Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ils se sont tués, ils se tuent et malheureusement ils se tueraient si des solutions tangibles et précises ne sont pas trouvées pour ce conflit Israélo-Palestinien aussi vieux que la tombe de Voltaire ou celle de Molière, les deux écrivains et penseurs français. Sur ce contentieux ou litige Israélo-Palestinien, le monde paraissait vraiment pessimiste, même si on peut y trouver quelque part des croyants qui croiraient un jour à des solutions divines. Mais pour l’instant, cela coûte les yeux de la tête aux Palestiniens et aux Israéliens. Evidemment les Palestiniens paient un lourd tribut face à un voisin-ennemi qui est Israël à cause des moyens logistiques et militaires illégalement pas les mêmes. C’est un conflit qui ressemble à des attaques des petits poissons (Palestiniens) contre un requin(Israélien) qui avale selon l’épaisseur de sa bouche ou de sa gueule. On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable, comme disent les Africains noirs. Mais où est donc la communauté internationale ou les Nations Unies et que font-elles réellement pour qu’afin ces deux peuples arrêtent de s’entretuer ? Les Nations Unies sont incapables en réalité face à ce conflit territorial qui date de 14 mai 1948 et qui reste toujours ou probablement resterait sans dénouement. Certainement, il serait prudent d’éviter de dire des choses incendiaires, malgré tout il faut souvent oser le dire. L’Onu ou les Nations Unies n’auraient pas du tout été sérieuses dès le départ de ce vieux problème territorial Israélo-Palestinien. Il est vrai que l’Humain possesseur de la chair et de l’âme a ses défauts et ses qualités, mais l’impartialité est et peut être la meilleure arme pour régler un tel litige qui fait versé de sang tant du côté des Palestiniens que des Israéliens. « Arrêtons de noyer le poisson, mais faisons naître des vraies solutions… », disent souvent les acteurs de la société civile française. Certainement assez de personnes diraient qu’il faudrait laisser ces Palestiniens et ces Israéliens mourir chez eux tant qu’ils n'auraient pas trouvé eux-mêmes des vraies solutions à leur problème de territoire qui les oppose. Malheureusement, ces personnes oublient souvent que ceux qui meurent qu’ils soient noirs, blancs, jaunes, Arabes, Juifs, Asiatiques ou autres types de personnes, ce sont des êtres humains. Evidemment oui !  Si ce n’est pas le cas, quel est donc le sens de crimes contre l’humanité ?

ONU: la crise sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem doit être résolue d'ici vendredi(Source AFP).La crise déclenchée par les nouvelles mesures de sécurité israéliennes sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est doit être résolue d'ici vendredi, au risque de voir une escalade des violences, a déclaré lundi l'émissaire de l'ONU chargé du Proche-Orient, Nickolay Mladenov.« Il est extrêmement important qu'une solution soit trouvée à la crise actuelle d'ici vendredi de cette semaine », a-t-il dit à des journalistes après avoir informé le Conseil de sécurité, ajoutant « les dangers vont aller en augmentant si nous passons un autre cycle de prière du vendredi sans solution à la crise ».

A l'ONU, Israël défend ses mesures de sécurité à Jérusalem. Israël veut faire redescendre la tension à Jérusalem après la flambée de violence de ces derniers jours, mais entend pour autant garantir la sécurité sur l'esplanade des Mosquées, a déclaré lundi son ambassadeur aux Nations unies.« Tout le monde aura toujours la possibilité de venir prier sur le mont du Temple, mais nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour garantir la sécurité », a déclaré Danny Danon, l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, devant des journalistes avant une réunion du Conseil de sécurité. Cette réunion d'urgence a été réclamée par la France, l’Égypte et la Suède, après les violences qui ont coûté la vie à cinq Palestiniens ce week-end. Ce regain de violences a été causé par les nouvelles mesures de sécurité instaurées par Israël devant l'esplanade des Mosquées, où se trouve le mont du Temple, lieu sacré juif, après l'attaque qui causé la mort de deux policiers israéliens le 14 juillet. Les autorités israéliennes ont en effet installé des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées, considérée comme le troisième lieu saint de l'islam et où se situe la mosquée Al-Aqsa. Les Palestiniens craignent qu'Israël, qui contrôle l'accès au site, ne cherche à remettre en cause le statu quo en vigueur depuis plusieurs décennies sur ce site ultra-sensible. Interrogé sur la possibilité qu'Israël enlève ces détecteurs de métaux, Danny Danon a commenté : « Nous voulons calmer la situation », en ouvrant l'accès au lieu sacré, « mais nous nous voulons aussi assurer la sécurité ». L’ambassadeur d'Israël à l'ONU a également appris que l'incident avec la Jordanie devrait « bientôt » être réglé. En Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans de Jérusalem, une fusillade dans l'ambassade d'Israël a fait dimanche deux morts jordaniens et un blessé israélien. Un agent de sécurité israélien a tué un Jordanien qui l'avait attaqué avec un tournevis. « Nous parlons avec nos collègues à Amman. Je pense que tout sera bientôt réglé », a déclaré Danny Danon.

Jérusalem : une organisation pan-islamique se réunit le 1er août à Istanbul (Source AFP). L'Organisation de la coopération islamique (OCI) a annoncé lundi la tenue le 1er août à Istanbul (Turquie) d'un réunion ministérielle de ses 57 membres pour débattre de la crise autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem.« La question de la mosquée Al-Aqsa est une ligne rouge qui ne se prête à aucune complaisance ou indulgence », écrit l'organisation pan-islamique dans un communiqué publié au terme d'une réunion des ambassadeurs des Etats membres à son siège à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite.La mosquée Al-Aqsa se situe sur l'esplanade des Mosquées, site ultra-sensible au coeur du conflit israélo- palestinien depuis cinq décennies.« Porter atteinte à la mosquée Al-Aqsa d'une quelconque manière et quel que soit le prétexte aura des conséquences très graves et conduira à l'instabilité dans la région », prévient l'OCI.La tension est très vive à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupés après la mise en place le 14 juillet par Israël de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées située dans la partie orientale de Jérusalem. Samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays assure la présidence de l'OCI, avait qualifié « d'inacceptable »la mise en place de ces détecteurs et appelé la communauté internationale à « agir sans attendre pour obtenir la levée des dispositifs qui limitent la liberté de culte ».Des heurts quotidiens entre manifestants palestiniens et forces israéliennes ont fait depuis cinq morts et des dizaines de blessés. Les entrées de l'esplanade sont contrôlées par Israël, qui l'appelle Mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme, mais le site est géré par la Jordanie. Les musulmans peuvent y aller à toute heure. Les juifs ne peuvent y pénétrer qu'à certaines heures et n'ont pas le droit d'y prier.

Esplanade des Mosquées : le Conseil de sécurité de l'ONU examine la crise(Source RTBF et AFP). Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit lundi pour discuter des violences meurtrières entre Israéliens et Palestiniens après l'installation de nouvelles mesures de sécurité aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem.Cette réunion, qui se tient en urgence à la demande de la France, de la Suède et de l'Egypte, doit examiner « la façon dont les appels à la désescalade peuvent être soutenus », a déclaré samedi l'ambassadeur suédois à l'ONU Carl Skau.Israël est sous pression après la flambée de violence qui a suivi les nouvelles mesures de sécurité autour de l'esplanade des Mosquées, et une fusillade dans son ambassade à Amman suscite l'inquiétude sur le risque d'un débordement au-delà des Territoires palestiniens.En Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans de Jérusalem, une fusillade dans l'ambassade d'Israël a fait dimanche deux morts jordaniens et un blessé israélien.« La Sûreté générale a été informée d'une fusillade dans un bâtiment d'habitation dans l'enceinte de l'ambassade israélienne », a indiqué la Sûreté générale jordanienne.« Deux Jordaniens ont été tués par des coups de feu et un Israélien grièvement blessé lors d'un incident à l'intérieur de l'ambassade », a ensuite déclaré à l'AFP une source des services de sécurité jordaniens.« Le premier Jordanien, Mohammed Jawawdeh (17 ans), a succombé à ses blessures sur place. Le deuxième, Bashar Hamarneh, un médecin qui était présent au moment de l'incident dans le bâtiment résidentiel de l'ambassade, qui lui appartient, est décédé des suites de ses blessures après minuit à l'hôpital », a indiqué cette source.On ignore si la fusillade était liée aux tensions autour de l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam. Israël n'a pas réagi immédiatement.Les autorités israéliennes ont installé des détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées deux jours après l'assassinat de deux policiers israéliens par des Arabes israéliens le 14 juillet aux abords du site.Les Palestiniens craignent qu'Israël ne cherche à remettre en cause le statu quo en vigueur depuis plusieurs décennies sur ce site ultra-sensible.Les entrées de l'esplanade sont contrôlées par Israël. Le site est aussi le lieu le plus sacré pour les juifs, qui l'appellent Mont du Temple.Les musulmans peuvent y accéder à toute heure. Les juifs ne peuvent y pénétrer qu'à certaines heures et n'ont pas le droit d'y prier.Les autorités israéliennes assurent qu'elles n'ont pas l'intention de modifier ces règles tacites.Depuis l'installation des portiques de sécurité, les Palestiniens ont boycotté le site, priant en dehors, et les violences ont été quotidiennes.Elles ont culminé vendredi à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupés, après la grande prière hebdomadaire des musulmans, quand trois Palestiniens et trois Israéliens ont été tués. Deux autres Palestiniens sont morts samedi dans des heurts.A la suite de ces tensions, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé vendredi le gel des contacts avec Israël.Dans des déclarations dimanche à Ramallah (Cisjordanie), siège de l'Autorité palestinienne, il a évoqué la suspension de la coopération sécuritaire avec Israël.« Ils (les Israéliens) seront les grands perdants, car nous jouons un rôle important pour assurer notre sécurité et la leur. Si Israël souhaite la reprise de la coordination sécuritaire, il doit revenir sur ses décisions », a prévenu le président palestinien.Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a réuni dimanche soir son cabinet de sécurité pour examiner la situation.Au Caire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Abou Gheit, a accusé Israël de « jouer avec le feu » et accusé d'aventurisme » son gouvernement qui veut selon lui provoquer une « grave crise avec le monde arabe et musulman ».Le président turc Recep Tayyip Erdogan a proclamé dimanche que « personne ne pouvait attendre du monde musulman qu'il ne réagisse pas face aux restrictions imposées au Noble sanctuaire (l'esplanade des Mosquées, ndlr) et aux offenses faites à l'honneur des musulmans ».Le pape François est aussi intervenu. « Je suis avec une vive inquiétude les graves tensions », a-t-il déclaré en appelant "à la modération et au dialogue ».Le Quartette pour le Moyen-Orient (Union européenne, ONU, Etats-Unis, Russie) a appelé à « une retenue maximale ».Le service israélien de sécurité intérieure a annoncé dimanche avoir arrêté 25 membres du groupe islamiste palestinien Hamas à titre préventif dans le cadre des « tensions autour du Mont du Temple ».Le site est au coeur du conflit israélo-palestinien depuis cinq décennies et le début de l'occupation israélienne de Jérusalem-Est.

Proposition et commentaire de Ahmat Zéïdane Bichara

Encadré :Le conflit israélo-palestinien désigne le conflit qui oppose Israéliens et Palestiniens au Proche-Orient .Il oppose nationalismes(le nationalise juif et le nationalisme arabe palestinien) et inclut une dimension religieuse ,notamment du fait qu'Israël est un Etat juif ,à majorité juive et que les Palestiniens sont majoritairement musulmans. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article