Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans son rapport rendu public lundi 23 octobre, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction(CITES), pour la 5e année consécutive a montré que le braconnage d’éléphants dans un continent africain a baissé en 2016, pour autant leur population n’a guère augmenté, au contraire elle ne fait que diminuer progressivement pour des raisons liées aux conflits et aux activités anthropiques. Malgré la diminution du braconnage l’an passé, le commerce illégal d’ivoire continue à prospérer.

 

L’ampleur de ce commerce illégal se mesure par le nombre de saisies l’an dernier qui s’établit à 40 tonnes, un record si l’on prend 1989 comme année d’interdiction du commerce d’ivoire. Cela « peut être le résultat des efforts des douanes, de la police et d’une plus grande vigilance du secteur des transports », a estimé M. Scanlon. « Mais le record de saisies en 2016 peut aussi signifier que les trafiquants d’ivoire ont été influencés par la perspective de contrôles renforcés, de l’interdiction imminente de l’ivoire dans plusieurs pays et de la baisse anticipée L’Afrique de l’est est la partie du continent où la baisse du braconnage a été la plus importante. « Au cours des dix dernières années, l’Afrique orientale (…) a perdu près de 50% de ses éléphants », a signalé John Scanlon, secrétaire général de la CITES.  « Depuis un pic en 2011, il y a eu une baisse régulière du braconnage et l’analyse de 2016 montre que le niveau est retombé en dessous de celui d’avant 2008 ».

 

Le Botswana situé en Afrique australe continue à abriter la plus grande population d’éléphants. Le rapport tout en déplorant le massacre d’éléphants très élevé en Afrique centrale, fait remarquer que leur nombre s’est accru en Namibie et en Afrique du Sud. La population des éléphants d’Afrique a reculé de 111 000 au cours des 10 dernières années, selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), citée dans le rapport de CITES. Le rapport se termine par rappeler que les défenses d’éléphants qui sont acheminées sur les marchés d’Asie excèdent la demande des consommateurs. La convention sur le commerce international des espèces de la faune et de flore sauvages menacées d’’extinction connue par le sigle CITES est un accord international entre les Etats. Son but étant de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article