Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Page de nos lecteurs : Le vendredi 8 septembre, les principaux bailleurs de fonds se sont engagés à financer le plan de développement quinquennal (2017-2021) pour sortir le pays de la crise, dont le montant pourrait être estimé à 20 milliards de dollars américains, susceptibles de projeter le pays sur la route de « l’émergence ». Un objectif fixé pour 2030 par le gouvernement tchadien. Le journal français le Monde a écrit : « Le spectre d’un effondrement du Tchad a eu raison des réticences à venir une nouvelle fois en aide à un pays qui jusqu’à présent n’a jamais mis en œuvre les politiques promises et dont la mauvaise gouvernance comme la violation des droits humains sont notoires. En pleine crise migratoire, le président Idriss Deby Itno dont l’armée se bat pour maintenir la paix au Sahel et repousser Boko Haram dans la région du lac Tchad, est devenu un allié incontournable. Il vient d’en être récompensé ». Malheureusement cette récompense n’est pas partagée par beaucoup de citoyens tchadiens. La Rédaction eut décidé de publier les réactions de certains Tchadiens pour vous permettre d’avoir une idée de comment les 20 milliards de dollars obtenus en France par le gouvernement tchadien d’Idriss Deby Itno des mains des bailleurs européens serait-il géré? Monsieur Kébir Mahamat Abdoulaye, jeune économiste Tchadien a dressé une petite analyse de la situation. Son analyse est accompagnée par des commentaires de Tchadiens qui ne croient plus à la bonne gouvernance de leur président et militaire de son état.

Kébir Mahamat Abdoulaye : « Tchad, comment est financé le Plan National de Développement (PND) 2017-2021 ? Le Plan National de Développement élaboré par le gouvernement du Tchad sera réalisé suivant au moins quatre (4) modes de financements :

-financement des partenaires bilatéraux et multilatéraux en faveur de l'Etat tchadien par des prêts, dons...

- investissement dans des projets développement par des sociétés internationales au Tchad sans participation Directe de l'Etat tchadien ; 

- investissement dans des projets de développement entre des sociétés tchadiennes et étrangères en partenariat privé/privé ;

- investissement dans des projets de développement en partenariat public privé (Etat tchadien et le secteur privé national et international) ;

Suite à la clôture des travaux de la table ronde de Paris, le montant des ressources financières arrêté est de 20 milliards de dollars $ dont,13 milliards de dollars $ seront assurés par les bailleurs bilatéraux et multilatéraux et 7 milliards de dollars $ par le secteur privé. C'est un montant beaucoup supérieur à la prévision d'environ 9 milliards de dollars $ initialement prévue arrêtée dans le PND. C'est une grande satisfaction à ce niveau ! Toutes ces ressources financières ne sont pas des aides budgétaires décaissables immédiatement contrairement à ce que pensent certaines personnes. Enfin après la Mobilisation de ces ressources qui financeront le PND d'ici 2021, il faut mettre en place un mécanisme (cellule, coordination...) de suivi-évaluation à sa tête des fonctionnaires compétents afin de suivre, contrôler, aider... la mise en application de ces ressources financières qui sont a priori des déclarations d'intention, d'engagement de la part des bailleurs de fonds et des investisseurs privés nationaux et internationaux. Aussi l'amélioration de la bonne gouvernance politique, économique, financière, climat des affaires...est indispensable afin d'atteindre les objectifs de PND. Le combat pour la table ronde de Paris est gagné avec de succès au-delà de l'espérance mais il reste la grande bataille qui est la réalisation du PND, où, se trouve le grand travail ! »

Exception tchadienne- Bertrand Gandje Solo : « : Décret 1780 portant répartition des retombées de la table ronde de Paris,
Le président de la république, président fondateur du PND,

Vu la constitution, 
Vu une large concertation des baministes
vu les différents chantiers des personnalités inachevés,
Considérant la volonté des personnalités à manger à leurs faims,
après concertation spéciale du Premier ministre par ailleurs vice-président du PND, 
sur proposition du ministre de l'économie et du plan, secrétaire général du PND
décrète :
article 1:
Il est décidé de la répartition des 20 milliards $ récolté à Paris comme suit :
Chef de l'Etat, 1 milliard$
première dame 750 millions $
premier ministre 500 millions $
Président de l'AN 500millions$
tous les ministres 100millions $ chacun 
président cour suprême 200 millions $
Président conseil constitutionnel 200 millions $
Article 2 : toutes les personnalités bénéficiaires gèrent leurs partisans respectifs. 
Article : 3 les commerçants véreux sont chargés d'augmenter les prix des denrées comme bon leurs semble. 
Article 4 : le restant du butin sera affecté aux secteurs prioritaires.
Article 5 : la population doit continuer dans son courage avec les 16 mesures.
Article 6 : toutes personne s'opposant à cette répartition, sera appeler apatride. 
Article 7 : le ministre de la sécurité est chargé de traquer et d'arrêter toutes voix discordantes. 
Article 8 : le ministre de la justice est chargé de faire juger les potentiels contestataires.
Article 9 : l'ANS est chargé de prêter main forte pour traquer les opposants au partage du gombo. 
Article 10 : le gouvernement est chargé d'assurer la coordination du partage. 
Article 11 : les jeunes doivent travailler dure pour le remboursement de cet argent dans le futur. 
Article 12 : le présent décret qui doit grossir la vache sera enregistré et publié au journal officiel des baministes et leurs alliés.

Fait à Bamina le 08 Septembre 2017
signé : La vérité. »

Jimy Achille « Qui a bu, boira » « À vrai dire, le Tchad dans son immensité et dans sa globalité, regorge toute une diversité des richesses dignes de rendre ce territoire de 1.284.000 km carrés un petit paradis terrestre où tout serait à profusion : à savoir l’immensité de ses terres arables sillonnées des fleuves aux eaux limpides très appropriées aux différentes cultures maraîchères. Des fleuves comptés parmi les plus poissonneux du monde. Un pays aux richesses de son sous-sol prospères. Les richesses minières sont aussi prometteuses. Que Dieu soit loué ! Y a-t-il d'autre récompense pour le bien que le bien ? Mais à notre grande surprise, force est de constater que malgré cette manne, la majeure partie des Tchadiens vivent encore sous l’ascendance d'une misère dépassant de très loin le seuil de pitié. Une misérabilité ignoble où tous les malheurs de ce monde sont au rendez-vous. Pourquoi ? Ce phénomène peut s’expliquer en deux volets : L’ascendance des anciens colons sur l’économie des pays Africains ; et le fait que Deby soit à la tête du Tchad, pour presque trois décennies est déjà un châtiment Divin qui s'abat sur le pays. Je dis bien de l'ascendance des anciens colons sur l’économie des pays Africains faisant de telle sorte que si l'Europe s’éternue, l'Afrique s’attrape le rhume. Ces experts agrégés et spécialistes en politique de l'Afrique ont pour point de mire de cibler et de biter tout gros gaillard de peu de cervelle prompte à détruire ou faire basculer l 'économie de son pays vers d'autres cieux en Europe. Ces garçons ciblés dociles et disciplinés pour la cause de l'Europe sont imposés aux Africains soit par la force des armes soit par favoritisme. Ce phénomène en Afrique centrale est encore le pire. C'est pourquoi Deby, sans honte, à avouer récemment haut et fort que c'est la France qui l’a harcelé à changer la constitution du Tchad. Une sordide nouvelle que les Tchadiens ont horreur d’écouter cela. Dans les années 90 années marquant l'avènement de fameux Deby au pouvoir il y a de cela vingt-sept ans et jusqu'à nos jours, une vingtaine de premiers ministres a été nommée et celles des ministres, par centaines.

Deby dans son royaume, un groupuscule des renégats, des charlatans, des perroquets, des griots que sais-je encore…s'y trouvent. Et ceux-ci sont tous ministrables. Il suffit que l'un d'eux soit nommé à un poste ministériel, vous verrez que celui-ci vient avec tout un chapelet de sa famille. C'est à dire du directeur de cabinet jusqu'au planton. Et ceci se passe sous le regard complice de Deby. Une année seulement, le dernier c'est-à-dire le planton devient vachement riche. En quoi faisant ? On lui fait obtenir le privilège de tourner les affaires de bons de commande. Pour une fourniture de cent mille francs, dans la facture, des zéros sont suffisamment majorés donnant lieu à des chiffres qui s’évaluent en des millions. Comment voulez-vous que le Tchad devienne la vitrine de l’Afrique ? Un deuxième cas à énumérer en guise d’exemple c'est celui d'un de proches de Deby, son ancien directeur de cabinet. Deby par plaisir le nomma chef d'usine dans le sud pays. Celui-ci avait mis en faillite successivement six usines d’égrenage des cotons. Et après quand il s’était vu s’auto-suffire à lui-même, il devint rebelle. Mon Dieu ! Quelle innovation va-t-il emmener celui-là encore ? À la vue de tout cela, nous sommes parvenus à déduire que la gestion du gouvernement de Deby est très calamiteuse. Deby après qu'il eut suffisamment détruit l'économie du Tchad, par agilité chasseresse, bondi en Europe pour collecter chez les bailleurs de fond vingt milliards de dollars. Cette somme fabuleuse va-t-elle être utilisée à bon escient ? À mon avis je pense que non. Et pourtant dans les années 2000, pour l'exploitation du pétrole du sud du pays Deby en a fait la même chose en allant lui et sa société civile y compris les religieux, aux États-Unis. La promesse était-elle tenue ? Hier Deby a escroqué les USA, aujourd'hui il escroque l'Europe mais demain ça serait le tour de la Chine. Ce qui est sûr, ces vingt milliards de dollars sera très mal géré à la façon des hyènes et leur proie. Car « Qui a bu, boira ». Ce qui nous reste maintenant nous les Tchadiens c'est d’implorer le Dieu Tout Puissant le Tout miséricordieux le Très miséricordieux de sauver le Tchad de ces fléaux. Amin !!! Acyl Jimy le Pp. FACT. »

 

Exception tchadienne : « Table ronde PND de Paris : l'aboutissement d'une conjugaison d’efforts ! Félicitations au Président de la République dont la présence, le leadership et l'implication ont largement contribué au succès de la table ronde de Paris ! Félicitations à toute la nomenclature qui a contribué d'une façon et d'autres à ce succès ! Félicitations particulières aux ministres du Plan et aux collègues pour avoir redonné du tonus à la machine administrative échaudée par la crise conjoncturelle actuelle ! Pour aboutir à ce succès qui profitera à toute la nation, il y a eu en amont depuis deux ans, de nombreuses réunions. Des rédactions reprises maintes fois par les cadres que nous sommes, afin de mieux traduire les aspirations légitimes des populations consultées, en stratégies et actions appropriées sur une durée et en faisant des hypothèses. Dans ces phases préparatoires, que de sacrifices ? Que de tensions liées au manque de motivation, aux querelles d’écoles ? Rentrer tard chaque jour, s'abstenir des luttes politiques partisanes pour faire uniquement de la planification ! C'est notre quotidien au Ministère de l'Économie et de la Planification du Développement. Avoir une vue d'ensemble sur la situation du pays, le planificateur est comme le médecin. Et il est mieux informé des réalités. Puis, après avoir fait sa part de travail, le dernier relais embarque pêle-mêle pas mal de monde ! C'est ça la table ronde ! Il y eut les versions SNRP 1, 2 et 3, puis le premier grand rendez-vous de Paris pour le PND 2013-2015 qui fut aussi un grand succès !

Mais le plus dur est de garder le terrain conquis car les promesses sont faciles à faire mais n'obligent pas les partenaires qui les font. Chaque secteur, chaque acteur devra satisfaire à des conditions de détails qui sont plus harassantes pour faire débloquer le moindre sou. Et nous devrons tous faire en sorte que le climat politique, économique, social et sécuritaire soit favorable durant la période couverte. En plus, espérer que les crises internationales économiques, financières et sécuritaires n'affectent le Tchad. Ce sont tous ces facteurs réunis qui impacteront la suite de Paris. Que ça fasse mal aux uns et aux autres d'entendre ce langage, c'est celui imbattable du planificateur qui n'est ni prestidigitateur ni un partisan mais un traducteur de rêves collectifs. Ce PND a séduit les partenaires parce qu’il a bien répertorié les aspirations légitimes des populations consultées. En plus, c'est pour la seconde fois le travail judicieux de cadres tchadiens qui ne se sont jamais donné du repos durant tout ce temps. Ce n'est plus du couper-coller des consultants étrangers comme c'était la pratique avant. Il faut donc saluer cette maîtrise nationale et l'encourager pour la suite. Même si ça choque dans nos perceptions rétrogrades des valeurs tchadiennes, c'est ça qui a été vendu à Paris et qui assurera le bon fonctionnement de nos services publics de base dans les mois et années à venir. Rien n'est hasard ou opportunisme dans ces domaines ! L'argent à un coût pour celui qui prête ou qui donne, les tchadiens doivent tous le comprendre puisque c'est à tous les niveaux sociaux le point faible partagé : la mauvaise gestion ! Les controverses politiciennes, ce n'est pas notre soupe : nous voulons juste encourager nos collègues pour ce moment qui est le nôtre !!! Espace facebook de Enoch Djondang

Sélection et commentaire de la Rédaction.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article