Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« Dans le monde, en moyenne une femme sur 80 à une femme sur 100 donne naissance à des jumeaux. Mais dans le village de Cândido Godói, au Sud du Brésil, les chiffres explosent. Sur les 70 familles qui vivent dans la communauté, on compte 38 naissances de jumeaux ». Ainsi commence l’article du journaliste Grégoire Ryckmans publié sur France info, le mardi 15 août 2017. Comme particularité à souligner de cette petite communauté, ils sont tous d'origine allemande et dans la communauté on parle même un patois germanique. Au début du XXe siècle, leurs ancêtres ont immigré ici. Les familles d'origine allemande ont donc presque vécu en autarcie et le nombre de naissances de jumeaux a grimpé en flèche. Ils se réunissent pour célébrer des baptêmes de nouveaux nés jumeaux... par des prêtres tous aussi jumeaux. Selon le journaliste et France Info, pour tenter d'expliquer ce phénomène étrange, certains villageois évoquent la visite d'extraterrestres.

D'autres estiment que c’est grâce à l’eau de la source du village, qui serait chargée d’un minéral particulier. L'équivalent de deux petits verres envoyés en Europe à une femme qui n'arrivait pas à avoir d'enfants lui aurait permis de tomber enceinte... mais il a suffi de quelques analyses de l’eau consommée par les habitants du village pour que cette thèse soit écartée. Pour les scientifiques de la région, les explications sont toutes autres. Dans leur commentaire, le journaliste et France Infos rapportent que la communauté porte en elle un gène dû à la consanguinité répandue et qui prédisposerait les femmes à avoir des jumeaux. Des études menées en 2009 par la généticienne Ursula Matte ont mis en évidence le gène P53. La présence de ce gène dans la communauté du village de Cândido Godói «confirme une prédisposition aux grossesses multiples dans cette population ».

Ce P53, les habitants du village le possèdent en masse, comme l'explique Gentside. Et c’est tout simplement dû au fait qu’il y a eu peu d’immigration et que les habitants se marient généralement entre eux. Le gène s’est donc beaucoup transmis jusqu’à l’augmentation significative  du nombre de jumeaux. A noter que d’autres cas existent. Un village nigérian, Igbo-Obra est appelé la « Nation des jumeaux » pour les mêmes raisons qu’à Cândido Godói. Mais une autre théorie, plus effrayante, coexiste. Le docteur nazi Josef Mengelle  surnommé « l'Ange de la mort » et connu pour ses expériences médicales, a vécu près de Cândido Godói un moment, à la fin de la deuxième guerre mondiale. Cet homme est également connu pour ses nombreuses et terribles expériences sur des jumeaux au camp d’Auschwitz. Si l'un des jumeaux mourait de maladie, Mengele tuait l'autre pour pouvoir comparer les autopsies. Mengele travaillait officiellement sur les jumeaux pour tenter de démontrer la supériorité de l'hérédité sur les facteurs environnementaux et ainsi appuyer la doctrine nazie de la supériorité de la race aryenne.

Certains de ses collaborateurs rapportèrent que ces études étaient peut-être également motivées par la volonté d'augmenter le taux de natalité en Allemagne, en améliorant les chances d'avoir des jumeaux. Il aurait aidé des femmes à soulager la douleur durant leur grossesse. Pour cela, il leur aurait administré des breuvages de sa conception. Ceux-ci auraient contenu un mélange d’hormones destiné à augmenter les chances de donner naissance à des jumeaux. Selon cette théorie, Hitler voulait étendre au maximum la masse démographique de la race aryenne. Pour ce faire, il fallait que les gens de cette race puissent se multiplier autant que possible, et donc permettre aux femmes aryennes de donner naissance à deux enfants plutôt qu'à un seul. Grégoire Ryckmans avec France Infos terminent leur reportage en rapportant aussi qu’une théorie soutenue par Jorge Camarasa, un historien argentin, qui explique notamment que « personne ne sait exactement quand Mengele est arrivé à Cândido Godói, mais les premiers jumeaux sont nés en 1963, l'année au cours de laquelle on a pour la première fois eu des rapports de sa présence sur place ». Une coïncidence troublante.

 Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article