Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

«Nous aurons le destin que nous aurons mérité »,eut déclaré Albert Einstein. Certes, il est évident qu’il va y avoir des gens qui ne partageront pas cette citation de ce physicien mondialement connu, car dans ce monde chacun est libre de faire ce que bon lui semble. Mais, à en croire le web,  dès ce soir la France aura les deux candidats pour le second tour des présidentielles 2017.Pratiquement,on peut donner raison à ce proverbe chinois qui stipule : «qu’on peut guérir les maladies, mais non point le destin». Dès cette matinée de ce dimanche 23 avril 2017, chaque Français qui est légalement inscrit sur la liste électorale pourrait voter le candidat de son choix ou de son parti politique. Il y a en tout onze candidats, dont deux femmes, une du Front National(FN) et la seconde de la Lutte Ouvrière. Mais pour l’instant, personne ne peut encore prédire l'issue de ce scrutin. Tout ce que nous savons et d’ailleurs c’est ce qui nous intéresse le plus pour vous nos lecteurs et lectrices, c’est cette analyse faite par Nicolas Vanderbiest, spécialiste des réseaux sociaux pour « Reputation Lab » sur les liens qu’a eu chaque candidat à ces présidentielles françaises 2017 avec les utilisateurs du Web.

D’après les journalistes belges de la presse écrite, Mélenchon et Macron font la course en tête sur le Web. Cette enquête est sortie dans les colonnes des journaux belges au moment où la campagne officielle a pris fin le vendredi 21 avril 2017. Il faut bien noter en guise d’un rappel que cette campagne qui, comme par le passé, s'est jouée dans les journaux, en radio et en TV mais pour ce scrutin, Internet et les réseaux sociaux ont aussi joué un rôle considérable. Pour rappel, en 2012 Google avait prédit la victoire de François Hollande sur Nicolas Sarkozy ainsi que la percée de Marine Le Pen. Que ce soit sur Facebook, Twitter, ou les autres réseaux sociaux, les candidats ont occupé le terrain des nouveaux médias avec l'objectif de toucher un public le plus large possible. Avec l'ambition de s'adresser particulièrement aux publics les plus jeunes. Selon ce spécialiste des réseaux sociaux si on s'intéresse à la campagne à travers les réseaux sociaux : tous les candidats ne sont pas suivis par les mêmes tranches d'âges. "On a pu identifier le public capté par les différents candidats. Pour la majorité d'entre eux, c’est les 18-24 ans, sauf François Fillon qui touche les 55-64 ans et les plus de 65 ans. Pour Jean-Luc Mélenchon, c'est l'inverse. C'est le seul qui arrive à occuper la cible des 13-17 ans sur Facebook", explique-t-il.

 Sans réelle surprise, le candidat qui recueille le plus de succès sur les réseaux sociaux, c'est Jean-Luc Mélenchon. Le candidat a été particulièrement actif sur les nouveaux médias. "Si on prend les données des personnes qui sont captées et qui, selon Facebook, ont un intérêt pour un candidat, on voit que Jean-Luc Mélenchon occupe 45% du terrain. Même chose pour Twitter où il occupe 31% du terrain", constate Nicolas Vanderbiest. Un succès pas forcément traduit dans les urnes. « On a certains candidats qui sont bons sur le Web mais cela ne se matérialise pas dans les urnes. Pourquoi ? Parce que les réseaux sociaux, ce n'est qu'un média parmi les autres et on l'oublie parfois...", pense-t-il encore en concédant néanmoins que "c'est un plus, même si ça ne fait pas tout ».

Les recherches par mots-clés du géant américain sont révélatrices des véritables évolutions des intérêts des internautes. Elles indiquent les dernières tendances lourdes dans l'intérêt qu'on les internautes pour l'un ou l'autre candidat. Ces données constituent des indications sur ce que recherchent les internautes en France à quelques heures du scrutin, un peu à l'image des sondages. Le nombre de recherches associées aux candidats peut être mesuré via un outil développé par l'acteur incontournable de la société Alphabet. Cet outil c'est Trends. Et si on analyse les derniers résultats de ces tendances en France, ce sont français. Derrière ce duo, les autres candidats comme François Fillon (troisième) et Marine Le Pen (quatrième) s’accrochent. Benoît Hamon est à la traîne, à l'image des derniers sondages publiés.

La répartition des recherches à travers les différents départements français. Là aussi, on constate que "les candidats les plus recherchés" ne sont que trois différents sur l'ensemble de la France. Pas de place pour Marine Le Pen ou les autres candidats dans ce classement. Emmanuel Macron arrive en tête dans une large majorité des départements alors que Jean-Luc Mélenchon (14 départements) et François Fillon (9 départements) sont les seuls à se faire une petite place sur la carte de l'hexagone. Mélenchon et Macron font la course en tête sur le Web. Bien évidemment la situation évolue d'heure en heure et ces tendances peuvent encore être bousculées avant l'ouverture des bureaux de votes demain matin, dans une élection présidentielle avec une campagne marquée par de nombreux rebondissements et incertitudes. Ahmat Zéïdane Bichara

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article