Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans un communiqué de presse daté du samedi 20 mai 2017, les responsables et les militants du Rassemblement pour la République (RPR, un parti politique centrafricain), informent l’opinion nationale et internationale que depuis leur retrait du sein de la majorité présidentielle, Ferdinand-Alexandre N’Guendet, le président de leur parti n’a eu de cesse de faire l’objet d’injures publiques, d’intimidations et de menaces de mort. Alors que son action politique n’est orientée que dans le sens d’une opposition constructive comme ce fut le cas lors de la conférence de presse organisée le lundi 15 mai 2017 au siège du Rassemblement pour la République(RPR) où monsieur Ferdinand-Alexandre N’Guendet avait présenté un catalogue de cinq (5) propositions phares de sortie de crise à destination du pouvoir exécutif.

Mais d’après les auteurs de ce communiqué de presse, à leur grande surprise, alors qu’en ses qualités d’ancien président du Conseil National de Transition(CNT) et d’ancien chef d’Etat de Transition par intérim, le président-fondateur du RPR bénéficiait tout naturellement d’éléments de sécurité pour sa protection provenant de la gendarmerie nationale et des forces armées centrafricaines. Malheureusement, s’étonnent-ils, le directeur général de la gendarmerie nationale, le Général de Brigade Thierry Marie Metinkoe, par note de service n° 054/2/MISPAT/DGGN/EM/B1 du 18 mai 2017 eut décidé volontairement sans donner aucune explication de retirer les trois éléments qui assuraient sa protection. Les membres du RPR considèrent que cette mesure d’une extrême gravité de la part du pouvoir actuel de la République centrafricaine cherche manifestement à attenter à la vie d’un leader politique à la personne de Ferdinand-Alexandre N’Guendet. Et c’est la raison pour laquelle, le RPR appelle au président de la République Faustin-Archange Touadéra à veiller à la sécurité de tous les Centrafricains y compris ceux qui ont servie au plus haut sommet de l’Etat quelles que soient les divergences de point de vue. Ils prennent à témoin dans leur communiqué de presse de ce samedi 20 mai 2017, l’opinion nationale et internationale face à ce système autoritaire, inquiétant pour l’avenir de leur jeune démocratie et appelle aussi leurs militants au calme. La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article