Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’Afrique ne reste plus le seul continent frappé par le choléra. L'épidemie se répand partout et là où elle veut, même dans le golfe comme le Yémen où elle a déjà fait 115 morts en deux semaines dans ce pays pauvre, dont les infrastructures hospitalières ont été fortement endommagées par deux ans de guerre et où la qualité de l'hygiène s'est fortement dégradée. D’après un bilan du ministère yéménite de la Santé rendu public aux journalistes en début de la semaine dernière, il a indiqué qu'entre le 27 avril et le 13 mai 115 personnes étaient mortes du choléra et plus de 8500 cas suspects avaient été recensés dans 14 provinces du Yémen. La maladie s'est répandue et le bilan s'est rapidement alourdi.

Jeudi dernier, le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU avait confirmé 58 cas de choléra et fait état de 47 décès et de 2301 cas suspects dans dix provinces. Le manque d'hygiène à Sanaa, où la situation a empiré la semaine dernière avec une grève des éboueurs qui réclamaient leurs salaires impayés, « est un phénomène qui menace notre communauté », s'est inquiété un habitant, Ashraf Al-Hadi, qui en veut au gouvernement rebelle qui administre la ville. L’afflux des malades, souffrant de diarrhée et de vomissement, dépasse de loin les capacités d'accueil des centres hospitaliers, toujours opérationnels malgré la guerre. « Nous sommes maintenant confrontés à une grave crise de choléra », a déclaré Dominik Stillhart, directeur des opérations du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), lors d'une conférence de presse dans la capitale Sanaa, au terme d'une mission au Yémen. Selon l'OMS, les combats ont fait plus de 8 000 morts et plus de 44 500 blessés depuis mars 2015. Quelque 19 millions de personnes, soit 60% de la population, vivent en situation d'insécurité alimentaire, selon l'ONU. L'OMS classe désormais le Yémen comme l'une des plus grandes urgences humanitaires de la planète avec la Syrie, le Soudan du Sud, le Nigeria et l'Irak. La guerre au Yémen oppose les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par une coalition militaire arabe, à des rebelles Houthis alliés aux partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh. La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article