Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

« La RDC accepte l'utilisation des vaccins contre le virus d'Ebola. Depuis quelques jours, le gouvernement a donné un avis de non-objection qui autorise que des vaccins pour combattre le virus Ebola soient administrés sur le territoire congolais », a déclaré le lundi 29 mai 2017 à l'Agence France Presse(AFP),un responsable du ministère de la Santé congolais, chargé de rendre publique la décision. Le gouvernement de son pays a autorisé des tests de vaccin anti-Ebola, où cette épidémie s’est déclarée dans une région du nord-est. Alors qu'il n'existe aucun vaccin homologué, l'OMS a annoncé le 18 mai 2017, sept jours après la déclaration de l'épidémie de virus Ebola par les autorités, qu'il existait un vaccin prometteur dont les stocks pourraient être acheminés en quelques jours en RDC.« Nous attendons des partenaires un plan opérationnel qui déterminera ce qu'il faut faire concrètement, dans quelles aires géographiques on pourrait vacciner », a ajouté le responsable du ministère de la Santé congolais sous couvert d'anonymat, indiquant aux journalistes de l’AFP qu’une décision définitive sur la mise en oeuvre sortira dans les 24 heures, après concertations.

 

Sous forme d’un rappel, l’AFP décrit que la fièvre hémorragique, provoquée par ce virus est hautement contagieuse et la durée d'incubation du virus Ebola est de 21 jours. Au total, trois personnes sont mortes. Il s'agit de la première flambée d'Ebola depuis la terrible épidémie qui avait frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11 300 morts sur quelque 29 000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. L’AFP rappelle également que le 19 mai 2017, des chercheurs ont annoncé la découverte aux États-Unis d'un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola.Les autorités congolaises ont affirmé le 12 mai que le pays faisait face à sa huitième épidémie d'Ebola depuis la découverte de ce virus sur son sol en 1976. La maladie a été détectée dans une zone isolée du Bas-Uélé, à environ 1300 km au nord-est de Kinshasa. Jusqu'à présent, deux cas ont été confirmés en laboratoire. 18 autres sont suspects, selon l'OMS.

La Rédaction

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article