Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Des grandes firmes américaines comme Apples, Boeing, Coca-Cola, Goldman Sachs, Microsoft ou Pfizer ont stockées l’astronomique somme de 1 600 milliards de dollars dans les paradis fiscaux entre 2009 et 2015, selon les révélations faites par Oxfam solidarité, hier mercredi.Ces montants d’argent cachés ont emprunté un réseau opaque et secret de1.751 filiales offshore, si l’on en croit l’ONG pour qui, en 2015, pas moins de 200 milliards de dollars de plus ont été placés dans des paradis fiscaux en ayant recours à 143 filiales de plus par rapport à 2014.Ces entreprises pointées du doigt se livrent à un exercice de lobbying très actif auprès des membres du congrès pour réduire leurs impôts. A peu près 352 millions de dollars ont été dépensées entre 2009 et 2015 sur le plan d’optimisation fiscale pour des allégements fiscaux d’un montant de 4,3 milliards en retour au profit de ces firmes. Selon Robbie Silverman, cité dans le rapport d’Oxfam, l’évasion fiscale fait perdre annuellement 135 milliards de dollars des recettes fiscales non perçues par les finances publiques américaines.
 
Les firmes américaines profitent également de la loi qui leur permet de stocker le plus longtemps possible à l’étranger leurs bénéfices à l’extérieur des Etats-Unis, où l’impôt sur les sociétés est très dissuasif (35% au niveau fédéral). Pour booster l’économie américaine, l’actuel président américain Donald Trump compte réduire l’impôt sur les sociétés (de 35% à 15%) et taxer à hauteur de 10% le rapatriement d’argent des paradis fiscaux. « Il s’agit d’une mesure ponctuelle qui permettrait à ces 50 entreprises d’éviter de payer 312 à 327 milliards de dollars de taxes », affirme Oxfam. La mise en œuvre de cette mesure bénéficiera principalement à quelques grandes entreprises, notamment Apple, Pfizer, Microsoft et General Electric, qui économiseraient 132 milliards de dollars.Pour Oxfam, la réforme proposée par le président américain permettra à ces grandes entreprises  de payer encore moins d’impôts et cela s’inscrit"dans une logique de concurrence acharnée que se livrent les Etats à travers le monde pour attirer les investissements des grandes entreprises".L’exemple américain n’est pas le cas unique, d’autant plus que ni l’Europe, ni la Belgique ne sont épargnées selon l’ONG Oxfam, puisque le ministre belge des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) songe également à  baisser l'impôt des sociétés de 33,99% à 25%.
 
L’influent groupe «Amcham» qui représente un certain nombre d'entreprises américaines a fait pression sur le gouvernement belge afin de favoriser la baisse d’impôts des sociétés en maintenant les intérêts notionnels, souligne l’ONG, qui convie les autorités compétentes d’arrêter cette guerre fiscale et d’opter pour un travail collectif de nature à contraindre les multinationales à payer leur juste part d’impôts.Pour le responsable du plaidoyer « Justice fiscale » d’Oxfam, « Les pays européens doivent plaider pour une harmonisation fiscale et plus de transparence au niveau international.Il est temps pour le monde politique de reprendre le contrôle face aux superpuissances économiques et leurs lobbies»Johan Langerock, estime que cette concurrence internationale nuit aux gouvernements du monde entier et en particulier aux pays en développement qui voient des milliards de dollars de dollars d’impôts leur filer entre les mains.
Moussa T.Yowanga
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article