Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Début du procès de trente-et-un employés du journal pro-Gülen, ce lundi à Istanbul. Les autorités d’Antakara reprochent au journal ses liens avec le prédicateur Fethullah Gûlen accusé d’être l’instigateur du coup d’Etat manqué de juillet 2016. Une vague d’arrestations dans la presse privée et autres s’en est suivi au lendemain de ce putsch. D’abord mis sous tutelle en mars 2016, Zaman et Today’s Zaman ont purement et simplement été fermés en juillet de la même année en représailles au coup de force avorté.

Des journalistes et dirigeants du journal sont jugés au cours de ce procès qui se déroule dans une salle attenante à la prison de Silivri à la lisière d’Istanbul. Parmi les accusés, vingt-deux d’entre eux comparaissent en état d’arrestation et les neuf autres sont soit en liberté conditionnelle soit en fuite, selon l’Anadolu, agence de presse progouvernementale. Les charges retenues contre les accusés sont entre autres tentative de renversement du gouvernement et appartenance à une organisation terroriste. S’ils sont reconnus coupables des faits qui leur sont reprochés, ils risquent de lourdes peines de prison allant de plusieurs années jusqu’à la prison à vie. Mumtazer Turkone et Sahin Alpay, deux des chroniqueurs les plus célèbres du journal figurent parmi les accusés comparaissant en état d’arrestation.

C’est le dernier procès impliquant des journalistes en Turquie après le procès le plus médiatisé ouvert fin juillet à l’encontre de 17 employés du quotidien Cumhuriyet, jugé proche de l’opposition. Ces procès en cascade marquent le déclin des libertés en Turquie font observer les défenseurs des droits humains. La situation s’est dégradée depuis le putsch manqué, dont les conséquences étaient les purges massives opérées dans les milieux critiques, notamment les élus prokurdes, les médias et ONG sans oublier l’armée, la police, la haute administration. Le site internet P24, spécialisé en matière de liberté de la presse, dénombre quelque 170 journaliste actuellement emprisonnés en Turquie. Ce pays se situe à la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF).

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article