Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Photo de Ramadan Madani depuis Bokoro au Tchad

Là, c’est dangereux ! Que Dieu sauve les pauvres ! Cette nouvelle tombe comme un cheveux sur la soupe. En effet, l’Agence France Presse a relayé cette information livrée le vendredi 15 septembre 2017 par l’Onu selon laquelle la faim progresse de nouveau dans le monde après une régression constante durant plus de dix ans, touchant 815 millions de personnes en 2016, soit 11% de la population mondiale. Selon le rapport de l’ONU commenté par le reporter de l’AFP, dans le même temps, le rapport s'inquiète du fait que 41 millions d'enfants de moins de cinq ans dans le monde sont en surpoids, ce qui accroît les risques d'obésité et de maladies à l'âge adulte. « L'anémie chez les femmes et l'obésité chez les adultes sont également préoccupantes » ajoute le rapport. « Ces tendances sont une conséquence non seulement des conflits et du changement climatique, mais aussi des changements profonds des habitudes alimentaires » et de la pauvreté liée aux « ralentissements économiques », selon le communiqué de synthèse du rapport. Selon les agences Onusiennes, 520 millions de personnes affamées sont recensées en Asie, 243 millions en Afrique, 42 millions en Amérique Latine et aux Caraïbes.

Selon ces chiffres, 11,7% de la population asiatique souffre de faim, 20% en Afrique, et 6,6% dans la zone Amérique Latine et Caraïbes. Sur les 815 millions de personnes souffrant de la faim dans le monde en 2016, 489 millions vivent dans des pays touchés par des conflits. D’après le même rapport des Nations Unies, l’augmentation de 38 millions de personnes concernées par la faim l'an passé est « en grande partie due à la prolifération des conflits violents et aux chocs climatiques » ? indique le rapport. Ce rapport est publié par trois agences de l'ONU, la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), le FIDA (Fonds International des Nations Unies pour le développement agricole), le PAM (Programme alimentaire mondial) auxquelles se sont jointes pour la première fois l'Unicef et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).Au total, quelque 155 millions d'enfants de moins de cinq ans souffrent d'un retard de croissance en raison de la faim, selon ce rapport, alors que 52 millions d'enfants souffrent d'insuffisance pondérale par rapport à leur taille. Les proportions les plus élevées d'enfants affamés ou malnutris sont concentrées dans les zones de conflit. 

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article