Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les Tchadiens eurent beau pousser un cri d'orfraie, beau écrire des pamphlets pour dénoncer, hurler leur ras-le-bol, mais ils se rendent compte in fine, que s'opposent à eux, des intérêts de grand ponte, d'une résistance farouche et sournoise qui, leur donne l'impression, qu'une dissidence ex nihilo, sans ancrage réel, ne saurait être crédible et rassembleuse. Cependant, l'équation qu'il faille résoudre pour y parvenir, revêt d'innombrables inconnues, qui ne sont certes pas rédhibitoires, mais nécessitent une habilité et un sens du collectif, bien au-dessus de ce qu'il leur a été donné de voir jusqu'à maintenant...Qu'à cela ne tienne, la volonté du changement respire par tous les pores de nos compatriotes, il faut tout simplement lui donner une expression réelle, portée par des personnes consciencieuses, sachant s'élever au-dessus de la mêlée et qui aiment profondément le Tchad, pour redonner espoir à ce peuple meurtri, pour lequel le pour n'a ni égard ni considération.

 

Ce peuple tchadien est digne, il faut savoir le magnifier en l'arrachant de ce régime moribond qui, n'use que de la répression, seul langage qu’ils sait manier pour rendre inefficace, toute possibilité d'éveil de consciences. Or, à y regarder de près, on se rend de l'immense attente de nos compatriotes, quant à la problématique du changement. Ce changement ne peut être possible que par le processus de zombification. Seule alternative à ce mur d'omerta qui empêche toute expression libre. Trop c’est trop (y’en a ras-là cafetière) de voir des opportunistes de tous ordres, se mouvoir en donneurs de leçons, dans des gesticulations qui, vont à contre-courant de l'intérêt de masse. Ils se servent de la crédulité des quelques-uns, pour se frayer un chemin, loin des aspirations légitimes de nos compatriotes qui, du fait de l'impasse qui se dresse devant eux, font confiance à n'importe quels beaux parleurs et samaritains prompts, à la parlote qu'ils rabâchent et radotent encore et encore, sans projection ni projet concret. On ne peut pas enfumer indéfiniment les gens de la sorte... les Tchadiens sont et ont été un peuple respecté, ils devront imposer de nouveau ce respect qui fonde leur existence en tant que peuple. Un peuple qui doit dire son mot dans ce destin qu'on lui impose à force de trique.

 

Un destin collectivement punitif, qui enfreint à la dignité de nos compatriotes et à leurs droits fondamentaux, chaque jour, violés et réifiés par la police politique encline à réprimer nos frères de la société civile pour des délits non constitutifs d'un état de droit digne de ce nom. (Délit d’opinion), quelle aberration pour un pays qui se targue d'être démocratique. ...Aujourd'hui, le constat est amer sur toute la ligne, aucune mention favorable ne peut être donnée à ce régime dans aucun domaine. Il tâtonne, patauge et finalement navigue à vue, depuis plusieurs années. Le Tchad (notre pays) se meurt, sous l'expectative connivente d'un régime aux abonnés absents. Malheureusement beaucoup de Tchadiens sont presque devenus des spectateurs passifs d'une déliquescence qui va crescendo, sans opposer leur droit légitime consistant à empêcher ce naufrage collectif. Toute personne consciente doit lutter pour sauver le pays, en éduquant le peuple â résister et même à se rebiffer. Si espoir il y a, il viendra de la conscientisation citoyenne et rien que d'elle, tout autre boniment, ne sera que verbiage et perte du temps, voire même un abus de confiance d'un peuple, pris dans les griffes d'une implacable dictature.

Tahirou Hisseine Dagga, correspondant permanent à Strasbourg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article