Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 Dans un article récent publié par Alter Presse, un site Haïtien, le journaliste rapporte précisément que la branche en Haïti de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) et le Ministère de la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf) eurent signé un protocole d’accord, en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des femmes paysannes. D’après le journaliste, cet accord viserait à appuyer et valider la mise en œuvre de la stratégie de genre du plan de la Communauté des États de l’Amérique et des Caraïbes (CELAC) pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle. La signature du protocole d’accord, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse, prend racine dans la politique des chefs d’État de la CELAC, qui cherchent à promouvoir l’égalité et l’équité en faveur des femmes vivant surtout en milieu rural, selon le représentant de la Fao en Haïti, Nathanaël Hishamunda. Le reporter d’AlterPresse cite quatre pays (Haïti, République Dominicaine, le Salvador et l’Uruguay) qui ont été sélectionnés pour faire partie du projet, évalué à 250 mille dollars (Ndlr : US $ 1.00 = 65.00 gourdes ; 1 euro = 78.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui). D’une durée de 16 mois, ce projet débute en octobre 2017 et prendra fin en février 2019. Il fait partie d’un programme régional de développement de l’égalité, de l’équité et l’autonomisation de la femme.

 

Un document va permettre de déterminer les priorités dans un domaine pour Haïti et les autres pays, fait savoir Hishamunda. Il apporte des explications dans ce sens en disant que pour que les droits des gens puissent être respectés véritablement, il faut l’égalité entre hommes et femmes, affirme, pour sa part, la titulaire du Ministère de la condition féminine et aux droits des femmes (Mcfdf), Eunide Innocent, citant la CELAC. Le représentant de la Fao en Haïti, Nathanaël Hishamunda soutient que : « Sans l’intégration complète de la femme dans les activités agricoles, le principe de droits humains, auquel nous aspirons tous, serait impossible à réaliser complètement ».Enfin le reporter d’AlterPresse rapporte sous forme d’une conclusion que ce projet va s’implémenter dans les milieux ruraux, en vue d’accompagner les paysannes, celles qui pratiquent surtout l’agriculture familiale et les « Madan Sara » (commerçantes grossistes de denrées alimentaires en Haïti).Il faut améliorer, non seulement les moyens de transports des « Madan Sara », mais aussi les conditions d’alimentation de la population dans la société, estime le Mcfdf. Le grand Sud, qui a été durement frappé durant le passage du cyclone Matthew, les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016, se verra accorder une attention spéciale dans ce projet, qui comportera, entre autres, des visites de terrain et des sessions de formation de techniciennes et de techniciens en agriculture. 

Ahmat Zéïdane Bichara

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article