Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’Afrique est ingérable,indomptable, malgré qu’elle soit souvent aussi qualifiée par des artistes du continent comme terre d’accueil, douce, clémente, merveilleuse etc…. Chaque Africain ou Africaine a sa façon d’admirer ou de maudire son continent en disant surtout ouvertement ce qu’il ressent par rapport à ce qu’il vit. Et de plus en plus les populations africaines du Maghreb au sud du Sahara en passant par la Tunisie, l’Algérie, la Libye et le Maroc, Tchad, Nigéria, Afrique-sud, Soudan du sud..., extériorisent sans peur ce qu’ils vivent comme injustice ou naturellement comme souffrance, dont les dirigeants de leurs pays respectifs sont souvent considérés ou accusés comme principaux responsables. Tenez cette information ayant eu lieu dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 au nord du Maroc où l’Agence France Presse et la RTBF signalent des affrontements ayant éclaté entre manifestants et policiers dans la ville d’Al-Hoceïna.

Aux antennes de la RTBF et de l’AFP, les jeunes manifestants de la ville d’Al-Hoceïma disaient vouloir venir manifester sur la grande place du centre d'Al-Hoceïma, épicentre des manifestations populaires qui secouent la ville depuis plus de six mois. Dans la région du Rif, la province d'Al-Hoceima est le théâtre de manifestations récurrentes depuis la mort fin octobre 2016 d'un vendeur de poisson, broyé accidentellement dans une benne à ordures. Aux cris de « Vive le Rif » ou de « Nous sommes tous Zefzafi » (nom du leader de la contestation), des groupes de dizaines de jeunes ont tenté de se rassembler dans des ruelles du centre-ville vers 23H00 locales (et GMT). Les journalistes de ces grands médias occidentaux ont remarqué que les forces de l'ordre, présentes en très grand nombre en différents points du centre-ville, sont intervenues presque immédiatement pour les disperser à coups de matraques. « Pourquoi vous nous tapez ? », s'exclamait l'un d'entre eux, tandis que la plupart reculaient sous les coups, se mettaient à couvert dans les ruelles, et que d'autres lançaient des pierres sur les policiers.

L’AFP et RTBF révèlent tour à tour que Nasser Zefzafi, le leader à l’origine de ces affrontements policiers et manifestants, en majorité des jeunes, a pu échapper à la police et est actuellement en fuite. Ces journalistes occidentaux rappellent que Nasser Zefzafi, le leader de ce mouvement baptisé « hirak » (la mouvance), est recherché depuis vendredi soir par la justice, après avoir interrompu le jour même le prêche d'un imam dans une mosquée de la ville. Des heurts ont déjà eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, tandis que les forces de l'ordre sont présentes en très grand nombre dans les rues et aux carrefours de cette agglomération d'environ 56 000 habitants. Au moins vingt personnes, dont plusieurs militants connus du « hirak », ont été arrêtées ces dernières 48 heures, accusés notamment « d'atteinte à la sécurité intérieure » et de divers « crimes et délits touchant l'ordre public », selon la justice. Au fil des mois, la contestation, menée par un petit groupe d'activistes locaux, a pris une tournure plus sociale et politique, exigeant le développement du Rif, marginalisé selon eux dans un discours identitaire teinté de conservatisme et de références islamiques.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article