Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                                          Chronique de Kébir Mahamat Abdoulaye 

Pendant que le Tchad est fauché par une crise économique en toile de fond par la mauvaise gouvernance où sa dette publique (bilatérale et multilatérale) s'envole de moins de 20 % de son PIB en 2014 à plus de 40% à nos jours, par contre la Tunisie s'inquiète de niveau de sa dette publique qui a atteint 63,7% de son PIB en 2017 bien qu'il est un pays compétitif et attire des investisseurs nationaux et internationaux. Une dette publique de plus en plus progressive et élevée a des effets négatifs. Elle compromet la solvabilité d'un pays, réduit l'épargne nationale, l'investissement public, aggrave les déficits (budget et balance commerciale) publics, menace la viabilité des finances publiques et infine accentue une crise économique sans retour de la croissance économique et de retournement de la conjoncture économique favorable.

En outre si une dette publique ne sert pas à financer des investissements productifs à moyen, long terme et relancer l'économie nationale donc de l'appareil productif, ce pays continuera dans le cercle vicieux de l'endettement public préjudiciable à tout le système bancaire et économique du pays. Certes la dette publique (extérieure et intérieure) du Tchad ne dépasse pas encore les 70% de son PIB, seuil fixé dans les directives régissant les règles des finances publiques de la CEMAC (Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique) cependant, une politique prudentielle d'endettement public doit être mise en œuvre afin d'éviter de compromettre la capacité actuelle, future de l'économie nationale et de la viabilité des finances publiques. Enfin la table ronde de Paris pour financer le Plan National de Développement du Tchad couvrant la période 2017-2021 qui s'élève à 5538 milliards Fcfa soit environ 9,2 milliards de dollars $ fera-t-elle appel à plus d'investisseurs nationaux, internationaux ou à des prêteurs internationaux bilatéraux, multilatéraux potentiels ? Cette table ronde permettra-t-elle de savoir davantage le niveau supplémentaire de la dette publique rapportée sur le PIB ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article