Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le président des Etats-Unis,Donald Trump sera reçu par le Pape François 1er, le 24 mai prochain au Saint siège au Vatican, peu avant le Sommet du G7 de 2017 qui se tiendra du 26 au 27 mai en Sicile en Italie,ont révélé nos confrères du Courrier Picard. Agé de 76 ans et de son vrai nom Jorge Mario, on peut se demander quelle signification peut avoir une telle rencontre entre les deux hommes ? De quoi veut-il réellement parler avec le Président américain, de sept ans son cadet alors qu’il n’a guère apprécié certains de ses propos lors de la campagne présidentielle ? Cet ancien archevêque de Buenos Aires d’Argentine de la Congrégation des Jésuites et cet ancien homme d’affaires et animateur de télévision n’ont rien en commun, à part le fait qu’ils incarnent respectivement, l’institution religieuse pour le premier et la nation américaine pour le second. Cette rencontre entre les deux personnalités ne fait pas l’unanimité. Ceux qui sont hostiles manifestement s’appuient sur les profondes divergences sur la conception du monde entre les deux hommes.

 

En février 2016, en pleine campagne présidentielle américaine où Trump était candidat du camp républicain, le Pape François 1er avait clairement indiqué « Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne ». Cette déclaration papale a immédiatement suscité une vive réaction du candidat Trump à l’époque, jugeant « honteux » qu’un leader religieux « mette en doute la foi d’une personne ». Comme pour se rassurer soi-même, Donald Trump estime que le pape n’a entendu qu’une version de l’histoire, il n’a pas vu la criminalité, le trafic de drogues et l’impact économique négatif que les politiques actuelles ont sur les Etats-Unis. Malgré tout, il existe des gens qui voient d’un bon œil cette rencontre même si personne n’est capable d’en dire plus. Après tout, Thomas le disciple de Jésus qui avait refusé de croire à la résurrection du Christ (Jean 20 : 24-25) avait-il été condamné pour son acte ?

Personne ne peut ni anticiper ni présager de cette rencontre. Néanmoins, le plus important comme l’indique Jean de la Fontaine, dans le « Renard et le bouc », il faut en toute chose considérer la fin. Justement, lors de la prestation de serment de Donald Trump, le 20 janvier, le pape avait prié pour que ses décisions soient « guidées par les riches valeurs spirituelles et éthiques », du peuple américain, avec une préoccupation pour les pauvres et les exclus ». Le président Trump s’était cependant dit impatient de rencontrer le pape lors de son déplacement à Taormina « Je reçois tous les chefs d’Etat qui en font la demande », a répondu, samedi, le pape dans l’avion qui le ramenait d’un voyage en Egypte, tout en précisant ne pas avoir encore reçu de demande. En général, les dirigeants étrangers sollicitent le Vatican plusieurs mois à l’avance. Jeudi dernier, Donald Trump a annoncé à Washington qu’il effectuerait à la fin du mois d’avril des voyages diplomatiques en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican.

Moussa T. Yowanga/Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article