Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

« Alors là, Africain que je suis, je ne me reconnais pas dans cette situation de cannibalisme attribuée aux Sud-africains noirs », eut déclaré un jeune sénégalais qui eut appris grâce à cette information publiée sur les réseaux sociaux par l’Agence France Presse (AFP) que des centaines de personnes auraient mangé de la chair humaine au Kwazulu Natal dans l'est du pays. Quatre hommes, accusés d’avoir tué une femme et dépecé son corps, ont été arrêtés. Cette affaire n’est pas isolée en Afrique du sud, où des femmes et des enfants sont tués à des fins rituelles. Vendredi, un homme s’était plaint à la police d’Escourt, une bourgade du Kwazulu natal, d’être fatigué de manger de la chair humaine.

D’après le reporter de l’Agence France Presse, en guise de preuves, il avait sorti d’un sac les restes d’une jambe et d’une main de femme. Il avait conduit la police dans la maison d’un sorcier traditionnel ou d’autres restes humains, ont été saisis : le sorcier et deux acolytes ont été inculpés de meurtre. Il n’y aurait pas qu’une seule victime. Selon un élu local, la police a découvert 8 oreilles dans un pot. Lors d’une réunion publique organisée cette semaine à Estcourt,300 résidents ont affirmé avoir, eux aussi, mangé de la chair humaine, pour obtenir de la puissance. Cette affaire n'est pas isolée. Il restitue les faits en disant que le mois dernier, à Durban un homme a été arrêté alors qu’il transportait une tête humaine. Le 8 août, ce sont plusieurs centaines d’habitants d’une ville du Nord du pays qui ont manifesté pour dénoncer l’inefficacité de la police dans la lutte contre les violences à l’égard des femmes, y compris les meurtres rituels. La police dispose pourtant d’une unité spécialisée pour traiter ces affaires occultes. RAF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article