Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Il y a de cela quelques jours, les relations entre la RDC, les Nations Unies paraîtraient n’être plus au beau fixe. En effet, les autorités congolaises sont directement visées par une enquête onusienne sur la détention des armes par une milice posant souvent des actes macabres contre les populations de leur pays. Et le Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a accusé mardi 20 juin 2017 les autorités de la République Démocratique du Congo(RDC) d'armer une milice menant « d'horribles attaques » contre les civils dans le Kasaï, une région du centre de la RDC en proie à des troubles. Lors d’une intervention au Conseil des Droits de l’Homme de l’Onu réuni à Genève en Suisse, le Haut-commissaire Zeid Ra’ad Al Hussein déclare :«Je suis consterné par la création et l'armement d'une milice, Bana Mura qui soutiendraient les autorités dans la lutte contre la rébellion Kamwina Nsapu, mais qui a mené des attaques horribles contre des civils des groupes ethniques luba et lulua »D’après l’AFP, monsieur Zeid Ra’ad Al Hussein avait redemandé l’ouverture d’une enquête internationale ,alors que le Conseil des Droits de l’Homme devrait se prononcer le jeudi 22 ou le vendredi 23 juin 2017 sur un projet de résolution en ce sens, à la demande de l’Union européenne. L’AFP rapporte qu’un représentant des Etats-Unis avait apporté son soutien à la création d’une telle enquête. Alarmé par les rapports faisant état d'atrocités et étant donné les difficultés d'accès pour aller dans le Kasaï, le Haut-Commissaire a décidé, la semaine dernière, d'envoyer dans la région une équipe d'enquêteurs pour rencontrer des réfugiés ayant fui les violences.

L’AFP révèle que le Haut-commissaire de l’Onu avait affirmé que : « Les réfugiés de plusieurs villages du territoire de Kamonya ont indiqué que les Bana Mura ont au cours des deux derniers mois tués, mutilés ou brûlés à mort des centaines de villageois et ont détruit des villages entiers ». L’Onu soutient fermement que de nombreuses victimes et des témoins ont déclaré que la milice « était organisée et armée par les autorités locales ». « Les victimes ont également signalé que des membres des unités locales de l'armée et de la police congolaises, ainsi que des chefs traditionnels, étaient présent lors des attaques des Bana Mura, et ont déclaré que des agents de l'Etat étaient impliqués dans l'armement et la direction de la milice » a affirmé le Haut-commissaire.L’AFP a aussi rapporté que Zeid Ra’ad avait soutenu que dans le village de Cinq, la milice aurait été mise sur place par un « chef local bien connu, qui a fourni des machettes, des fusils de chasses et du carburant », assurant que « des attaques similaires semblent avoir eu lieu dans plus de 20 villages à Kamonya au cours des deux derniers mois ».Comme pour soutenir les accusations formulées par le Haut-commissaire de l’Onu à l’encontre des autorités congolaises, l’AFP et Reuters rapportent respectivement que selon l’Eglise Catholique, 3383 personnes ont été tuées depuis octobre 2016 en République démocratique du Congo (RDC), dans la région centrale du Kasaï, dans les combats qui opposent les forces de sécurité du pays et des milices rebelles. L'Église fonde son bilan sur les chiffres communiqués par ses paroisses locales. L'ONU avançait jusqu'à présent un bilan estimé à plus de 400 morts.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article