Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« La douleur change les gens, mais elle les rend également forts », stipule un proverbe populaire aussi vieux que le monde. Et c’est exact. L’Afrique, ce continent où se passe presque tous les jours des choses inconcevables, maladroites, sanguinaires et troublantes, ne rendent pas que les populations africaines malheureuses, renonçant tristement à la lutte au quotidien. Absolument pas. « Le peuple d’Afrique » est en train de montrer son visage d’hommes et de femmes guerriers ne pouvant plus accepter l’inacceptable. L’enlèvement des lycéennes de Chibok par la secte islamique Boko Haram a plutôt rendu les Africains et les Africaines unis et forts. Ils ont prouvé à l’opinion internationale que l’union fait la force et que la force sans armes est bien possible. Et la révolte des Africains et des Africaines ne s’arrête pas là. Il est vrai que les gouvernements respectifs de Burkina et de la Côte d’Ivoire décident de lutter ensemble contre le terrorisme. Mais la vraie lutte commune est celle qui provient de leurs populations respectives. Elles ont prouvé dès le départ des attaques terroristes dont elles ont fait l’objet,qu'elles ne céderont pas à la peur. Et les terroristes le savent bien. C’est là où on revient à admettre que la douleur rend fort ceux qui la subissent. Le monde a suivi ce que les Gabonais ont démontré lors de la crise post-électorale qui a failli sombrer le pays dans une guerre interminable. Les Gabonais n’ont pas cédé à la démagogie politique en montrant leur solidarité, même s’il y avait eu des gens qui se sont laissés embrigader par l’odeur d’une politique politicienne. Aujourd’hui on annonce le report des élections législatives au plus tard à avril prochain. Cela n’est pas forcement négatif. Ce report rendra les Gabonais forts. Là où le bât blesse, c’est en RDC. On a l’impression que les Congolais de la RDC deviennent de plus en plus faibles à cause de ses multiples événements qu’ils vivent, que même les ambassades accréditées dans leur pays sembleraient se moquer d'eux. Comment peut-on comprendre que l’ambassade de Belgique à Kinshasa puisse avoir le courage de priver de cérémonie des journalistes congolais ? C’est inconcevable et inacceptable ! En tout cas, Regards d’Africains de France vient de faire là sa petite analyse de la situation, en espérant que chacun de vous fera la sienne en lisant ces articles ci-dessous sélectionnés exceptionnellement pour vous.

 Au Nigeria, Malala rencontre des lycéennes de Chibok (Source RTBF avec Belga). La lauréate du prix Nobel de la Paix Malala Yousafzaï, en visite au Nigeria, a rencontré lundi des lycéennes de Chibok, libérées des mains de Boko Haram, et a appelé à la mise en place d'un plan « d'urgence » pour l'éducation dans ce pays. Lors d'une rencontre à Abuja, la jeune icône de l'éducation des filles à proposer au président nigérian par intérim Yemi Osinbajo de « déclarer l'état d'urgence dans l'éducation ,car l'éducation des filles et des garçons nigérians est vraiment importante ».« Le gouvernement fédéral, les gouvernements locaux et des Etats (fédérés) devraient tous s'unir en ce sens », a dit Malala à la presse après sa réunion avec M. Osinbajo, qui assure l'intérim de la présidence en l'absence du président Muhammadu Buhari, soigné à Londres depuis le 7 mai. D’après la jeune fille, M. Osinbajo a réagi « de manière positive » à sa suggestion. Selon l'Unicef, quelque 10,5 million d'enfants ne vont pas à l'école au Nigeria et 60% d'entre eux sont des filles. Au cours de sa visite au Nigeria, Malala a également rencontré certaines des 106 lycéennes de Chibok qui ont été libérées de la captivité dans laquelle les maintenaient le groupe jihadiste Boko Haram depuis avril 2014. « Je suis très heureuse de voir qu'elles vont retrouver leurs foyers et leurs familles et qu'elles puissent reprendre les études », a déclaré Malala, qui s'est mobilisée dès l'été 2014 pour leur libération. A l'heure actuelle, 113 lycéennes de Chibok sont toujours retenues otages par Boko Haram. Malala, 20 ans, a terminé début juillet sa scolarité dans un lycée de Birmingham, en Grande-Bretagne, où elle avait trouvé refuge avec sa famille en 2012 après avoir été grièvement blessée par les talibans au Pakistan, son pays d'origine.

Burkina et Côte d'Ivoire veulent lutter « ensemble » contre le terrorisme(Source RTBF et ses Agences).Le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, deux pays frappés par des attaques djihadistes, veulent lutter « ensemble contre le terrorisme », ont affirmé les présidents Roch Marc Christian Kaboré et Alassane Ouattara mardi à Ouagadougou, lors du 6è Traité de l'Amitié et de la Coopération (TAC) entre les deux pays.« Nous devons faire face ensemble à la question de l’immigration illégale, du terrorisme, de la criminalité transnationale ainsi qu’aux défis du réchauffement climatique », a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara à l’ouverture du sommet entre les deux pays. Le président du Burkina, Roch Marc Christian Kaboré, a tenu un discours similaire : « Il est important et urgent d’œuvrer à dissiper le climat d’insécurité qui fait peser de graves menaces sur nos efforts de développement », a-t-il estimé. « Nous devons gagner le combat contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière organisée, les trafics de tous genres et toutes les formes d’extrémisme », a-t-il martelé. Le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire ont été frappés en 2016 par les attaques djihadistes de Ouagadougou (15 janvier, 30 morts) et Grand-Bassam (13 mars, 19 morts), obligeant les deux pays à renforcer leur coopération stratégique. Les enquêtes ont montré qu'il existait des liens entre les deux attaques. Par ailleurs, le Burkina doit faire face à des attaques djihadistes récurrentes dans le nord du pays à la frontière avec le Mali. La Côte d'Ivoire, qui a aussi une frontière avec le Mali (mais dans un secteur moins ciblé par les djihadistes), surveille particulièrement cette zone. Au cours du sommet, une vingtaine d’accords doivent être signés entre les deux pays notamment sur la fourniture d'électricité ivoirienne au Burkina et la prolongation de la ligne de chemin de fer qui relie les deux pays. Le Burkina et la Côte d'Ivoire ont toujours été intimement liés. Ils ne formaient qu’un seul territoire au début de l’ère coloniale. Quelques trois millions de Burkinabés vivent en Côte d'Ivoire. Les deux pays partagent en outre des ethnies communes comme les Senoufo ou les Lobi. Le Burkina est par ailleurs très dépendant de son voisin pour l'accès à la mer, ainsi que pour les importations.

Gabon : Législatives de nouveau reportées, « au plus tard » à avril prochain (RTBF et ses Agences). Les élections législatives gabonaises, qui devaient se tenir avant le 29 juillet 2017 après un premier report, ont été de nouveau repoussées, « au plus tard à avril 2018 », a décidé la Cour constitutionnelle dans une décision parvenue mardi à l'AFP. « Les élections des députés de l'Assemblée nationale doivent être organisées au plus tard au mois d'avril 2018 », dit l'article 3 de cette décision de la Cour constitutionnelle prise le 11 juillet. Le document, authentifié par l'AFP auprès des autorités gabonaises, n'avait pas été rendu public immédiatement. Ce nouveau report du scrutin est motivé par « l'impossibilité de concilier le temps nécessaire dont les autorités compétentes doivent disposer pour faire aboutir le processus des réformes électorales » décidées par le « dialogue politique » voulu par le président Ali Bongo et rejeté par son rival, Jean Ping.Ce dialogue, qui a duré deux mois en avril et mai, s'est soldé par de timides propositions de réformes institutionnelles. Les députés de la 12ème législature gabonaise, en place depuis février 2012 et élus pour cinq ans, resteront, selon la décision de la Cour constitutionnelle, en fonction jusqu'à l'élection. L'annonce, début septembre 2016, de la réélection controversée de M. Bongo le mois précédent avait provoqué des violences rares (manifestations, répressions, pillages, incendie de l'Assemblée) dans ce petit pays pétrolier d'environ 1,8 million d'habitants. Plusieurs personnes avaient été tuées. La réélection de M. Bongo a été confirmée le 23 septembre par la Cour constitutionnelle qui avait rejeté le recours de son rival Jean Ping, qui se proclame « président élu ». Selon les résultats officiels, Ali Bongo a été réélu avec une avance de quelque 5000 voix. Dans la province du Haut-Ogooué, le fief du clan Bongo, la participation s'est élevée à 99,93%, contre 59% au niveau national, avec 95% des suffrages en faveur du président sortant. Les observateurs européens ont émis de vives critiques quant à l'organisation du scrutin.

Des journalistes congolais privés de cérémonie à l'ambassade de Belgique à Kinshasa ?»(Source Daniel Fontaine). Un document étrange circule ces derniers jours parmi les journalistes de l’Agence Congolaise de presse (ACP). Cette instruction de la « haute direction » de l’agence demande aux journalistes de ne pas se rendre à l’ambassade de Belgique à Kinshasa le 21 juillet. « Il est strictement (sic)interdit à tous les journalistes de l'Agence Congolaise de Presse (ACP) de couvrir les activités de l'ambassade de Belgique le 21 juillet 2017. Quiconque ne respectera pas cette instruction sera révoqué, sans autre forme de procès », prévient le document. Il est signé « Nestor Cimanga Rédacteur en chef adjoint Des provinces ». L’auteur termine par un « large diffusion SVP ».La RTBF a tenté de vérifier l’authenticité de cette instruction... Et nous n’avons obtenu que des démentis de nos différents interlocuteurs congolais. Le ministre de l’Information, qui exerce la tutelle politique sur l’ACP, est surpris : « Ce sont des rumeurs, affirme Lambert Mende. Je suis sûr qu’il y aura des journalistes de l’Agence Congolaise de Presse à cette réception. J’en suis même certain. On ne peut pas demander à des journalistes de ne pas couvrir un événement comme celui-là. C’est faux ! Je crois même savoir d’où vient ce genre de rumeur. » Il s’agirait donc d’une tentative d’intoxication. Dans quel but ? S’agit-il détériorer un peu plus les relations belgo-congolaises ? Ces relations sont déjà extrêmement tendues en raison des reproches exprimés par la Belgique et l’Union européenne sur les retards dans l’organisation de l’élection présidentielle et de la crise politique interne en RDC. La réception pour la fête nationale dans les jardins de l’ambassade de Belgique est traditionnellement un événement très couru. Des dizaines de Belges et de Congolais y sont conviés, dont de hauts responsables politiques.

                                             La sélection d'Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article