Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

«Crapule Brésil »,«Indomptable Brésil», «l’Incompréhensible Brésil ». Il y a évidemment d’autres qualificatifs qu’on attribuait à ce grand pays d’Amérique du sud, dont on ne parlera jamais de lui sans y mettre le nom de la corruption. Là où cela demeure justement incompréhensible, c’est certainement le fait que les Brésiliens accusent même des corrompues certaines personnalités de ce pays qu’on n’y attendait pas qu’ils mettraient le nez là où il ne faudrait pas pour finir finalement par avoir les mains sales jusqu’au coude, pour emprunter l’expression de Jean-Paul Sartre, philosophe et écrivain français (né le 21 juin 1905 mort le 15 avril 1980).Et c’est vrai, car depuis plus de deux ans ,l’ex-président a été accusé d’avoir reçu des pots-de-vin dans le cadre du vaste scandale petro-bras. L’affaire a été remise aux mains de la justice brésilienne. Luiz Da Silva, l’homme qui fut le plus respecté quand il était à la tête de son pays de 2003 à 2011, a été entendu par le juge chargé de l’affaire et là on apprend que son sort pourrait être fixé fin juin, d’après l’Agence France Presse(AFP) dans sa publication du lundi 15 mai 2017.L’AFP ajoute que cette décision que l’ex-président brésilien, alias Lula attend, pourrait sceller ses ambitions de retour au pouvoir. Selon l’AFP le juge anticorruption Sergio Moro, chargé du dossier, a fixé lundi au 20 juin la fin de la présentation des arguments de la défense. Si aucun délai ne l'oblige à se prononcer dans la foulée, dans d'autres affaires il avait généralement annoncé sa décision entre trois et 15 jours plus tard.

Une décision publiée par le tribunal de Curitiba(sud) révèle qu’en fonction de la nécessité d'attendre la retranscription de l'enregistrement du dernier interrogatoire, je fixe les délais suivants : sept jours pour le parquet (du 25 mai au 2 juin), deux jours pour Petrobras (5 au 6 juin) et neuf jours pour la défense (7 au 20 juin) Apprend-t-on aussi de l’AFP que le juge Moro a rejeté lundi un ultime recours de la défense et décrété la fin de l'instruction dans cette procédure, à laquelle s'ajoutent quatre autres pour corruption ou blanchiment d'argent, des accusations que Lula nie farouchement. S’il est reconnu coupable et la décision confirmée en appel, il encourt une peine de prison et ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle de 2018, alors même qu'il est actuellement en tête des intentions de vote. Enfin l’Agence France Presse rappelle que le mercredi dernier, l'icône de la gauche brésilienne de 71 ans, qui a dirigé le pays de 2003 à 2010, était venu à Curitiba se défendre devant le juge d'accusations selon lesquelles il aurait reçu un appartement en triplex dans une station balnéaire en guise de pot-de-vin du groupe de construction OAS. L’interrogatoire, à huis clos, a duré près de cinq heures, un événement suivi par tous les grands médias du Brésil, pays profondément divisé entre partisans et adversaires de Lula.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article