Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« Kim Jong-Un de Corée du Nord, qui est clairement un fou qui ne craint pas d'affamer et de tuer son peuple, va être mis à l'épreuve comme jamais ! » a lancé M. Trump dans un tweet matinal. Les dirigeants de ce monde sont-ils intellectuellement en panne des solutions pour calmer le très agité leader Sud-coréen ? D’ailleurs pourquoi et pour quelles raisons le président américain donne-t-il l'impression d'être le seul très préoccupé par le comportement de Kim Jong-Un » ? Pendant que les populations entières de ce monde attendent voir des vraies solutions, Donald Trump se lance aux insultes de Kim Jong-Un, allant jusqu’à le traiter de « fou ».

Dans un article écrit par l’Agence Belga et publié par la RTBF le vendredi 22 septembre 2017, Trump considère que Kim Jong-Un est un « fou » et qui se dit prêt à le mettre à l’épreuve « comme jamais ». Selon Belga, le Kremlin s'est dit vendredi « profondément préoccupé » par l'escalade des tensions sur le dossier nord-coréen après ces échanges de « menaces » entre les dirigeants des deux pays. En effet d’après Belga, quelques heures après l'annonce jeudi par Washington d'un renforcement des sanctions contre Pyongyang, Kim Jong-Un a de son côté qualifié Donald Trump d'homme « mentalement dérangé » qui paiera « cher » pour ses menaces contre la Corée du Nord. Cette nouvelle escalade intervient quelques jours après son discours à l'ONU dans lequel le président américain avait qualifié le leader nord-coréen « d'homme-fusée » et avait menacé son pays de « destruction totale ».

Le mardi 19 septembre 2017 dans une publication de la RTBF ,dont l’article a été écrit par un reporter de l’Agence France Presse(AFP), le président américain Donald Trump eut publiquement menacé devant l'ONU de « détruire totalement » la Corée du Nord, un « régime vicieux » et « corrompu », si les Etats-Unis ou leurs alliés étaient confrontés à une attaque de Pyongyang. Les « Etats-voyous » sont une menace « pour les autres nations et pour leurs propres peuples avec les armes les plus destructrices » au monde, a lancé le président américain lors de son premier discours devant l'Assemblée générale des Nations unies, dominée cette année par la menace nucléaire nord-coréenne et l'accord de non-prolifération avec l'Iran. Le reporter de l’AFP rapporte longuement que Donald Trump a mis en garde les Etats « qui non seulement auraient des échanges commerciaux avec un tel régime, mais fourniraient aussi des armes et un soutien financier à un pays qui risque de faire plonger le monde dans un conflit nucléaire »

 

Il a estimé que c'était « tout le rôle » de l'ONU de gérer ce type de crises, saluant la récente adoption unanime de sanctions de plus en plus fermes contre la Corée du Nord et remerciant la Russie et la Chine qui ont donné leur aval malgré leur soutien à Pyongyang.« Mais nous devons faire beaucoup plus » pour « isoler le régime de Kim jusqu'à ce qu'il mette fin à son comportement hostile » et comprenne que le seul avenir est celui d'une « dénucléarisation » de la péninsule coréenne, a-t-il insisté. Donald Trump est allé même qualifié le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, de nouveau qualifié « d'homme-fusée en raison de ses ambitions nucléaires, est embarqué dans « une mission-suicide, pour lui-même et pour son régime », a-t-il ajouté. La diplomatie américaine assure que Washington ne vise pas la chute du régime nord-coréen, mais Donald Trump menace régulièrement d'une action militaire Pyongyang, qui multiplie les essais balistiques et nucléaires.« Les Etats-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord », a prévenu le président américain.« Les Etats-Unis sont prêts, disposés et en mesure » de répondre militairement à Pyongyang, « mais espérons que cela ne sera pas nécessaire », a-t-il ajouté. Ahmat Zéïdane Bichara

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article