Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ecrit par Guichaoua Virginie, l’article titré : « des siècles plus tard, la troublante lettre d’une sœur « possédée par Satan » est enfin traduite » pour le compte de Gentside, vient d’être publié le 13 septembre 2017. L’auteure révèle que cette lettre dont était rédigée, il y a de cela presque quatre siècles par une nonne d’un couvent Sicilien. Une lettre emprunte de mystère enfin décodée. Ecrit en langage codé d’après Virginie Guichaoua, journaliste de Gentside, ce manuscrit aurait été dicté à l’époque… par le démon, parait-il ! ». Voilà une histoire digne d'un scénario de film d'épouvante-horreur. Au XVIIe siècle en Sicile, Isabella Tomasi, devenue plus tard Sœur Maria Crocifissa della Concezione après son entrée au couvent, aurait écrit une lettre totalement indéchiffrable dictée par… Satan ! Une lettre décodée grâce au dark web Rédigé à l'aide de codes, chiffrages et autres symboles ésotériques. Ce manuscrit a fait pendant longtemps l'objet de tous les mystères jusqu'à ce que son contenu puisse être décodé tout récemment par un groupe d’informaticiens italiens, selon le très sérieux quotidien britannique The Times. », qui en fait écho en rapportant les commentaires faits par la reporter de Gentside.

Selon toujours les commentaires de Virginie, la journaliste, à l'aide d'un logiciel déniché sur le « dark web », ces derniers ont en effet pu traduire les étranges écritures livrées 340 ans plus tôt par la sœur. Et ce qu'ils ont découvert laisse perplexe. Parmi ce fatras de signes qui empruntent à divers alphabets connus, les informaticiens ont réussi à déchiffrer une quinzaine de lignes parlant de Dieu et du Diable et racontant en substance que Dieu serait l’invention de l’homme. Dans ces écrits, la sœur note par ailleurs que ce système religieux « ne fonctionnerait pour personne ». Virginie de Gentside termine son reportage en informant que dans sa lettre, Sœur Maria évoque aussi le fleuve Styx qui sépare le monde terrestre de l’enfer, et qui selon ses dires, existerait bel et bien. « Totalement incohérent », ce texte met surtout en lumière la souffrance manifeste d'une femme en prise avec un grand désordre psychique de l'ordre de la schizophrénie ou d'un trouble bipolaire, comme il peut en avoir encore dans nos sociétés modernes. Des personnes atteintes de maladies dites lourdes liées souvent au système nerveux sont susceptibles de tenir un langage incohérent et débridé. 

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article