Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

                               Jésus, Bouddha, Mahomet, leur message vient-il du Ciel ou de la Terre ? 

Comme notre Rédaction vous l'avait annoncé, elle fera de temps en temps de reprise des articles d’analyses, des reportages ou des interviews d’autres confrères africains, européens ou autres, afin de permettre à certains d’entre vous lecteurs qui n’auraient pas parfois la chance de les lire, de s'approprier librement. Aujourd'hui par exemple la Rédaction porte son choix sur la question de notre confrère Guy Meyer du journal le Monde des Religions : « Jésus, Boudha, Mahomet, leur message vient-il du ciel ou de la terre ? » paru de leur journal N°81 dans la page 7, qu’il a eu à poser à Odon Vallet, historien des religions, spécialiste d’anthropologie religieuse. Dernier ouvrage : « Dieu et les religions en 101 questions-réponses (Albin Michel,2014).Sachez-le, ces reprises n'ont d'autres buts que de susciter des débats contradictoires et féconds autour de certaines questions dont on n’aborde pas assez dans ce monde dominé par les tenants de la pensée unique.

Ils furent tous trois de grands marcheurs devant l'Eternel, de Galilée à la Judée pour Jésus, de la Mecque à Médine pour Mahomet, du Sud du Népal au nord de l’Inde pour le Bouddha. Au cours de ces rencontres, dialogues et prédications, ils ont nourri leurs paroles d’innombrables controverses, acquiescements et réfutations. Les textes sacrés transmettent un échantillon de ces révolutions pédestres (terme qui s’applique pour qualifier tout ce qui peut se faire à pied) qui ont changé la face du monde croyant. Et les non-croyants, comme Ernest Renan, voient dans la terre palestinienne et ses coutumes une sorte de « cinquième évangile ». En clair, un message religieux est le fruit d’un pays et d’une époque qu’il éternise et mondialise. Certains diront que Jésus transfigure ce que l’Eglise défigure, de même que le Prophète Mahomet a sublimé ce que les djihadistes ont abîmé quand le message du Dieu miséricordieux devient dogmatisme, voire fanatisme.

Mais, à la différence de Confucius et du Bouddha dont les relations avec le Ciel demeurent fort controversées, aucun croyant ne nie que Moïse, Jésus, Mahomet n’aient conversé avec l’Au-delà dont ils furent les messagers. La même remarque vaudrait pour les voix entendues par Jeanne d’Arc ou la Dame aperçue par Bernadette Soubirous. Zola fut pour la voyante de Lourdes ce que Renan était pour Jésus de Nazareth : un admirateur de sa bienfaisance, un négateur de sa transcendance. Chaque religion possède sa version harmonieuse du céleste et du terrestre. Pour les Chrétiens, Jésus est à la fois fils de l’Homme et fils de Dieu. Pour les Musulmans, le Prophète n’a rien de divin, mais la Prophétie (Le Coran) est entièrement divine. Et même le Bouddhisme et le confucianisme ne peuvent se concevoir comme uniquement terrestres. Le nirvana du premier échappe au monde charnel et l’harmonie du second aux désordres humains. Bref, il y a une différence entre « celui qui croit au ciel et celui qui n’y croit pas », entre honoré d’Estienne d’Orves et Gabriel Péri, ce qui n’empêche pas l’Espérance chère à Péguy de rejoindre souvent l’Espoir de Malraux.

Choix et commentaire de la Rédaction.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article