Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le vendredi 15 septembre 2017, la RTL-infos publie un article, dont l’enquête a été menée par l’AFP, selon laquelle un chrétien pakistanais a été condamné à mort pour blasphème pour avoir envoyé par téléphone à une connaissance musulmane un poème jugé offensant pour l'islam, a indiqué son avocat vendredi. D’après l’AFP l’auteur de l’article de presse, la loi est critiquée par les défenseurs des droits de l'homme, qui soulignent qu'elle est souvent instrumentalisée pour régler des différends personnels. Les libéraux accusent également les conservateurs de crier au blasphème pour faire taire leurs détracteurs. De simples accusations ont valu à des dizaines de personnes d'être lynchées. L’AFP rapporte que le procès s'est déroulé dans une prison pour des raisons de sécurité, des responsables musulmans ayant proféré des menaces contre James et sa famille, selon lui. Les faits se sont produits dans la ville de Sarai-Alamgir dans le nord de la province du Pendjab (centre).

Le tribunal a confirmé la sentence. La peine de mort pour blasphème a été introduite au Pakistan en 1986 sous le régime militaire du général Mohammed Zia ul-Haq (1977-1988). Cet homme avait été inculpé en juillet 2016 après avoir été accusé par un musulman rapporte l’AFP, Yasir Bashir, de lui avoir envoyé un poème offensant à l'égard du prophète Mohammed sur l'application WhatsApp. L’accusé, Nadeem James, « a été condamné à mort par le tribunal jeudi pour blasphème », a déclaré à l'AFP l'avocat chargé de sa défense, Anjum Wakeel.« Mon client va faire appel de la condamnation devant la haute cour car il a été piégé par son ami qui n'appréciait pas que James fréquente une jeune fille musulmane », a expliqué Me Wakeel.

La Rédaction 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article