Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

En 2013, au cours de la conférence de presse qu’il a animé, le chef de l’Etat Idriss Dèby Itno avait jeté un pavé dans la marre : c’est à l’opposition de désigner son chef et non au pouvoir. Réponse du berger à la bergère : l’opposition démocratique a convoqué une conférence de presse pour répliquer aux propos tenus par Déby. C’est la loi qui l’oblige à reconnaître Saleh Kebzabo, dont le parti compte le plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale, comme chef de file de l’opposition, a-t-elle déclaré. Pourquoi, cette polémique stérile, quand on sait qu’au Tchad, c’est la loi 20-PR 2009 qui régit le statut de l’opposition politique et qui stipule dans son article 7 que le chef de l’opposition est le président du parti d’opposition qui dispose du plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale. En l’espèce, il s’agit bien du président de l’UNDR, l’Union nationale pour le développement et le Renouveau, Saleh Kebzabo ».

Cependant, pour que ce statut soit reconnu et appliqué, il faut un décret d’application signé en 2014. Malheureusement, ce décret n’est jusque-là pas appliqué par Idriss Déby Itno qui nourrit une haine viscérale contre son opposant, Kebzabo. Pourtant, ce statut est reconnu dans plusieurs pays africains. Au Mali, par exemple, le chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé dispose d’un bureau, d’une salle de réunion et d’un immeuble de deux étages mise en location. Avec un budget annuel de 500 millions de FCFA. Qu’attend Idriss Deby Itno de mettre en exécution un décret qu’il a lui-même signé ? Selon nos sources, l’Etat aurait refusé de rembourser la caution de dix millions de FCFA et les frais de campagne de l’élection présidentielle aux candidats qui ont obtenus au moins 10% des suffrages. C’est le cas de Laokein Kourayo Médard et Saleh Kebzabo. On espère qu’ils seront rétablis dans leurs droits.

Eric Mocnga Topona, correspondant spécial depuis l’Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article