Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Compte tenu du blocage observé, le pape avait déjà plaidé dès le 30 avril, à l’arrêt des violences au Venezuela et de trouver « des solutions négociées » à la crise. Il s’est dit favorable à la reprise par le Vatican du rôle de facilitateur ou de médiateur entre le pouvoir et l’opposition comme en 2016. Un tel dialogue ne peut se faire que « dans des conditions claires » dit-il. Cette proposition a reçu le soutien de huit pays de l’Amérique latine parmi lesquels le Brésil et l’Argentine qui sont favorable à la nouvelle médiation du Vatican dans la crise Vénézuélienne. La position de ces pays est exprimée par le ministre brésilien des Affaires étrangères en ces termes : « Nous répétons qu’il faut l’arrêt des actes de violence, le plein rétablissement des prérogatives de l’Assemblée nationale et l’établissement d’un calendrier électoral ». Par ailleurs, les signataires du texte, Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Pérou, Paraguay et Uruguay affirment clairement « Nous adhérons aux déclarations de Sa Sainteté le pape François, faites au cours des dernières heures, concernant la situation que vit le Venezuela ».

Pour l’Eglise, les Vénézuéliens ont besoin « de nourriture, de médicaments (qui manquent beaucoup), de liberté, de sécurité personnelle et juridique, et de paix ». Ce que rejette la conférence épiscopale c’est « le caractère répressif » du gouvernement qui s’exprime par « l’étouffement de la légitime protestation » de l’opposition avec une forme de brutalité insupportable, utilisée par les forces de sécurité de l’Etat. Cet appel semble satisfaire le président Maduro qui s’engouffre tout de suite dans la brèche en convoquant une assemblée constituante afin d’élaborer une nouvelle constitution. Il entend réconcilier le pays avec cette initiative qui ne trouve pas grâce aux yeux de l’opposition qui l’a immédiatement refusée. Elle n’entend pas tomber dans le piège du président vénézuélien qui cherche avant tout à sauver son pouvoir.

Le Venezuela est plongé dans une situation de tensions politiques aggravée de violence qui a conduit le pape à exprimer son inquiétude à travers une lettre adressée à l’Eglise catholique de ce pays. Il s’est dit inquiet devant « les morts, les blessées et les personnes arrêtées » au cours des manifestations anti-gouvernementales au Venezuela pour réclamer des élections générales. 36 morts, des centaines de blessés et d’arrestations sont à déplorer. Selon le communiqué de la conférence épiscopale vénézuélienne « Il a adressé un appel pressant au gouvernement et (…) à la société civile vénézuélienne pour que l’on évite toute nouvelle violence, pour que les droits de l’Homme soient respectés et pour que l’on recherche des solutions négociées à la grave crise » que vit le pays

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article