Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

« En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées », déclare l’ancien président français Valéry Giscard D’Estaing en 1976. Et les idées sont constituées de mots. Et les « mots sont des pistolets chargés », comme l’avait bien su dire l’écrivain et philosophe français Jean-Paul Sartre (1905-1980). En effet, grâce à la puissance des mots, on peut bien abattre une personne, la déstabiliser, la manipuler, l’amadouer. Pire, entre deux protagonistes, il pourrait s’y installer un sentiment de détestation réciproque alimenté par le dénigrement, les insultes et les attaques verbales. Dans le livre de la sagesse du Roi Salomon, il est dit concernant l’importance des mots « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue. Quiconque l’aime en mangera les fruits »

Autrement dit, de la bouche d’une même personne peut sortir des propos offensants et des paroles de gentillesse. Il est généralement admis que la bouche est une arme à double tranchant. Celui qui l’utilise pour toute parole bonne ou vertueuse, il sera tel celui qui extrait le miel de la cire et plus délicieux. A l’inverse, celui qui l’utilise dans les paroles obscènes et mauvaises, il sera tel celui qui presse la coloquinte pour en boire son jus et plus avilissant encore. Pour illustration, les relations entre le jeune président français de 39 ans, Emmanuel Macron et le Président Donald Trump âgé de 71 ans sont relativement cordiales malgré le retrait des Etats-Unis des accords du Cop21 de Paris signés par une centaine des pays à l’époque où François Hollande le socialiste gouvernait la France. Chacun semble faire jouer la persuasion et apparemment cela marche dans les deux sens.

 

Dans un article écrit par Belga et publié le dimanche 16 juillet 2017 sur le site de la RTBF, il est indiqué dès la première page que Donald Trump « va essayer de trouver une solution dans les prochains mois » pour un éventuel retour des Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat, assure le président français Emmanuel Macron dans le Journal du dimanche. L’auteur de l’interview de l’hebdomadaire cite la phrase d’Emmanuel Macron là où il rassure l’opinion nationale et internationale sur un éventuel retour des Américains aux Accords Cop21 de Paris : « Donald Trump m'a écouté. Il a compris le sens de ma démarche, notamment le lien qui existe entre réchauffement climatique et terrorisme ». « Il m'a dit qu'il allait essayer de trouver une solution dans les prochains mois. On a parlé dans le détail de ce qui pourrait lui permettre de revenir dans l'accord de Paris », ajoute M. Macron, au terme de la visite de deux jours à Paris de son homologue américain. « Je pense qu'il a vu aussi [chez lui] la mobilisation des villes, des États, du monde des affaires et de son propre entourage pour que les États-Unis restent engagés dans la lutte contre le réchauffement », ajoute-t-il. « C’est important de maintenir le dialogue pour que les États-Unis puissent à terme réintégrer le champ de l'action contre le réchauffement climatique et jouer le jeu du multilatéralisme", poursuit M. Macron. Le président américain avait déclaré que « quelque chose pourrait se passer » sur l'accord de Paris, jeudi au cours de sa conférence conjointe avec Emmanuel Macron. « Nous verrons ce qu'il se passe », avait-il ajouté, six semaines après avoir annoncé que les Etats-Unis comptaient sortir de l'accord international de lutte contre le réchauffement climatique signé en 2015.

                                          Ahmat Zéïdane Bichara/Moussa T. Yowanga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article