Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 Le Monde qu'on tient dans les mains, c'est un tout, c'est-à-dire un village planétaire  qui va du plus petit au plus grand, du plus fort au plus faible et vice versa. Et cette dialectique continue.Elle induit parfois de confusion sur tel ou tel partie du continent. Par ignorance ou mégarde, il peut y arriver de confondre le Moyen-Orient d'avec l'Asie. Certains ressortissants de la planète terre ne se sentent pas souvent concerner par ce qui se passe ailleurs loin de chez eux. Mais en réalité tout ce qui se passe ici ou là-bas a toujours une influence n'importe où vit l'être humain.. Cela vient confirmer cette maxime populaire :" tout ce que l'un subit de loin,l'autre le subira de près". Moussa T.Yowanga

 

Iran : Fin de suspens électoral en Iran, Hassan Rohani réelu. Avec 57% des voix au premier tour, le président sortant, le modéré Hassan Rohani conserve son fauteuil en devançant nettement le conservateur Ebrahim Raissi, ayant recueilli 38,3% des voix, selon les résultats proclamés par le ministre de l’intérieur iranien en direct à la télévision étatique Irib. Le ministre a indiqué que la participation s’élevait à 73% soit une mobilisation de 41,2 millions d’électeurs iraniens. Le président réélu améliore considérablement le nombre de ses électeurs par rapport à le présidentielle de 2003 où ils ne sont que 18 ,6 millions d’électeurs à avoir glissé leur bulletin pour lui soit 50,7%. Lors de la campagne, il avait insisté auprès des iraniens pour lui accorder une large victoire pour poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d’ouverture vers le monde.(source RTBF)

 

Arabie saoudite : Visite du nouveau président américain sur fond des accords commerciaux. Le président américain Donald Trump est arrivé samedi à 9h50 en Arabie Saoudite accompagné de son épouse Mélania et sa fille aînée Ivanka. Le couple présidentielle a été accueilli pompeusement par le roi Salmane âgé de 81 ans tenant une béquille en main. Le choix de la monarchie saoudienne comme première étape de sa sortie internationale après son investiture tranche avec l’habitude de ses prédécesseurs qui ont réservé leur premier déplacement à leur voisin direct comme le Mexique ou le Canada. De part et d’autre, cette visite marque une volonté d’impulser une nouvelle dynamique dans les relations entre les pays partenaires de longue de date. Le roi Salmane parle de « nouveau partenariat » et Donald Trump fonde ses espoirs pour « vision pacifique de l’islam. Il appelle de ses vœux une implication plus forte des pays du Golfe contre ceux qu’il qualifie des « terroristes islamiques radicaux ». Cette visite a donné lieu à la signature des accords d’une valeur de plus de 350 milliards de dollars. Ces accords entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, disent-ils, visent à contrer la mauvaise influence iranienne. Il y a notamment des accords d’armement pour un montant de 110 milliards qui visent à « soutenir à long terme la sécurité dz l’Arabie Saoudite et de la région du Golfe face aux menaces de l’Iran », avait précise Rex Tillerson. Le royaume Saoudien s’appuie sur les Etats-Unis pour contrer l’influence inquiétante de l’Iran , son rival de toujours au Moyen Orient, tandis que Washington espère un plus grand engagement de Ryad dans la lutte contre « le terrorisme » et l’extrémisme religieux.(source RTBF)

 

Irak : L’Etat islamique revendique des attaques meurtrières. A Bagdad, des kamikazes ont perpétré une attaque, à bord d'un véhicule piégé, aux abords d'un checkpoint dans le secteur d'Abou Dsheer, dans le sud de la capitale, faisant 24 morts et 20 blessés, a indiqué à l'AFP. Du coup, les forces de sécurité ont réussi à tuer l'un des assaillants, le deuxième a lui fait exploser sa voiture, précise un général de l’armée syrienne. Dans le sud de l'Irak, un kamikaze a fait exploser son véhicule au niveau d'un checkpoint en périphérie de la ville de Bassora, tuant 11 personnes et faisant 30 blessés, selon le chef du Département de la Santé dans la province de Bassora, Riyadh Abdulamir. Un autre kamikaze qui avait abandonné un second véhicule piégé a été tué par les forces de sécurité, selon le Commandement des opérations à Bassora. Au moins 35 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans des attaques à la bombe revendiquées par le groupe Etat islamique (EI) à Bagdad et dans le sud de l'Irak, ont indiqué des responsables samedi. Les attaques, qui ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, interviennent alors que les forces irakiennes mènent depuis plus de sept mois une vaste offensive pour chasser l'EI de Mossoul, son plus grand bastion en Irak.(source RTBF)

 

Qatar : Accusé de soutenir le terrorisme, ce pays se pose en victime. Le Qatar s’insurge contre le traitement qui lui est réservé par les médias l’accusant de soutenir le terrorisme. Il s'est dit samedi victime d'une cabale calomnieuse de certains médias qui l'ont accusé de "soutien" au terrorisme, des allégations qualifiées de "mensongères" par Doha. Dans un communiqué publié par le service de communication du gouvernement, l'émirat du Golfe affirme avoir été délibérément ciblé avant la tournée du président américain Donald Trump dans la région, qui a débuté samedi. "A la veille de la visite de M. Trump au Moyen-Orient, un plan orchestré par des organisations anti-Qatar dans diverses publications (...) a prétendu que le Qatar voyait avec sympathie, ou neutralité, les actions de groupes terroristes au Moyen-Orient ", déplore le communiqué."C'est absolument faux", rétorque-t-il, assurant que toute "allégation selon laquelle le Qatar soutient le terrorisme est un mensonge".Sans donner des preuves matérielles par exemple d'articles ou d'"organisations anti-Qatar"auxquels il fait référence, le Qatar prévient néanmoins que les responsables de cette campagne pourraient être démasqués. L'émirat a été critiqué pour son soutien aux groupes rebelles qui se battent contre le président syrien Bachar al-Assad, et des Qataris ont été sanctionnés par le Trésor américain pour des activités de financement du terrorisme. Le pays, qui accueillera la Coupe du monde de football 2022, est membre de la coalition internationale commandée par Washington qui combat le groupe djihadiste Etat islamique.(source RTBF)

 

Syrie: 19 civils dont deux enfants exécutés par le groupe EI. "Des combattants de l'EI ont attaqué le village de Jazrat al-Bouchams vendredi soir, ont exécuté 19 civils dont deux femmes et deux enfants d'une balle dans la tête, puis ont mis le feu aux cadavres", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le groupe Etat islamique (EI) a exécuté 19 civils, dont deux enfants, dans un village de la province syrienne de Deir Ezzor (est) tenu par des forces antidjihadistes, a rapporté samedi une ONG."Certains ont été rassemblés dans la rue avant d'être tués, d'autres ont été exécutés chez eux", a précisé le directeur de l'Observatoire qui se base sur un large réseau de sources à travers la Syrie en guerre. Les terroristes djihadistes ont également kidnappé trois membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), l'alliance arabo-kurde qui combat l'EI en Syrie avec le soutien des Etats-Unis, avant de se retirer du village. Situé dans la province de Deir Ezzor, contrôlée en majorité par l'EI, Jazrat al-Bouchams a été capturé par les FDS cette année, lorsque cette alliance est entrée pour la première fois dans cette région pétrolière.(source RTBF)

 

Yémen : un missile des rebelles "intercepté" près de Ryad. Les forces de la défense aérienne "ont intercepté au-dessus d'une zone inhabitée à 180 km au sud-ouest de Ryad un missile balistique lancé par les milices Houthis", a annoncé la coalition militaire arabe sous commandement saoudien dans un communiqué. La télévision Al-Masirah, contrôlée par les Houthis, a confirmé sur twitter que les rebelles "ont tiré un missile balistique Volcano-2 vers la capitale de l'Arabie saoudite". Le missile tiré par les rebelles Houthis et leurs alliés avait parcouru la plus longue distance, depuis que ceux-ci ont commencé à lancer des attaques de représailles contre le royaume sunnite, il y a deux ans. Quelques missiles balistiques et des fusées de courte portée, plus fréquentes, ont depuis été tirés vers le sud du pays, dans la zone frontalière séparant l'Arabie saoudite du Yémen, après des raids aériens de la coalition au Yémen.Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa depuis 2014 et restent maîtres de vastes régions du pays. Selon les Nations unies, les civils constituent la majorité des quelque 8000 morts et 45 000 blessés du conflit depuis mars 2015. Sept trêves, négociées par l'ONU, ont volé en éclats depuis le début du conflit. La coalition militaire sous commandement saoudien intervient au Yémen en soutien au gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi. La guerre au Yémen oppose des forces progouvernementales aux rebelles Houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.(source RTBF)  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article