sont souvent de faible amplitude et n’ont pas nécessairement été répertoriés ou étudiés. Miriane Demers-Lemay la journaliste croit aussi que les activités humaines ont provoqué au moins 729 tremblements de terre au cours des 150 dernières années, selon une étude publiée mercredi dans la revue «Seismological Research Letters ». L’activité minière, pétrolière et gazière, les barrages hydroélectriques et la fracturation hydraulique provoquent des centaines de tremblements de terre depuis des décennies.

Explications. L’Oklahoma est situé à près de 2000 kilomètres de la faille de San Andreas, en Californie. Et pourtant, les tremblements de terre y sont plus fréquents que dans cette zone sismique très active. Dans cet État situé au cœur du continent américain, ce n’est pas le mouvement des plaques tectoniques qui fait trembler la terre… c’est l’homme. 

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C
Bonsoir chèrs frères et soeursJe m'apelle CELINE LOPEZ
Je fais ses témoignages pour témoigner la compétence d'un vieux vraiment formidale.
Je vous assure que j'ai eu à contacter plusieurs marabouts qui sont rien que des faux , des menteurs, des escros je ne sais plus quoi les qualifiés mais suite aux plusieurs recherches je suis tomber sur ce vieux qui m'a vraiment redonner le bonheur , le bonheur que je recherche depuis tant d'années il est vraiment formidable je souffrais d'une rupture avec mon mari il m'a quitté cela à fait 1 an 1 mois et mème au boulot j'ai perdu le travail mon père était gravement malade mais dans un interval de 3 jours je vous rassure que j'ai eu des miracles dans ma vie grace à ce vieux aujourd'hui je vis bien avec mon mari , mon père est guérit, on m'a rapellé au boulot et j'ai mème reffuser mais actuellement je suis dans un autre service qui est mieux que l'autre vraiment je ne sais pas comment remercié ce vieux il m'a travailler sans me prendre un euro j'ai d'abord eu la satisfaction avant de le récompenser vraiment il est très bon ce vieux . Alors vous qui souffrez de n'importe que problème , vous qui avez n'importe des soucis ne vous faites plus de souci contacté directement ce vieux voici son adresse mail retourbonheur@yahoo.fr ou vous pouvez l'apellez directement sur son numéro portable 00229 98 78 86 81
Répondre