Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans certains aspects des cultures africaines, il existe des choses, dont il est parfois formellement interdit de nommer publiquement ou lorsque vous n'avez pas atteint une certaine maturité.Il s'agit par exemple de la mort. Un sujet tabou! Malheureusement de nos jours on prononce plus facilement ce macabre mot que d'autres termes plus joyeux. Une des choses la plus dramatique et déplorable aujourd'hui, c'est la tragédie de la jeunesse africaine désespérée qui choisit délibérément d'affronter son destin en bravant la mort dans les  eaux de la Méditerranée, avec souvent des moyens de fortune dans le but de trouver des conditions de vie  meilleures en occident.. Malheureusement pour beaucoup d’entre eux, cette aventure tourne au cauchemar comme cette mauvaise nouvelle qui a été livrée par un porte-parole de la Marine libyenne à l’AFP le samedi 17 juin 2017 où plus de 900 migrants d'Asie et d'Afrique qui espéraient rejoindre l'Europe ont été secourus au large de la Libye par les garde-côtes.

 

Interrogé par le reporter de l’Agence France Presse, le porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem confirme l’information en ce terme : « Une patrouille des garde-côtes de Zawia (45 kilomètres à l'ouest de Tripoli) a intercepté vendredi à l'aube cinq canots pneumatiques et une barque en bois transportant 906 migrants. » L’AFP, révèle que parmi les migrants on compte : 44 Pakistanais, 40 Bangladeshis, 13 Egyptiens, trois Libyens, huit Marocains et de nombreuses personnes originaires d'autres pays africains. Selon les indications du porte-parole de la Marine libyenne, tous ont été ramenés au centre de rétention al-Nassr à Zawia et remis à l'organe de lutte contre la migration clandestine. « 98 femmes, dont sept enceintes, et 25 enfants étaient à bord des embarcations », selon le général Kacem. « L'un des canots pneumatiques prenait l'eau et était sur le point de couler tandis que le bateau en bois était sans moteur », a ajouté le porte-parole de la marine libyenne.

 

L’AFP remarque que dans ce jeu de malheur faisant le bonheur des autres comme dit un proverbe populaire, les trafiquants profitent du chaos qui règne en Libye depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 pour faire passer chaque année des dizaines de milliers de migrants vers l'Europe, en leur demandant d'importantes sommes d'argent. L’AFP précise aussi que les garde-côtes dépendent de la marine en Libye. Selon lui, les embarcations ont été repérées « à environ 7 milles marins au nord de Sabratha », une ville située à 70 kilomètres à l'ouest de Tripoli et qui est devenue un des principaux points de départs des migrants tentant la traversée de la Méditerranée.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article