Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

La politique migratoire de l’Australie, très critiquée vise à décourager les migrants d’essayer de traverser la mer par bateau pour chercher refuge sur son territoire. Lorsque les migrants sont interceptés par les garde-côtes australiennes, d’emblée, ils sont placés dans des centres de rétention délocalisés dans de petits Etats insulaires du Pacifique en attendant de traiter leur demande d’asile, sans un réel espoir d’accéder au statut de réfugié, synonyme d’accueil en Australie. Le conflit armé en Birmanie a provoqué l’exode de plus de 415 000 Rohingyas vers le Bangladesh, selon l’AFP. A en croire The Guardian, les autorités australiennes ont proposé aux réfugiés Rohingyas, gardés dans un centre de rétention en Papouasie-Nouvelle-Guinée de leurs verser de l’argent s’ils consentent à rentrer dans leur pays, où ils sont pourtant exposés aux risques de représailles de l’armée. Une haute cour a déjà précédemment condamné l’Australie pour avoir maintenu des demandeurs d’asile sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle-Guinée où il y a eu des violations flagrantes des droits de l’Homme.

Le pouvoir de Canberra a alors décidé de démanteler ce centre délocalisé d’ici fin octobre. Le gouvernement s’est engagé à verser jusqu’à 25 000 dollars (16 600 euros) aux demandeurs d’asile rohingyas en centre de rétention qui acceptent l’offre de retour au pays. Cette incitation financière est de nature à accélérer la procédure retour des réfugiés rohingyas en Birmanie. Seuls sept réfugiés ont accepté cette offre alléchante, a rapporté The Guardian. Le mutisme de la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, ancienne prix Nobel de la paix avait été très critiqué par l’opinion internationale. Elle avait dû renoncer à participer à l’Assemblée générale de l’ONU, mais elle a fini par s’exprimer à la télévision nationale de son pays promettant de mettre tout en œuvre pour assurer le retour de la minorité rohingya en Birmanie.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article